Auto-stop sous la canicule


Auto-stop sous la canicule
Texte paru le 2021-09-29 par DavidGS   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5328 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. DavidGS.


L'autre jour, en rentrant du travail, la chaleur était insoutenable, une bonne canicule. La clim à fond dans la voiture quand j'aperçois un mec en stop, sous ce soleil de plomb. J'ai pour habitude de charger les autostoppeurs, mais celui-là je n'aurais pas voulu le rater. Le mec était vêtu d'un cuissard à mi-cuisses, d'un t-shirt à bretelles avec un col assez large et d'une paire de basket. Je m'arrête et il me donne sa destination.

- Pas de problème, montez, c’est sur ma route.

Le gars s'assoit à côté de moi et me dit qu'il pensait rentrer en faisant son sport journalier jusqu'à la prochaine gare, mais que la chaleur n'était pas supportable. C'est vrai qu'il avait l'air bien athlétique, grand, bien proportionné en musculature, bronzé et, de ce que je pouvais voir, bien poilu châtain foncé presque noir. A peine il était monté dans la voiture que son odeur de mec avait envahi l'habitacle, pas dégoûtant juste une odeur de mec. De temps en temps, il s'essuyait le front, laissant apparaître une bonne touffe de poils humides sous ses aisselles. Un vrai régal pour les yeux et mes narines.

Ma queue aussi commençait à réagir. J'en profitais pour mater ses cuisses poilues et musclées de temps en temps, un vrai plaisir pour la rétine. À un moment, il s'est excusé pour l'odeur et je lui ai dit de ne pas s'en faire pour ça, qu'il m'arrivait aussi de sentir un peu le fauve, que ça ne me dérangeait pas et que je m'étais habitué à pire, ayant fait l'armée. Du coup, nous sommes partis dans une discussion sur l'armée, car lui aussi était ancien militaire. Pendant notre discussion, je l'ai surpris à plusieurs reprises se caressant la cuisse, montant légèrement sa main sous son short. Je pense qu'il a bien vu que j'avais observé cette scène, car ses mains montaient toujours plus hauts.

A un moment je pouvais voir son entrejambe sous son short, ça ne faisait plus de doute qu'il bandait. Comme j'observais son engin, il a compris que la situation ne me gênait pas. Sa main monte encore plus haut, je peux deviner qu'il a attrapé sa queue et qu'il la tient bien fermement. A présent son regard se porte sur mon entrejambe. La bosse sur mon pantalon ne laisse pas de doute sur mon état. Un sourire envahit son visage et ses beaux grands yeux bruns s'illuminent. Il sort la main de son short, soulève un peu ses fesses, et descend ce dernier jusqu'à buter sur son membre viril. A présent, je peux voir sa touffe de poils pubiens magnifiquement ondulés, il lève aussi un peu son t-shirt jusqu'au nombril. Je peux à peine le voir, car les poils dissimulent bien ce dernier.

Il saisit sa bite de sa main droite, tout en gardant son sexe à l'intérieur du short. Il me fait un beau sourire. Mais je dois rester concentré sur la route. Ce qui ne l'empêche pas, pour mon grand bonheur, de glisser sa main gauche sur mon pantalon, il n'a aucune difficulté à trouver mon point faible, il me caresse à travers le pantalon, c'est trop bon. A présent sa main experte cherche à s'introduire dans mon pantalon je fais tout pour l'aider, jusqu'à qu'il puisse sortir mon membre de sa prison.

A peine est-il dehors que le mec se penche pour le déguster goulument. Il n'a pas besoin de me pomper longtemps, je laisse mes cris sortir de ma bouche afin de lui signaler la venue de mon orgasme pour le prévenir. Mais pas une goutte n'a fini dans mes poils et, vu le nombre de "hummm" qu'il a fait, il a dû apprécier mon nectar. A présent, il se remet droit dans son siège et sort enfin sa belle queue et commence à se branler. A ce moment, je la saisis et lui dis que je pouvais m'occuper de ça. Lui aussi se laisse aller dans des cris de mâle viril. Il soulève son t-shirt jusqu'à ses tétons magnifiques, fondus dans la toison de son torse poilu, avant de jouir et d'envoyer ses jets de foutre sur ses poils déjà humides. C'était magnifique de voir ces traces de sperme dans cette toison, j'en ai profité pour l'étaler sur son torse avant de me lécher les doigts, un pur bonheur.

Nous allions maintenant arriver à destination. Avant de sortir, il m'a dit qu'il faisait souvent du stop et qu'il serait d'accord pour qu'on échange nos numéros de téléphone. C'est sûr que je ne vais pas le laisser au bord de la route au prochain passage, et qu'une petite pause en forêt pourrait être faite sur le chemin.