Anassi (02)


Anassi (02)
Texte paru le 2018-02-06 par Torias   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive

MM.jpg

Cet auteur vous présente 4 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5257 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Torias.


Template-Books.pngSérie : Anassi

Je suis rentré à Paris ravis mais impatient de revoir Anassi. Il ne pouvait finalement pas monter comme prévu donc j'ai trouvé un prétexte pour que moi je redescende.

— Je vais revenir pour un anniversaire, tu seras là ?

— Oui je serai là pour toi, tu arrives quand ?

— Ce sera d'ici un mois, j'arriverai un vendredi vers 23h.

— OK, quand tu viens, monte directe dans ma chambre. Je t'attendrai.

Le moment est vite arrivé et sitôt descendu du train je me suis dirigé vers le foyer, le cœur léger dans cette belle nuit de fin de printemps. Très prudemment j'ai inspecté les mouvements et je me suis dirigé à pas de loup dans le couloir menant à sa chambre. J'ai ouvert doucement la porte et j'ai bloqué sur la vue de cette image que j'avais fantasmé quelques fois. Là devant moi se trouvait un beau black endormi son visage baigné de la pâle lueur de la lune avec juste un drap blanc posé sur lui, soulignant le magnifique contraste qui me plaît tant. Je suis resté quelques instants à le contempler. Je me suis approché doucement, j'ai posé mon sac au pied de son lit et je me suis assis au bord du lit. À ce moment il s'est réveillé.

— Tu es là ?

— Oui mon chéri je viens juste d'arriver, tu dormais.

Nous nous embrassons passionnément, la magie des moments passés il y a juste un mois me reviennent, son goût, son odeur et sa sensualité. J'ai envie de lui et la frénésie de caresses que nous échangeons me dit qu'il est bien chaud lui aussi. Je me dessape, lui retire juste son boxer et je m'allonge sur lui tout en le caressant et l'embrassant.

— Tu m'as manqué.

— À moi aussi mais je suis là maintenant la nuit est à nous.

— Oui j'ai envie de toi.

Je l'embrasse goulûment, nos langues et nos corps se caresses, nos mains respectives prennent possession de chaque recoins, nos bites sont droites et gonflées. Nous nous suçons avec volupté. Il est comme moi, il aime bien ça, nous jouons avec nos nouvelles queue en les embrassant et en les léchant entièrement. De temps à autre nous nous contorsionnons pour nous embrasser avant de replonger dans nos sexe. Je me shoot à son odeur dans ses poils et ses couilles tellement sombres dans la nuit. Son grain de peau est parfait et son odeur de black légèrement poivré me font l'effet du meilleur poppers, nous bandons comme des ânes et c'est maintenant à grand coup de langue et de fond de gorges que nous stimulons nos bites. Je m'aventure plus profond vers son cul que j'ai déjà sondé avec un doigt coquin, il me favorise l'accès. Tout est parfait, je le lèche maintenant avec délectation, son cul s'ouvre légèrement, il gémit à mes coups de langue tout en continuant de me sucer. J'ai presque peur de jouir dans sa bouche, ce n'est pas que l'idée me déplaise mais c'est trop tôt et je veux prendre possession de son cul.

Je m'installe derrière, lui à quatre pattes, je présente mon gland sur sa rondelle. La lumière de la lune me donne une parfaite vision et fait briller sa peau, je met encore un peu de salive puis je pousse doucement mon gland en lui. Je progresse très doucement pour qu'il n'aie pas mal. Je me retire plusieurs fois et me remet juste au bord pour accentuer la tension sexuelle du moment, il se tourne vers moi et me regarde presque suppliant de le posséder entièrement. Je le pénètre enfin en profondeur, je ne m’arrête que quand je sens mes couilles sur son cul, ça y est je suis à nouveau complètement en lui, il ronronne comme un grand félin, je bouge doucement en lui.

— Tu n'as pas mal ?

— Non c'est parfait.

J’accentue l'amplitude de mes mouvements, je résiste à l'envie de jouir et l'embrassant et en le caressant. Je le sens électrisé, chaque mouvement que je fais lui provoque un gémissement, je veux que ce plaisir perdure assez longtemps. Je le mets dans la position que je préfère : lui sur le dos, j'aime voir le plaisir que je donne au mec à qui je fais l'amour. Je l'embrasse, lui suce ses tétons et lui caresse son beau torse musclé. Au bout d'un moment je sens que comme moi il est prêt pour le final. Je donne des coups plus lents et plus amples, je sens la jouissance poindre, je la retiens au maximum tout en profitant de la chaleur et de la pression de son cul sur ma queue. Il n'est maintenant plus question de contrôler quoi que ce soit, c'est l'orgasme qui vient de loin, qui dure... Je déverse mon sperme et me laisse emporter par le plaisir, je râle de plaisir à chaque jets que j'envoie, les bras de mon beau black m'entoure d'avantage. Je m'écroule sur lui en l'embrassant, nous restons soudé, je suis bien là toujours en lui, toujours dur dans son trou maintenant humide de moi, je le sens heureux. Je me retire à regrets. J'ai envie de le faire jouir aussi, je le suce comme la dernière fois et je goûte rapidement à nouveau son sperme sucré sur ma langue, coquin j'en laisse un peu et nous nous embrassons avec. Je suis définitivement mort pour ce soir nous nous allongeons côte à côte dans son petit lit et nous nous endormons comme deux amants ravis.

La lueur du matin me réveille avant lui, je le regarde tout endormi sa peau marron foncé satinée reflétant la lumière du soleil levant. Je pense à la joie d'être là, je vais hélas devoir partir d'ici peu mais pour l'instant il est encore à moi. Je me colle à lui, le caresse doucement, il se réveil, on s'embrasse, il me caresse les cheveux pendant que je mange son cou et ses épaules. J'aventure un doigt dans son cul toujours plein, je rebande direct, je ne lui laisse pas de répit, je soulève le draps pour exposer son cul et je me remet en lui doucement, c'est tellement doux. Je suis à nouveau tout en lui et bouge doucement. Il est sur le ventre cette fois, une jambe légèrement repliée, mes mouvements sont amples je vais bien au fond. Je vois ses belles couilles noires bouger à chaque coup que je donne, je me mets contre son dos et l'enlace tendrement pendant que mon bassin s'agite. Il est blotti dans mes bras tout en confiance sachant que je ne lui ferai que du bien, je caresse et j'embrasse ses cheveux crépus qui m'excite tant. Je vois qu'il commence à fatiguer, je me retenais déjà alors je lui souffle dans l'oreille.

— Je vais jouir mon chéri.

— Oh oui, va y. Donne moi tout.

Comme cette nuit je retiens au maximum en bougeant très lentement avant de me déverser en lui, je le vois sourire de sentir mes jets. Je m'allonge sur son dos et l'embrasse dans le cou puis sur ses belles lèvres épaisses. Je me retire doucement, je suis encore excité j'ai envie de lui également plaisir, je l’aide à se retourner sur le dos pour le sucer puis je le chevauche et m'empale sur sa queue. Son gros gland noir passe bien puis une fois passé sa queue rentre toute seule. J'adore la sensation de sentir son gland se frayer un passage en moi, je sens sa longue hampe caresser mon cul. Je suis bien enmâté sur sa tige, je bande de le sentir si profond en moi. Il sourit de me voir si heureux. Sa queue frotte parfaitement mon cul un peu serré, j'ondule sur elle pour en sentir tous les contours et la stimuler au mieux. C'est assez rapide, heureusement car ça commence déjà à irriter.

— Je vais pas tarder à jouir.

— Oh oui, jouis.

Un grognement me préviens qu'il va bientôt me remplir pour la première fois, je me prépare à apprécier tout ce qu'il va me donner. Il râle désormais son plaisir et cinq pulsations très rapides, qui me surprennent et m'excitent, déversent en moi son bon sperme. Je garde sa bite bien fermement ancrée, je dépose des baisais sur son torse brillant, je commence à branler ma queue toujours raide en m'excitant sur sa queue toujours en moi et en palpant ses couilles par derrière moi. Je jouis rapidement sur son torse l'arrosant jusqu'au visage.

— Oh.

— Désolé mon beau c'était trop bon.

— Eh bien mon cochon.

Nous rigolons, je me retire puis je vais attraper de quoi nous nettoyer. Il est temps de me rhabiller et de partir, nous nous embrassons et nous câlinons longuement. Je pars à regrets il fait beau comme un matin d'été, je suis un peu fatigué mais comblé. Il est temps maintenant que je retrouve ma famille. Je n'aurai hélas pas le temps de revoir Anassi ce week-end là. Nous nous envoyons des messages coquins et nous nous disons à bientôt.


Asuivre.png