Chantier interdit aux pudiques

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG137.jpg


Numéro 137

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 137
Date de parution originale: Août-Septembre 2005

Date de publication/archivage: 2012-03-22

Auteur: Raphaël
Titre: Chantier interdit aux pudiques
Rubrique: Une virée à Montpellier

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 7844 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


J'avais déconseillé à Matthias de quitter Paris pour s'installer à Montpellier. Je lui avals dit : « Malheureux, c'est un désert pour pécho des mecs ! Pour un bouffeur de bites comme toi, ça va être terrible ! Emmène un max de films de boules pour tenir le coup ! » Je reconnais que je m'étais trompé de A à Z. Je suis descendu voir Matthias la semaine dernière et je me suis grave éclaté. En sortant du TGV en fin d'après-midi, j'ai trouvé Matthias épanoui comme jamais. Il m'a entraîné tout de suite au Chantier, un super sexe-club pur jus. Pas cher en plus : 7 euros l'entrée, des consos à 2 euros, et ça ouvre à partir de 15 heures. Matthias avait tout prévu : il a sorti de son sac deux salopettes dans le vestiaire, et il m'en a tendu une.

La déco du sexe-club était pour le moins originale, elle représentait des zones de chantier éclairées par des panneaux de signalisation routière. Matthias m'a dit : « Place-toi debout adossé au mur, là, à côté de moi ! » Ça n'a pas traîné ! Des mecs ont commencé à nous coller. Ils étaient chaussés de rangers, ils portaient un jean ou un short, et un débardeur. Deux d'entre eux nous ont descendu la fermeture éclair de nos salopettes. Mon mec, un brun très viril, s'est attaqué direct au gros oeuvre : il a palpé mon paquet sur mon slip blanc. Ce salaud a juste mis mes couilles à nu et il les a gobées l'une après l'autre. Il suçait mes boules à l'intérieur de sa bouche. C'était hyper jouissif ! Un autre garçon a fait jaillir mon manche, il l'a avalé en entier. Il faisait glisser mon gland sur l'intérieur de ses joues avec une gourmandise déconcertante. Un troisième larron au crâne rasé me léchait et me mordillait les tétons. Je me suis aperçu que Matthias était lui aussi soumis à rude épreuve.

J'ai enfoui une main à l'intérieur du jean du lécheur de tétons. Il portait un string, j'ai agacé son anus d'un doigt inquisiteur. Il se cambrait et gémissait tout en salivant sur ma poitrine. Je l'ai entraîné dans la cabine la plus proche que j'ai pris soin de laisser ouverte. Le mec s'est penché en avant contre le mur. II avait envie de se faire attraper debout à la sauvage. Après avoir relevé son débardeur, je lui ai fait tomber son jean sur les mollets. Je lui ai laissé son string, dont j'ai écarté la ficelle pour huiler son oeillet. Son anus était super étroit. Quand je poussais ma teub à l'intérieur de son cul, j'avais des frissons de plaisir qui me grimpaient dans la colonne vertébrale tellement c'était bon.

Matthias m'a surpris en train de besogner comme un sourd, mes mains agrippées au fessier rond et musclé du mec. Il m'a dit qu'il venait de gicler sur la figure de son suceur. Matthias m'a roulé des pelles et flatté les tétons tandis que je m'activais à fond. Je lui claquais les fesses et il aimait ça ! Mon partenaire a passé une main entre ses cuisses et il a pétri mes bourses. Voyant que j'étais hyper sensible à cette caresse, Matthias en a rajouté en me vissant un doigt dans la rondelle. J'étais hors de moi. Je me suis retiré et je me suis vidé les couilles sur les reins du mec au crâne rasé.

Avant de quitter le Chantier, nous avons aperçu un garçon qui se prenait un max de bites, il était installé sur un sling. Pour me remettre de mes émotions fortes, Matthias m'a entraîné au Ménestra, un nouveau restaurant d'excellente qualité, qui est agencé de manière à favoriser les dragues entre mecs. C'est là que nous avons fait la connaissance de Greg et Fabien, un couple qui bouge. Matthias s'était fait brancher par Fabien aux toilettes et moi j'ai compris que Greg était partant pour un plan pas triste. Ils se sont décidés pour la Villa Rouge, à la sortie de Montpellier. Une très grosse boîte (trois bars, deux pistes de danses, etc.) ouverte à tous, mais très branchée gay. Pour preuve, la Villa Rouge est équipée de back rooms pour mecs. On est tombé dans une ambiance de teuf de folie. Fabien nous a vite délaissés pour se faire un délire avec un mec bi et sa copine. Greg paraissait du coup un peu contrarié. Alors Matthias et moi, nous l'avons sucé dans une back room. J'aimais bien m'occuper de sa grosse queue en effleurant les lèvres de Matthias. Greg s'est pris de passion pour le cul de mon ami. « Il vient de me mettre un deuxième doigt, » m'a d'ailleurs murmuré Matthias à l'oreille en poussant un soupir de volupté.

Puis Greg a pénétré mon pote qui était s'était mis à quatre pattes. Je me suis placé sous lui de façon à lui pomper la queue tandis qu'il se faisait défourailler le cul. Je travaillais aussi les couilles de Greg et il adorait ça. Matthias m'a giclé sur la figure, puis Greg m'a enculé dans la foulée. Fabien nous a finalement rejoint au bar. On s'est mis d'accord pour se faire un plan baise tous ensemble, le lendemain, sur la plage de Sérignan, près du Cap d'Agde, donc pas loin de Montpellier. Et le jour suivant nous nous sommes éclatés sur la plage des Aresquiers à Frontignan. Les lieux de rencontres entre mecs, il connaît mon Matthias.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!