Amour côté jardin

Drapeau-fr.svg Nouveau HH

NHH20.jpg


Numéro 20

Texte d'archive:


Archivé de: Nouveau HH – Numéro 20
Date de parution originale: Juillet 2000

Date de publication/archivage: 2017-08-14

Auteur: Michel
Titre: Amour côté jardin
Rubrique: Entre l'amour et l'amitié

Note: Le magazine Le Nouveau HH ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 4382 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Veuf, soixante-trois ans, homo depuis ma jeunesse, actif, passif, bien membré, sentimental, mélomane, écrivain autodidacte non professionnel, grand lecteur, n’aimant pas les aventures de passage avec des hommes, ni la drague, mais croyant avec philosophie en une stabilité, en une union solide entre deux hommes dans des buts constructifs dans toute la vie quotidienne, en l’épanouissement de l’homme dans tous les domaines.

En plus, côté amour, j’ai été gâté depuis trois ans. Habitant à la campagne dans un chalet tranquille avec jardin et cour, près de Dieppe, j’ai connu quatre aventures qui m’ont contrarié et m’ont causé des soucis et de la déprime, alors que j’ai toujours œuvré pour une parfaite entente (gentil, bon, tolérant, compréhensif, coopératif). Quatre hommes rencontrés sur annonces, reçus chez moi sous certaines conditions (être amoureux, construire une belle vie avec moi, savoir donner et recevoir du bonheur).

Le premier, Jacques, cinquante-six ans, resté un mois chez moi, est parti sans prévenir un matin vers six heures. Le deuxième, Bernard, trente-sept ans, amoureux, profiteur, est resté chez moi quinze jours. Le troisième, Yves, sourd-muet, amoureux, est resté trois semaines. Le quatrième, Emmanuel, trente-deux ans, handicapé majeur (protégé), voulait effacer son passé pénible, son enfance malheureuse, ses dérapages dans la délinquance. Il était très heureux d’avoir retrouvé une nouvelle vie : parfait accord du 16 août 1997 à février 2000. Gâté, il est parti le 20 mars 2000, avec une sorcière (un démon qui l’a manœuvré).

J’attire l’attention des lecteurs du Nouveau HH sur le fait que j’ai été compréhensif, attentionné, tolérant. J’ai tant fait pour que mes partenaires soient heureux, dans le but de construire une vraie vie quotidienne, de couple, en envisageant le Pacs, car je dois penser à la question délicate de mon décès.

Je suis à ce jour seul, écœuré par le comportement des homos. Il n’y a pas que les côtés sexe, fellation, sodomie, masturbation, mais aussi les côtés tendresse, caresses, amour, affection — rendre service, s’entraider, coopérer, partager joies et peines au quotidien, partager toutes les tâches quotidiennes, être fidèle, penser au futur, ne pas trahir, vivre longtemps une vraie vie de couple, d’autant que l’avenir n’est pas si rose, il faut profiter de la vie.

Ma vie est pleine d’expériences vécues, mes journées trop courtes.

Seul, je prends du temps pour terminer d’écrire des livres dont j’ai commencé la rédaction il y a quelques années, parmi lesquels des manuscrits sur l’épanouissement de l’homme, dans un axe psychanalytique.

Michel, 63 ans.