Baise en Italie

Ce texte vous est présenté dans le
cadre du projet d'écriture :

Essay.svg

Raconte cette photo (2)

Baise en Italie
par Gigi xxx   Drapeau-fr.svg   (2012-05-07)


Ce récit a été publié sur l'archive par l'auteur d'après une activité d'écriture proposée au menu "Écriture" du menu général.

Cet auteur vous présente 13 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 9137 fois depuis sa publication
(* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)
Raconte2-07.jpg

Je m’appelle Fabrizio, je suis français d’origine italienne. J’ai 24 ans, je mesure 1m79 pour 73 kilos. Je suis plutôt musclé, la peau mate, les cheveux et les yeux bruns. Mon torse et mon pubis sont légèrement poilus. Je suis plutôt fier de mon sexe 19cm par 5, circoncis avec un beau gland rose et bien lisse. Je suis plutôt bisexuel, j’ai surtout eu des expériences hétéros mais un de mes meilleurs amis était homosexuel et j’ai couché avec lui quelques fois.

L’histoire que je vais vous raconter s’est passée l’année dernière au mois d’août. Je passais mes vacances au bord de la mer pas très loin de Gênes en Italie. Je m’étais installé dans un camping non loin d’une plage et je passais le plus clair de mon temps au bord de l’eau. J’avais rencontré un groupe de jeunes italiens avec qui j’étais devenu ami. Parmi eux, il y avait Clara, une brune de 20 ans, particulièrement bien faite, et qui me faisait fantasmait, mais avec qui je ne pouvais rien tenter étant donné que son copain était avec nous. Un jour après environ une semaine de séjour, tout notre groupe s’est retrouvé dans l’eau pour une partie de ballon. À plusieurs reprises, Clara était venue au contact avec moi. Elle portait un string très petit et un haut de maillot de bain qui ne cachait pas grand-chose de sa grosse poitrine, et je finis par me retrouver avec une érection gênante. Etant dans l’eau, cela ne se voyait mais la partie s’est terminée et je cachais toujours une trique d’enfer dans mon maillot devenu trop petit. J’ai alors dit vouloir nager en espérant que cela se calme mais après 10 minutes je bandais toujours comme un âne. J’avais repéré une petite crique dans une falaise voisine et j’ai décidé de m’y rendre pour me soulager.

En arrivant dans la crique, j’ai vérifié que personne n’y était. Ne voyant personne, je me suis appuyé contre la paroi rocheuse et j’ai sorti mon chibre de mon maillot. Je l’ai empoigné de la main droite et j’ai fermé les yeux pour me laisser aller. Quel plaisir de était-ce ! J’ai retiré mon maillot pour être plus à l’aise et je me suis allongé. De ma main gauche, je me malaxais les couilles tandis que ma main droite faisait des allées et venues sur mon sexe. Mon pouce titillait mon gland. Je relevais ma main gauche pour me caresser mon torse. Dans ma tête, je revoyais le corps de Clara, ses fesses et sa poitrine qui se balançait quand elle courait… Soudain ce fut l’explosion. J’ai largué 5 jets de foutre liquide sur mon torse. J’étais vidé. Je ne me suis pas relevé tout de suite pour profiter de l’instant et je me suis finalement endormi sans remettre mon maillot. Quand je me suis réveillé, Toni, un des garçons du groupe arrivait vers moi et le soleil se couchait.

— Bah alors mon cochon on se fait du bronzage intégral ! Dit-il en riant.

Puis voyant les restes de foutre sur mon torse, il a ajouté :

— Ah mais non, tu te tapais une bonne queue en fait !

Encore dans le vague, j’avais du mal à réagir. Voyant que j’étais encore à poil, je saisis mon maillot pour cacher mon intimité.

— Bah tu sais, j’en ai vu d’autres, me dit Toni. Les autres sont partis en boîte sans t’attendre, il est déjà 22h, tu sais. Moi je me suis douté que tu serais là alors je les ai laissés se barrer en disant que je te chercherai. T’aurais pu me prévenir, je me serai bien tapé une queue moi aussi.

Je ne disais rien, je cherchais à reprendre mes esprits. Je regardai Toni en face de moi. Il était grand lui aussi, surement 1m82, mais beaucoup plus mince que moi malgré une musculature bien marquée. Ses abdos semblaient particulièrement solides. Il avait la peau mate mais un peu plus claire que la mienne, et son corps était totalement imberbe. Son maillot semblait bien trop petit pour son paquet qui avait l’air plutôt imposant, et un début d’érection pointait. Il se retourna pour regarder la mer, et je pus voir que son maillot était en fait un string, qui séparait une très belle paire de fesses, bien fermes. Je fus surpris de voir que j’avais de nouveau une érection que je voulus cacher en enfilant mon maillot mais Toni s’est retourné et a vu mon sexe dressé.

— C’est moi qui te fais de l’effet comme ça ? Demanda-t-il en rigolant.

— On dirait, répondis-je à mi-voix un peu honteux.

— Tu sais je suis bi alors si tu veux...

C’était la phrase de trop, je lui ai attrapé la main et je l’ai attiré vers moi pour que je l’embrasse à pleine bouche. Je ne savais pas ce qui m’arrivait, les seules fois où j’avais couché avec un mec, on avait bu et on était manque alors que là. Toni d’abord surpris, me roula ensuite une pelle d’enfer. Nos langues s’entremêlaient, nos corps se plaquèrent l’un contre l’autre. Toni commença à m’embrasser sur tout le corps, commençant par le cou, puis le torse, mes têtons. Sa langue caressa mes abdos, puis il s’approcha de mon sexe. Sa langue glissait le long de ma hampe. De temps en temps, il gobait mes couilles pour remonter ensuite jusqu’à mon gland, le gober et me sucer. Je poussais des râles de plaisir de plus en plus forts. Il me fit remonter les cuisses pour accéder à ma pastille encore vierge. J’avais toujours refusé de me faire prendre jusque-là mais la situation m’excitait. Il me glissa un puis deux doigts pour me masser la prostate. Sa langue passait de ma rondelle à mes couilles et à mon sexe sans arrêt. Je sentais le plaisir montait et j’ai explosé soudain, lui arrosant le visage de 4 longs jets de sperme. Il me sourit, je le remerciai, et il a approché son visage de moi pour que je le nettoie. Je l’ai lavé à grands coups de langues et j’ai commencé à lui faire subir le même traitement qu’il m’avait fait subir. Je lui ai retiré son string qui ne cachait plus on sexe devenu bien trop grand. Il devait faire 23cm par 6. Je me suis activé à mon tour dessus jusqu’à ce qu’il jouisse à son tour mais lui dans ma bouche. Il m’embrassa pour que nous partagions son sperme.

Nous sommes restés lovés l’un contre l’autre quand nos érections sont revenues. Toni m’a demandé si j’étais clean. Nous l’étions tous les deux. Il s’est alors mis à quatre pattes et s’est cambré me présentant son cul d’enfer. Je l’ai léché, enfonçant ma langue puis un, deux et trois doigts dans son trou. Il a crié « Prends-moi! » Je me suis mis debout et j’ai commencé une sodomie bien rythmée. Il gémissait de plaisir, peu à peu ses muscles se contractaient autour de mon sexe et soudain il jouit sans s’être touché, et au même moment je me suis vidé dans ses entrailles. On est alors allés se laver dans la mer mais l’envie est revenue. J’ai demandé à Toni de me sodomiser mais en douceur étant vierge de ce côté-là. Sans sortir de l’eau, il a entrepris de me dilater avec ses doigts. Je suis accroché à un rocher qui émergeait de l’eau. Il a alors approché son gland de mon trou. Il a un peu forcé l’entrée. J’ai gémi sous la douleur. Il a patienté un peu en m’embrassant dans le cou. Puis, il s’est enfoncé à nouveau, un peu plus vite. La douleur est revenue puis a disparu. Il a alors commencé ses va-et-vient d’abord très lents puis de plus en plus rapides. Mon plaisir augmenta sans cesse, Toni me masturbait et sa queue appuyait sur ma prostate. J’ai tourné la tête pour l’embrasser quand j’ai finalement explosé dans l’eau et lui dans mon trou. On est retourné sur la plage puis on a rejoint les autres en boîte.

Au cours de la soirée, on s’est embrassé et on a fini les vacances ensemble. Toni s’est maintenant installé en France avec moi et j’assume ma bisexualité désormais.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!