Brute en perf'

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG96.jpg


Numéro 96

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 96
Date de parution originale: Décembre 1998

Date de publication/archivage: 2012-08-31

Auteur: Lucien
Titre: Brute en perf'
Rubrique: Bien baraqués, bien montés

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5326 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


La drague, quand ça marche, c'est magique! Qu'y a-t-il de plus excitant quand une belle bête baraquée comme un catcheur vous suit dans la pénombre d'un terrain vague? On n'a pas envie de s'arrêter tout de suite, même si le pas ralentit, comme freiné par le désir.

Ce mec qui me file le train, c'est un vrai fantasme: au moins 1m90 et plus de 100kg de bonne viande dure, jean crade, tiags, et ce Perf’ ouvert sur un torse sculpté comme un Michel-Ange. J'entends son pas lourd derrière moi, à quelques mètres. J'en ai le ventre noué d'excitation. J'ai la teub qui ne demande qu'à sortir. Ben oui, pourquoi pas?

Tout en continuant de marcher, je me la sors, avec les couilles, et je commence à me palper le jonc ouvertement. Exhib à mort! C'est à ce moment que je me retourne, m'adossant au mur de briques.

Et c 'est le choc. Je vois ma brute en cuir s'arrêter à trois mètres, ouvrir son Perf', puis défaire les boutons de sa braguette. Un énorme paf congestionné en surgit, un 20 x 6 minimum! Mais au lieu de se prendre le manche en main, mon balèze commence à se caresser les pectoraux comme une véritable salope en chaleur. Faut dire qu'il y a de quoi faire! Géographie tourmentée! Je n'en peux plus. Je me traîne à ses pieds, je pose mes mains sur ses tiags, et je m’engouffre le monstre dans la gorge. C'est bon, c'est fort de goût, ça me comble. Au-dessus, en levant les yeux, je vois ma grosse brute baraquée continuer à se peloter comme une pute en chaleur, à se niquer les tétins entre pouces et index en gémissant de plaisir. Je crois qu'on va bien s’amuser tous les deux...


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!