C'était pas prévu


C'était pas prévu
Texte paru le 2022-04-29 par Le pup anonyme   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur

MMM.jpg

Cet auteur vous présente 2 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1802 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Le pup anonyme.


Je vais vous raconter une histoire qu’il m’ait arrivé hier après-midi et qui fait partie d’une de mes meilleures baises de toujours. Je vais d'abord vous parler de moi.

Je suis un jeune mec de 25 ans, je mesure 1 m 75 et pèse 76 Kg. Je suis soumis depuis plus de 10 ans, et j'adore servir les vrais mâles pour les servir. Je suis uniquement passif et je suis d'ailleurs en chasteté depuis 657 jours, non-stop.

J’ai donc rencontré un mec sur Grindr (que l’on va appeler « Frank ») qui avait bien besoin de se vider les couilles dans un trou. Les consignes étaient claires, je devais l’attendre à poil, les yeux bandés, à quatre pattes sur le sol, le trou déjà ouvert et/ou lubrifié, car il ne voulait pas perdre du temps.

Du coup je me suis godé pendant 20 minutes puis je me suis mis à quatre pattes dans l’entrée. Frank rentre et, alors que la porte n’était pas encore fermée, j’avais déjà sa queue bien dure bien au fond de moi. On s’était à peine envoyé trois ou quatre messages, donc je ne savais pas à quoi il pouvait ressembler et inversement.

Je sens alors une queue énorme (je dirais du 19/5 cm) me pénétrer.

La porte qui n’était toujours pas fermé alors qu’il était en train de me sauter comme une grosse pute. Je flippais que quelqu’un débarque dans le couloir et me vois comme ça. Et c’est à ce moment que j’entends deux mecs rigoler dans le couloir. Je lui dis « Ferme la porte s’il te plait ». Il me répond « Ferme ta gueule sale pute » avec un accent allemand et là les deux mecs (Que l’on va appeler « Klaus » et « Gunter ») débarquent dans l’appart. Visiblement, ils se connaissaient et ils avaient été invités puisqu’ils disent « Hallo » à Frank qui était en train de me sauter.

La porte se ferme alors, Frank sort de mon cul et Klaus le remplace immédiatement, elle ne me fait pas mal, elle doit être du même gabarit que celle de Frank. C’est à ce moment-là que Gunter se balade dans mon appart et va dans ma chambre.

Alors Klaus sort de mon cul et me tire par les cheveux pour que je le suive. Il me dit de m’empaler sur Gunter confortablement allongé sur mon lit, donc j’obéis.

Je me prends une gifle de la part de Frank et un coup dans les couilles par Klaus parce que je me suis levé sans autorisation. Je demande pardon et leur dis :

"- Me permettez. Vous de me lever pour aller m’assoir sur cette vénérable queue s’il Vous plait Messieurs ?

- C’est tellement bien demandé que bien sur pétasse, me répondit Frank, en rigolant."

Je leur réponds "merci" et je m’installe doucement sur la queue de Gunter. C’était sans compter sur la domination de Frank qui m'appuie d’un coup sec sur les épaules pour que je m’empale franchement sur la queue de son pote. Et là les mecs parlent entre eux dans une langue étrangère, en allemand je pense. Ils rigolent entre eux pendant que je me fais éclater par Gunter qui a une queue beaucoup plus épaisse que ses deux amis, certainement une teub de 20/6.

C’est à cet instant que je sens une seconde queue frotter mon trou, je ne sais pas si c’est celle de Klaus ou de Frank, mais vu comment il force pour rentrer je pense à celle de Frank. Je crie alors de douleur, car il essaie de rentrer d’un seul coup. Gunter, sur qui je suis toujours empalé, attrape mes couilles et les serrent et me dis fermement :

"Comme ça, tu penseras plus à ta chatte de pute. Je te conseille d’accepter ton sort parce que je ne les lâcherais pas tant que t’auras pas fermé ta gueule » et il sert de plus en plus fort."

Donc, je finis par encaisser en silence.

Klaus me fout sa teub sous le nez, me pince le nez, ce qui me fait ouvrir la bouche. Il me rentre sa queue au fond de ma gorge et me pisse dans la gueule sans prévenir.

Surpris, je n’arrive pas à tout avaler. Donc Gunter, couché, s’en prend sur la gueule.

Ça le vénère de ouf donc il ressaisit mes couilles, mais cette fois, il ne les sert pas. Il les tire comme s’il voulait me les arracher.

Il me dit « Putain t’as fait quoi grosse merde ? Je te jure que tu vas le regretter » et il n’a pas lâché mes couilles de toute la baise.

Pendant ce temps Klaus continue à me pisser au fond de la gorge.

Et là, je sens Frank se démener dans mon cul. Il se contracte, et dans un râle viril il me crache tout son jus au fond du cul. Il me remplit, je sens quatre à cinq jets de foutre me remplir. Ça excite Gunter qui jute en deuxième, plus en silence.

Ils sortent tous les deux de mon cul, me balance au sol. Ils n’ont même pas pris le temps de se déshabiller donc ils rangent leurs teubs et se cassent en me laissant avec leur pote. Moi toujours au sol et sonné par la chute, j’essaie de me remettre de mes émotions, mais c’est sans compter sur Klaus, toujours présent et plein qui me retourne tout en me disant « Je n’ai pas eu droit à ta chatte moi encore, mais t’inquiète pas, tu vas l’avoir ». Il pénètre alors d’un coup dans mon cul déjà bien ouvert et rempli. Klaus, visiblement très chaud me bourrine et en à peine 30 secondes, il finit par rajouter sa dose à celles de ses potes.

Il sort de mon cul, me crache à la gueule, me fout un coup de pied et se casse en me laissant là et en laissant la porte ouverte. Je l’entends crier « A bientôt connasse ».

Je tente de me relever pour fermer la porte avant qu’un de mes voisins me voie comme ça.

1 h plus tard, je reçois un lien de Frank sur Grindr. Je clique dessus, c’est une vidéo. Et c’est là que je me rends compte qu’ils étaient en fait quatre, trois à me sauter et un autre pour filmer la scène.

La vidéo est accompagnée d’un message : « Un petit souvenir de toi que je compte partager à mes amis avec ton adresse. Attends-toi à leurs visites ainsi qu’à la mienne, de manière régulière »

Histoire à suivre, donc…