Aurélien (10)


Aurélien (10)
Texte paru le 2004-07-25 par Aurelien   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur

MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 30 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 13734 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Aurelien.


Template-Books.pngSérie : Aurélien

Amsterdam, jeudi 9 août, 21h

Dans la soirée, le fist recommence et détendu, je réussis mon premier fist profond sous le regard vide de la caméra. J’apprends que Thomas a été emmené par les deux jeunes dans un bordel bi du quartier rouge pour sucer des queues, baiser et se faire mettre toute la nuit. Le patron hollandais m’explique ce qui l’attend :

— Tom devra obéir tout le temps à Hans et Lise, à chaque refus même léger il aura droit à un travail intense des seins par des mecs ou des filles puisqu’il a un développement de ses tétons au programme.

— Ça, jusqu’à présent, on y a été avec modération.

— Il ne refusera pas longtemps car il pourra baiser des filles ou des mecs, à la seule condition de se faire baiser par d’autres filles ou garçons ! Dans ce genre d’endroit, un petit mâle mignon, macho et offert attire les bites et les godes. De toute façon, il sera veillé en permanence à ce qu’il bande quand il se fera sauter. C’est l’objectif principal de son programme de formation. Le but n’est pas d’en faire un mec qui se donne aux mecs mais d’en faire un hétéro qui réclame la bite et qui ne peut pas jouir sans.

Amsterdam, vendredi 10 août, 11h

Dans la journée qui a suivi, j’ai fait deux nouveaux fists profonds, mon contrat est rempli. Je peux aller rejoindre Yann dans cet hôtel très particulier : le Black Tulip. J'ai pu y montrer mon nouveau talent de fisté très vite car j’étais attendu. Yann m'avait d'ailleurs fait une bonne réputation de trou bien ouvert avant mon arrivée. Mais en matière de trou, il s'y connaît et je l'ai baisé plusieurs fois. Pendant une semaine, se sont déroulées toutes sortes de folies sexuelles dans la ville pour nous deux. Je ne compte plus les bites et les culs que j'ai utilisés et Yann s'est révélé un compagnon de drague et de vices efficace.

Amsterdam, mercredi 15 août, 21h

Le dernier soir avant la récupération de Thomas, Yann m’a proposé un plan qu’il avait fait lors de son dernier séjour à Amsterdam :

— Ça te dirait d’aller dans un bordel ? C’est très excitant et il y en a plusieurs ici.

— Comme client ?

— Non, bien sûr ! Je connais un bordel où on pourrait passer la soirée et se faire un peu de fric.

— OK Yann, c’est quelque chose à essayer, c’est un vieux fantasme.

Yann passe un coup de fil. On est attendus pour 19h, lisses et propres. À l’heure dite, on est devant le «Boy’s» et bien accueillis par le patron qui nous dit que nous avons déjà tous les deux un client qui recherchent des amateurs dociles. Je regarde Yann s’éloigner, il connaît déjà la maison. Le patron me dirige vers une petite chambre seulement décorée d’un sling. Cinq minutes plus tard, un mec d’une quarantaine d’années entre et me sourit. Il me parle en hollandais et je lui fais signe que je ne comprends pas. Ça n’a d’ailleurs pas beaucoup d’importance pour ce qu’il veut faire.

Il me déshabille lentement, me mordille les seins, me caresse la bite et le cul. J’ai compris, vue la chambre, ce que je devais faire. Il me montre le sling, je m’y installe. Il reste habillé et sort de sa braguette un énorme engin. Il veut m’enculer à sec mais je ne suis pas encore assez excité. Il prend un peu de gel sur une étagère et me tend du poppers. J’en prends une grande rasade et il commence à me baiser. Ça va durer très longtemps, sans doute plus de vingt minutes d’une baise de plus en plus intense.

Il ne jouit pas puis il entreprend ensuite un fist, il a des mains plus grosses que celles que j’ai prises jusqu’à présent mais il sait s’y prendre. Ça passe difficilement, mais ça passe. Progressivement, je me lâche et me laisse aller au plaisir, oubliant que le mec me paie. Après le fist, il me baise à nouveau, la sensation de dilatation est extrême, je me donne totalement et réagis au moindre coup de queue. Une heure plus tard, je suis de retour dans le salon et j’attends Yann que je vois ressortir d’une pièce avec deux grands blacks américains. Il me demande :

— Tu t’es bien amusé ?

— Difficile au départ mais j’ai pris mon pied peu à peu. Et toi ?

— Ils sont montés comme des ânes mais tout s’est bien passé, même si je n’ai pas réussi à prendre les deux queues en même temps comme ils le voulaient.

Amsterdam, jeudi 16 août, 15h

Le lendemain à l'heure prévue nous avons repris Thomas à «l'école». Il arrive souriant. Hans lui caresse les couilles et la fille lui caresse les fesses en insistant sur la rondelle. Il est transformé le petit Thomas, ses cheveux sont coupés plus courts, il est nu, bronzé, le corps totalement rasé, obéissant, muet, heureux. Un vrai petit mec avec un regard encore plus vicieux qu’avant. Quand il nous voit, il se met en position d'être baisé et attend que nous le prenions tous les deux. Il bande comme un âne, sa queue a encore grandi, il a du être très bien travaillé. Je ne sais pas ce qu'il a subi mais cela n'a pas laissé de trace sauf ses tétons qui ont pris de l'ampleur, ils pointent durs sur des pecs encore mieux formés et son cul est devenu onctueux et accueillant. On le baise longuement l’un après l’autre pendant qu’alternativement Hans et Lise le sucent. Il jouit deux fois mais on continue à le baiser parce que c’est trop bon. Gus nous dit que le dressage a été assez facile et qu'il a eu aussi un bon entraînement sportif sans compter les soins de beauté et les lampes à UV.

— C'est toujours un hétéro ou un bi mais il est esclave de la jouissance de son cul ! En plus, il a gagné cette semaine un peu en muscle. Il faudra continuer, c'est une belle bête au fort potentiel. Vous avez vraiment un beau minet. Les Suédois vont avoir bien du plaisir. En plus, il a compris maintenant où était son plaisir ! Vous pouvez en faire ce que vous voulez, il est bien changé mentalement, de plus il est prêt pour le fist à condition de ne pas commencer par de grosses mains. Toutefois nous ne l’avons pas fait pour laisser ce plaisir à vos amis.

Le soir même, nous partons pour Malmö, le livrer à ses clients. Nous avons fait le plus vite possible car nous étions attendus pour le vendredi soir. Thomas est impatient de savoir ce qui l’attend ! Il en bande en nous parlant.

Malmö, vendredi 17 août, 16h

Nous trouvons facilement l'adresse à Malmö. Nous sommes accueillis par Erik, un jeune mec, grand et blond en uniforme de la marine. Il nous explique que son groupe composé d'une trentaine de jeunes mâles veut se payer un minet brun hétéro mais qui prend bien la queue. Mais il faudra aussi qu'il se serve de la sienne et Thomas est juste ce qu’il lui faut. Le mec ajoute qu'il va aussi perfectionner Thomas et qu'il le rendra amélioré. Dans une semaine, il raccompagnera Thomas à Paris, à moins que Thomas ne se plaise vraiment et qu'il veuille rester un peu plus. Yann lui dit :

— Cela sera plus cher !

— Mais cela vaudra sûrement le coup ! Il a l'air vraiment consommable !

Thomas tressaille quand il comprend qu'ils sont une trentaine de jeunes mecs mais il sourit en voyant la grosse bosse qui déforme le pantalon bleu à pont... «L’école» l’a bien changé. Pour vérifier le produit livré, le jeune mec a ouvert son pantalon et fait signe à Thomas de présenter son cul. Celui-ci dégrafe son pantalon, le retire et se met à genou sur le sol, il plaque ses épaules sur le parquet et avec ses deux mains, il écarte ses superbes fesses. Le jeune mec rugit et s'enfonce d'un coup dans Thomas qui prend sans peine la queue de taille moyenne. L'enculage ne dure pas très longtemps, le mec tâte la belle bite raidie du petit brun et nous fait signe que tout est OK. Puis Erik appelle sur son portable un certain Sven qui arrive très vite.

Sven est un jeune mec blond, très scandinave avec un anneau au téton droit. Il est vite à poil et présente son cul à Thomas qui sans hésiter lui enfonce sa queue. Erik présente sa queue devant le cul de Thomas qui la prend à nouveau sans problème. Il est ainsi en sandwich et se laisse faire. Erik arrête l'enculage sans aller jusqu’au bout.

— Parfait pour la queue et la bite. Il est capable d'être plus soumis ?

— Oui, il a été placé en bordel à Amsterdam, mais il n'a pas encore connu du SM hard ni le fist.

— On va s'en occuper ! Il va devenir un parfait petit esclave sexuel. Il est faisable rapidement ?

— Il est en bonne route pour cela.

— Vous êtes invités à la partie de ce soir, où il doit y avoir en plus de Thomas deux jeunes Suédois à introniser.

Thomas a écouté toute la conversation sans broncher, il sait désormais clairement ce qui l’attend.

Malmö, vendredi 17 août, 20h

Comme toujours en Suède, la soirée commence tôt. Erik est le maître de cérémonie et très vite le bar se remplit d’une trentaine de Suédois de tous les âges, tous en uniformes militaires. Dans un coin, deux jeunes mecs la tête tondue sont attachés au mur, ce sont les deux futurs membres du groupe à incorporer ce soir et le bizutage promet d’être sévère. Je découvre aussi Thomas, nu portant seulement un harnais de cuir. Erik et Sven l’attachent les mains en l’air contre le mur. Les mecs s’approchent. Un petit jeune brun mat, pas très suédois d’aspect s’approche, la bite tendue. Il se positionne et pénètre Thomas en force d’un coup. Celui-ci réagit en poussant un cri de surprise mais il s’est immédiatement fait branler par un jeune en tenue de para.

Erik me fait signe ainsi qu’à Yann de s’occuper des deux mecs tondus.

— Honneur aux invités français ! Faites-en ce que vous voulez, ils n’ont rien à refuser ce soir, même s’ils sont normalement plutôt actifs et dominateurs.

Yann et moi décidons de commencer par un enculage en règle. Ils sont bien soumis et se mettent en position. Je prends le mien sans précaution car j’ai vu qu’il avait été bien préparé. Il a un bon cul bien dilaté. Usé par tout ce que j’ai fait ces derniers temps, je jouis assez vite. Je suis aussitôt remplacé par un grand viking hypermembré. Une dizaine de minutes plus tard, j’entends Yann rugir de plaisir. Pendant ce temps, je regarde ce qui arrive à Thomas. Il doit maintenant enculer les deux jeunes tondus. Il passe d’un cul à l’autre sauvagement dans doute pour se venger de ce qu’il subit. Erik fait signe à Thomas de mettre sur le sling le petit brun qui l’a baisé en premier. Thomas ne se fait pas prier et il s’enfonce dans le tout jeune mec qui doit avoir le même âge que lui. Son corps ondule et rythme la baise. Il est vraiment très beau quand il baise, ses muscles sont mis en valeur, mais il n’est pas là que pour ça, c’est évident.

Erik se met derrière Thomas et prend un pot de graisse. Il s’enduit les mains en les frottant et il met deux doigts dans le cul de Thomas qui se raidit puis se met en position le cul cambré tout en continuant le baisage du petit brun. Les doigts s’ajoutent les uns aux autres et Erik se prépare à fister Thomas. Je m’approche pour le tenir et lui passe du poppers sous le nez. Erik en est à 4 doigts, il entre et sort tout en caressant le trou. Il y va tout en douceur. Thomas continue à baiser lentement le jeune mec sur le sling. Je m’adresse à lui :

— Thomas, remplace le brun sur le sling, tu sais pourquoi.

— Il va falloir m’attacher car je ne crois pas que je vais pouvoir y arriver.

— Ne t’inquiète pas, je vais t’attacher et rester à côté de toi.

J’attache effectivement fermement Thomas sur le sling. Les mecs se regroupent pour voir le dépucelage au poing. Erik entre un peu plus loin mais prend tout son temps, sa main coulisse sans encore entrer. Je colle le poppers sous le nez de Thomas car le moment va approcher. Erik précipite le mouvement et force le passage. Thomas pousse un cri bref. Cette fois-ci il est fisté. Il bande très dur. Doucement, la main d’Erik entre et sort puis s’installe au fond du cul du petit brun hétéro. Cette première main n’est sûrement pas la dernière de la soirée pour Thomas. Des mecs viennent lui caresser durement les abdos. La soirée est bien partie. Un marin vient planter sa bite dans la bouche de Thomas. Un peu partout des culs se dévoilent et des bites apparaissent. Yann est sollicité pour remplacer Thomas qui vient de jouir sur le sling. Il s’y allonge avec le sourire et immédiatement un des deux soumis du début vient lui travailler les couilles tout en le prenant sans douceur.

Une heure plus tard, je fais signe à Erik :

— Désolé de ne pas rester mais nous devons rentrer assez vite sur Paris, et Amsterdam nous a fatigués.

Nous flattons tous les deux la croupe de Tom occupé à baiser un petit brun hypermusclé. On le laisse tout à son long plan hard, et celui-là semble loin d’être terminé. Nous devons rentrer sur Paris le lendemain midi avec une nouvelle chaude escale à Amsterdam où un coup de fil de Dom nous a dit de retourner à «l’école» pour finir une opération.

Avant de partir, un dernier coup de fil d’Erik nous apprend que Tom a pris les trente queues dans la nuit plus trois poings et qu’il a été parfait.

À suivre...








Dernier courriel connu de l'auteur : aurelienvogt494@hotmail.com