Citicus (07)


Citicus (07)
Texte paru le 2021-01-12 par Bill Smith   
Ce texte a été traduit et publié sur l'archive par un internaute. Aucun contact n'a été réussi après de l'auteur original.



Cet auteur vous présente 10 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 2380 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

Template-Books.pngSérie : Citicus

Template infotrad.pngInfos



- Je cultive des esclaves. C'est ma seule récolte.

- Ahmed, nous gardons tous nos femelles pleines bien évidemment.

A déclaré Citicus.

- Cela à du sens avec la demande d'esclaves de nos jours, et la plupart d'entre nous sélectionnons les étalons pour améliorer le stock tout en répondant à cette demande. Chez moi les porteurs de litière qui nous attendent ce soir servent mon haras pour les quelques 200 femelles que je garde en stock. Mais je n'appellerais pas ça une ferme, bien que la récolte d'esclaves soit nouvelle forme d'élevage bien sûr.

Ricana Citicus.

- C'est toujours amusant de voir les étalons saillir.

A expliqué Citicus.

- Peut-être qu'avant la fin de la nuit, nous pourrions organiser une saillie d'un autre lot de femelles, si cela vous intéresse. Nous laissons aux esclaves femelles de reproduction un mois après la naissance avant de les faire reproduire encore une fois, mais je pense qu'il y a un lot de reproductrices en chaleur sur le point d'être à nouveau prêt.

- Bien sûr, tous les propriétaires d'esclaves prudents font de la reproduction dès qu’ils le peuvent.

A répondu Ahmed.

- Mais je parle d'une véritable exploitation agricole qui produit près de 2 000 têtes par an. Bien que la récolte prenne beaucoup de temps pour atteindre le moment de les amener au marché, et les coûts de démarrage sont élevés avec les coûts initiaux des 2 000 couvées d'esclaves, et il m'en coûte une fortune pour nourrir 35 000 têtes jusqu'à ce qu'ils atteignent la maturité, mais les bénéfices sur les 2 000 commercialisés chaque année sont conséquents malgré les coûts, d'autant plus que mon stock au marché rapporte bien, dans la moyenne, un bon prix en raison de la sélection très stricte et la formation dès la naissance de ces "bestiaux parlants" pour être et faire à peu près tout ce que tout nouveau maître peut imaginer. La ferme a acquis une réputation des plus enviables au fil des ans en produisant un beau stock semblable au Nubian ici.

[Il convient de noter que bien que la majorité des esclaves de Rome étaient prisonniers de guerre, d'autres avaient été vendus en esclavage comme punition suite à des crimes ou des dettes, ou kidnappés par des pirates ou abandonnés par leurs parents à la naissance et élevés par ceux qui les ont ensuite vendus en échange de leurs efforts. Mais un grand nombre d'esclaves sont simplement nés légalement; La loi romaine stipulant que toute progéniture d'un ventre d'esclave était un esclave. Quand les esclaves étaient très bon marché en raison des guerres d'expansion romaine, il ne valait guère la peine de nourrir les esclaves de maison de la naissance à un âge commercialisable. Mais comme l'approvisionnement régulier des prisonniers de guerre a diminué car Rome avait conquis la majeure partie du monde, l'élevage d'esclaves comme culture marchande est devenu très rentable et par conséquent, des fermes d'élevage ont vu le jour pour en profiter, étant situé dans toute la péninsule romaine ainsi qu'en Grèce, en Sicile et dans toute l'Afrique du Nord. Bien sûr, tout esclavagiste prudent a essayé de garder ses femelles enceintes le plus longtemps que possible, même ceux qui possèdent seulement un esclave ou deux afin de maximiser leurs profits. Mais c'était les élevages à grande échelle qui ont fait une réelle différence sur le marché et a maintenu l'appétit de Rome pour les esclaves bien apprivoisés pendant des centaines d'années, surtout après 100 après JC]

Ahmed, l'ami marchand de Citicus, était visiblement ravi d'expliquer comment sa ferme était extrêmement élaborée et rentable.

- Citicus, je viens de signer un contrat de vente en exclusivité avec l'un des plus grands marchands d'esclaves de Rome. Ils sont tellement satisfait des normes de qualité élevées que j'ai mis en place pour le haras et les couvées, ils voulaient la totalité de la production chaque année. Ils m' ont offert un prix que je ne pouvais pas refuser. J'ai fermé ma propre maison de vente aux enchères et arrêté toutes les opérations de marketing. Je ne peux pas rivaliser avec les concessionnaires romains sur ce marché de toute façon.

Ahmed se pencha en arrière sur son canapé, écarta son peignoir coûteux, étendit ses jambes largement de sorte que son énorme queue jaillisse dressée vers le haut, et ordonne à l’esclave nubien de monter face à lui. L'esclave noir a rapidement placé ses jambe de chaque côté des hanches de son maître, écarta son large cul et, saisissant la verge de son maître la positionné devant son trou ouvert glisse vers le bas jusqu'à ce qu'il soit totalement empalé. Alors que son cul était étiré par l'équipement massif du maître, la tension s’exprime sur le visage de l'esclave noir. Ses yeux étaient vitreux, les veines ressortaient sur son front, et sa bouche haletait pour respirer alors qu'il s'adaptait lentement, comme il l'avait fait plusieurs fois déjà, à la douleur de l'invasion forcée. L'expérience passée lui avait appris que la douleur n'était que temporaire et il savait que son corps accepterait à nouveau de se faire baiser par l'énorme phallus de son maître. En fait, avant que son maître le possède, il connaissait son corps, comme la plupart des autres esclaves mâles. Il savait interprété la stimulation si érotiquement agréable qu'il serait en fait heureux d'être utilisé par voie anale malgré les sentiments profonds de l'humiliation, de l'exploitation et la honte qu'il avait ressentie quand il avait été violée comme simple possession.

Alors que son maître jouait avec ses seins proéminents, l'esclave a commencé à élever et abaisser son cul en rythme, gardant le cul musclé serré chaque fois que la tige de son maître était entièrement enfermée dans son goulotte anale pour une action de "pompage" qu'avait appris par chaque esclaves d'Ahmed pendant leurs années de formation avant leur première vente.

- Hum,

gémit Ahmed en se penchant en arrière sur le canapé alors que le cul du noir travaille sa queue. En quelques minutes, Ahmed haleta de manière audible, cambra le dos alors que l'esclave noir pressait son cul aussi loin qu'il le put et serrait ses muscles du cul en se tenait totalement immobile alors que son maître tirait une décharge au plus profond de lui. Après avoir repris son souffle, Ahmed pinça les mamelons de Black pour lui faire savoir qu'il devrait descendre et laver avec sa bouche le vit de son Maître - la routine standard pour tout esclave qui a amené son maître à l'orgasme. Le garçon-esclave, en sueur, se souleva doucement du pénis toujours en érection jusqu'à ce qu'il entende le plop doux alors que la bite du maître quittait son sphincter, puis est descendu du corps de son maître et a rapidement avalé la tige de son maître jusqu'à la racine avant de procéder à un frottement minutieux de la hampe avec sa langue puis en avalant les restes de sperme de son maître avec sa salive avant de se désengager.

- Merci, Maître

Dit humblement l'esclave noir, alors qu'il reprenait sa position «de présentation» à côté de son maître: jambes écartées, posture droite, et mains agrippant l'arrière de sa tête. Un petit jet de sperme blanc suintait de son trou du cul et le long de l'intérieur de ses cuisses.

Citicus a ri alors que son ami Ahmed reprenait son souffle et se redressait du canapé à sa position semi-allongée habituelle, laissant son peignoir coûteux sur le sol à côté de lui.

- Comme tu nous le disais avant de jouir dans ton esclave noir, fournir une récolte de 2 000 esclaves par an sur le marché comment est-ce possible dans une exploitation fermière?

- Les esclaves sont une culture comme tout autre bétail, Citicus,

Le commerçant le Syrien déclara catégoriquement,

- Bien que ce soit beaucoup plus rentable avec marché actuel, en particulier quand vous pouvez intéresser certains grands concessionnaires à Rome par vos produis. Et que vous pouvez certainement améliorer la race dans le processus d'élevage et de dressage si vous avez un peu d'idées. Les éleveurs les plus responsables ont payé beaucoup pour arriver à cela, Citicus, comme vous le savez bien.

- Je suis sûr que vous sélectionnez convenablement vos couvées, mais vous devez avoir à gardez quelques étalons sous la main pour que les couvées restent productives,

Songea. Citicus

- Oui une sélection très stricte dès la mise à bas. Nous gardons que les beaux éléments, mâles et femelles, les autres sont vendus à vil prix et servent habituellement pour les sacrifices à nos dieux. La sélection de nos femelles porteuses et de nos étalons, limites ces déchets. Nous avons seulement dix étalons, mais ils sont bien occupés pour gagner et garder leur vie.

- Dix ? Pour 2 000 esclaves de couvées? Ils ne doivent rien faire d'autre que servir les femelles jour et nuit pour mettre les 2 000 en ceintes."

- Ils ne font rien d'autre

a déclaré Ahmed sans émotion.

- Pourquoi devrait-ils faire autre chose ? Nous les avons achetés comme étalons, et c'est ce que nous attendons d'eux. Et oui, ils sont tenus à leurs fonctions jour et nuit - c'est ce que sont des étalons, n'est-ce pas? En fait, Citicus, les étalons font de l'exercice rigoureusement deux fois par jour pour garder leur magnifique physique et leur bonne santé, et entretenir les couvées le reste du temps. Chaque matin, ils baisent une nouvelle femelle esclave le quatrième jour après son ovulation afin que nous sachions qu’elle est la plus réceptive à sa semence. Deux heures plus tard, il baise une autre femelle dans les même conditions et deux heures plus tard encore une autre. En fin d'après-midi, il répète la procédure avec trois couvées plus réceptives. Chacune des six est testé le lendemain matin pour voir si elles imprégnés et, sinon, elles sont à nouveau placés sous lui. La plupart des couvées sont imprégnées après trois séances ou quatre au maximum - beaucoup d'entre elles le sont dès la première fois qu'elle sont mises sous le mâle. Le mâle se vide six fois par jour, espacé ainsi il a tout le temps de se remettre complètement à chaque fois, bien sûr. Mais chaque septième jour, nous l’exerçons simplement physiquement et il n'est pas autorisé à décharger du tout. Nous trouvons cette période de «recharge» périodique très fructueuse en restaurant sa pulsion sexuelle, le garde de bonne humeur et donne à son équipement une chance de récupérer de tout dommage d'abrasion que son organe aurait pu encourir lors des utilisations. C'est pendant cette période de recharge que les surveillants et le personnel sont autorisés à jouer avec les garçons s'ils le souhaitent - ils peuvent les baiser autant qu'ils veulent tant qu'ils ne permettent pas à l’étalon de décharger - et bien sûr, nous encourageons le personnel à utiliser les étalons pour leur entretien. Avaler tout le sperme du personnel les aide simplement à se recharger le plus rapidement et fait une collation savoureuse pour eux. En tout cas, ils semblent toujours désireux de reprendre leurs devoirs après la pause. Peut-être qu'ils préfère mieux baiser que se faire baiser.

Rit Ahmed.

- Grâce à notre surveillance attentive de l'ovulation de la porteuse, il suffit environ 6 000 séances d'accouplement pour obtenir 2 000 bonnes grossesses par an. Cela signifie que chaque étalon doit s'accoupler que 600 fois par an. Nous allons vendre trois de nos étalons que nous avons depuis quelques années - ils ont 23 ans maintenant – car nous réduisons l'écurie à sept mâles - c'est tout ce dont nous aurons besoin même si le taux de fertilité des couvées prenait un plongeon. Vous pouvez m'acheter n'importe lequel des trois si cela vous intéresse, Citicus. Il y a des tonnes de bonne graine d'esclave encore dans ces étalons pendant des années qui viennes. Ma ferme venait juste de commencer à exploiter leurs ressources.

- Eh bien, j'ai dix étalons qui nous attendent en ce moment a déclaré Citicus en désignant ses porteurs de litière.

- La création d'une ferme d'esclaves impliquerait seulement le stockage des couvées.

- Ces esclaves pourraient facilement gérer 600 accouplements forcés par an et porter toujours votre litière partout où vous le souhaitez et il vous resterai du temps d’utilisation pour faire plaisir à vos invités,

A déclaré Ahmed.

- Cela ne leur ferait pas de mal et ils dureront des années. Vous n'en aurez pour votre argent avec eux En les mettant au repos de temps en temps lors de vos fêtes avec les stocks d’esclaves que vous avez sous la main. Soyez entreprenant et commencez à utiliser leur vrai potentiel - ne vous coûtera pas un centime de plus!

Un autre invité de Citicus, Septicus, un marchand dalmate dans les vingt cinq ans qui avait déjà fait des centaines de millions de drachmes avec des contrats de céréales avec l'Égypte, tendit la main et attrapa l'un des esclaves par la queue alors que l'esclave passait à côté de lui. Le fantastique et bel esclave thrace, se figea en position alors que Septicus le caressait pour le mettre en érection complète, l'esclave thrace rougissant furieusement dans le processus. Quelle honte de se faire tripoter de la sorte.

- Je pense qu'Ahmed a raison,

A déclaré l'homme d'affaires dalmate.

- Cet esclave étalon pourrait avoir au moins 600 accouplements complets par an sans endommager son potentiel de divertissement.

Brusquement, Septimus a relâché l'organe de l'esclave thrace et l'a giflé fortement sur sa croupe.

- Retourne à ta place d'attente, mon garçon - Pour cette façon de t’utiliser cela viendra plus tard

Et il rit en cherchant son propre esclave, un blond spectaculaire avec des cheveux coupés raz, une peau lisse et sans poils, magnifiquement bronzé uniformément sur son corps nu, un beau visage caractérisé par des hautes pommettes , des yeux verts soulignés par d'épais et noirs sourcils et de longs cils, un nez grec droit et une ligne de mâchoire saillante qui donne une teinte virile à son visage d’ailleur assez féminin

Le physique de l'esclave était parfait: très musclé sans excès des pectoraux gonflés et énormes, un ventre plat, un cul parfaitement rond qui ressemblait à deux boulles reposant sur un muscle solide, et un exceptionnellement longue et épaisse queue montrant une tête rose parfaite et suffisamment spongieuse pour apparaître totalement lisse et sans veine.

- A genoux, Chronis, et donnez-moi un service de bouche,

Dit Septimus brusquement alors qu'il tendait la main et caressait la joue de son esclave blond.

- Oui, maître

Dit l'esclave blond avec une pointe de gratitude dans sa voix alors qu'il tombait rapidement sur les deux genoux et avalait la tige de son maître jusqu’à la racine. Instantanément, les joues de l'esclave se creusèrent alors qu'il aspirait son maître et il était facile de voir que sa langue tournait furieusement autour de la verge de son maître pour offrir un massage en profondeur. Son jeune propriétaire Septimus a répondu en plaçant les deux mains sur les seins de son esclave et a commencé à serrer entre ses doigts jusqu'à ce qu'ils soient durs et gonflés dans ses mains. L'esclave émit un gémissement sourd alors que ses seins étaient pincés et massés par son maître, mais a continué ses fonctions sans relâche. En quelques minutes, il avait accompli cette tâche et la gorge de l'esclave soulignait clairement la bite du maître et les muscles de la gorge de l'esclave détournant le réflexe nauséeux en une sensation de massage pour son maître alors que ses seins enflammés répondaient au massage brutal de son maître en gonflant pour doubler sa taille normale.

Le visage de Maître Septimus devint rouge betterave alors que le contour de la gorge de son esclave grandissait et devenait de plus en plus gros et les muscles de la gorge de son esclave ont eu du mal à tout avaler le sperme de son maître coulant maintenant dans la gorge du garçon jusque dans son estomac.

- Le garçon est une excellente bouche

Haleta Septimus alors qu'il continuait à décharger dans la gorge de son esclave.

- Je comprends le revendeur a qui je l’ai acheté à un marchand d'esclaves suivant nos armées dans la partie nord de la Macédoine où il faisait partie du butin d'une escarmouche à la frontière. Comme il n'avait que 15 ans environ quand je l'ai acheté, vous pouvez voir qu’une formation approfondie a été nécessaire, mais, "soupira-t-il," elle semble avoir payée. Il prend la baise encore mieux,

Gloussa-t-il avec beaucoup de satisfaction.

- En tout cas, vous aurez tous une chance de voir de quoi je parle avant la fin de la soirée, j'espère pour vous.

- Rassurez-vous je l’utiliserai

Marcellus, un Romain gouverneur maintenant à Massilon, une colonie dans le sud de la Gaule, commenta à un autre invité de Citicus ce soir-là.

- J’apprécie beaucoup les races d'Asie Mineure, en particulier un joli mâle et bien construit comme ce garçon. Je serai heureux de vous échanger son utilisation contre votre utilisation du corps de mon propre esclave, Phallis, ici, dit Marcellus en levant la main qui peaufinait les seins du garçon esclave qui le chevauchait, son trou du cul complètement empalé sur la bite de son maître alors qu'il montait et descendait rapidement sur son maître, les muscles de ses jambes nettement soulignés sous la tension et de la sueur exsudant de son corps de l'effort continuel. L'esclave nommé Phallis gémit de la branlette espagnole et augmenta ses mouvements de pompage sur l'arbre de son maître

Son physique musclé brillait de toute la sueur dans les lumières douces de la salle à manger. Bien que son énorme bite se balance complètement en arrière et puis en avant comme il montait et descendait sur son maître, l'attention était attirée par son visage: des traits qui avaient l'air d'être ciselés, mis en valeur par des yeux verts brillants enfoncés profondément dans leurs orbites et les épais cheveux noirs de jais bien coupés sur la tête, soulignant parfaitement la ligne sa mâchoire proéminente.

- Je vous l’échangerai certainement prochainement dit Septimus en se retirant de la bouche de son esclave Chronis et regarda avec satisfaction son esclave nettoyer la dernière goutte de son éruption sur son pénis maintenant flasque sans que rien lui soit demandé.

- Ces yeux verts vont très bien avec ces cheveux noirs

A commenté le marchand dalmate,

- Et sa musculature est impressionnante. Il a l'air d'apprécier sa balade sur votre bâton. L'avez-vous depuis longtemps ?

- Seulement quelques semaines

Répondit Marcellus.

- Je l'ai trouvé chez un petit concessionnaire à Neapolis le mois dernier pendant que j'y étais en vacances. Il faisait partie d'une vente de domaine : son dernier maître est mort et aucun des héritiers ne voulait de lui, bien que je ne puisse croire qu'ils l'ai vu avant que de prendre cette décision. Le concessionnaire m'a dit qu'il avait été vendu à l'origine dans une province en remous en raison de défauts sur certains gros prêts, et finalement vendu à un riche Napolitain. Le tribun cherchait à augmenter sa propre écurie de beaux garçons, je pensais qu'il était donc bien formé et expérimenté dans les utilisations d'un esclave avec sa beauté. J'avais raison. Son maître napolitain l’a pris et est mort sur lui! Je fis un bon achat parce que l'avocat qui s'occupe de sa succession à Néapolis avait hâte de s'en débarrasser et des autres garçons esclaves de cette étable – il n'était pas habitué à vendre des garçons de plaisir et ne connaissait pas leur vrai valeur. En fait, l'idée même de vendre des esclaves était nouveau pour lui et il était extrêmement nerveux, même s'il était bien conscient que son client semblait avoir beaucoup d'argent sous la main. Mais il n'avait aucune idée d'où ils venaient. Il a vendu le tas d'entre eux à ce petit concessionnaire à des prix les plus bas où je l'ai eu à un prix très raisonnable. Seulement une chose que j'ai remarquée chez lui qui pourrait être inhabituelle - il y a une touche de malaise dans l'exercice de ses fonctions mais il fait toujours exactement ce que vous voulez - mais je soupçonne qu'il préfère se coucher sur une fille plutôt que d'en avoir une grosse verge dans son cul ou sa gorge jour et nuit.

Marcellus rit comme l'esclave poussa à nouveau vigoureusement son cul jusqu'à la base de l'arbre de son propriétaire avec un grognement bas.

- Mais pour moi cela ne fait aucune différence de savoir ce qu'il préfère faire tant qu'il remplit ses fonctions pour ma satisfaction,

Commenta Septimus,

- Les esclaves sont assez intelligents pour savoir ce qu'ils veulent, mais peu importe maintenant qu'ils sont esclaves - c'est ce que veulent leurs maîtres qui comptent. En plus, un jour, il appartiendra peut-être à une maîtresse qui appréciera sa naturel aspiration. De nos jours, beaucoup de matrones sophistiquées et riches remplissent discrètement leurs propres petits harems avec de beaux esclaves mâles. J'ai visité une veuve d'âge moyen aux moyens considérables la semaine dernière à Rome et dans l'intimité de sa villa, elle a fièrement fait défilé devant moi quatre esclaves étalons nus, tous avec un collier, en laisse et bien huilés, et formés pour s’exhiber comme s'ils étaient aux enchères. Lorsqu’elle a fini de les faire parader elle m'a invité à examiner ses esclaves pendant qu'elle m'expliquait comment elle allait s’en servir au mieux. L'un des esclaves avait l'air de sentir d'une sorte d’embarrassement et rougit profondément, surtout quand j'examinais ses organes sexuels, et un autre semblait dévasté par la situation difficile et a commencé à pleurer simplement quand je le regardais. Les deux autres avaient l'air carrément fiers que leur maîtresse veuille les afficher. "

- Eh bien, au moins deux d'entre eux semblaient s'ajuster sans difficulté à leur nouvelle vie,

Citicus se joignit à la conversation.

- Oui, Citicus, je ne sais pas s'ils se sont sentis extrêmement chanceux d’avoir été achetés par une femme comme esclaves de plaisir en tout cas cela semblait être l’un de leurs fantasmes; ou s'ils n'étaient que des esclaves bien formés qui étaient fiers d'être choisis comme jouets sexuels par des propriétaires masculins ou féminins; ou s'ils aimaient que leur corps soit admiré et apprécié et que leur sexe soit un simple objet; ou si c'étaient simplement des "esclaves putes".

Dit Septimus.

- Ce que je veux dire, c'est, continua Septimus, que j'ai trouvé que la plupart des garçons s'adaptent à ce que leurs propriétaires, hommes ou femmes, veulent sans trop de problèmes, alors je soupçonne qu'il y a beaucoup de putes dans chaque esclave. Et je suppose que les esclaves qui sont très bien dotés sentent que c'est leur destin naturel. Les esclaves de cette dame étaient très bien dotés.

Il a écarté ses mains d'environ 12 pouces pour démontrer ce dont il parlait. Elle les avait évidemment choisis dans un but précis, at-il ajouté avec un clin d'œil obscène.

Marcellus frissonna en éjaculant profondément dans le cul de son esclave Phallis

- Alors pourquoi certains d'entre eux sont-ils irrités et rougissent d'humiliation en étant utilisé ?

Demanda-t-il.

- Ce garçon ici, par exemple, a pris des mois pour être formé à son utilisation. Vous obtenez parfois un petit regard ou un froncement de sourcils de désapprobation lorsque vous commencez à l'utiliser et qu'il a brièvement oublié ce qu'il est. Mais une petite manchette et quelques coups de fouets bien appliqués servent de rapide rappel et il devient pleinement coopérative. Personnellement, j'apprécie en quelque sorte quand je sais qu'un garçon ressent ce que je lui fais et il sait qu il n'y a rien dans ce monde qu'il puisse y faire. Bien sûr, vous n'obtenez pas cela avec tous les garçons mis au service – certains y sont tout naturellement enclins,

- Mais relativement peu, probablement

Répondit Septimus alors qu'il étudiait à nouveau l'esclave de Marcellus, maintenant humide et brillant de ses efforts pour se baiser sur la perche de son maître.

- Sauf pour ceux qui sont nés esclave, bien sûr. La plupart des jeunes souches, lorsqu’elles ont été mise en esclavage pour la première fois, sont assez peu inexpérimentées sexuellement et le peu d'expérience qu'elles ont eue était souvent juste avec des filles. Au début, ils associent le sexe d'homme à leur esclavage et le ressentent comme conséquence à la propriété de leur corps. Mais au bout d'un moment, ils apprennent à aimer les plaisirs inhérents à l'usage de leur corps. Je suis sûr que vous avez remarqué un grand changement dans l'attitude de vos esclaves depuis qu'ils ont été violés pour la première fois et comment ils perçoivent les exigences sur leur corps maintenant.

- Oui, oui, concéda Marcellus. La plupart des esclaves apprennent à aimer, malgré eux,

Il rit pendant qu'il tendait la main et commence à caresser la tige dressée de l'esclave aux cheveux noirs d’une main tout en massant son sac de balles avec l'autre.

- Pourquoi est-ce que seuls les Romains reconnaissent la bisexualité inhérent à chaque être humain? Les barbares ne peuvent-ils pas comprendre une si simple vérité, ou ont-ils tous besoin d'être esclaves avant de pouvoir révéler leur vraie nature ?

Phallus, l'esclave de Marcellus, frissonna alors que ses organes étaient à nouveau manipulés. Il savait que son grand défi maintenant était de ne pas éclater jusqu'à ce que son maître veuille qu'il le fasse et il a canalisé ses pensées sur la façon que l'orgasme se construisait en lui.

Plats après plats ont été servi par les porteurs de litière de Citicus pendant que les invités continuaient à caresser les serveurs, à baiser leurs propres esclaves ou simplement à jouer avec les parties du corps disponibles des esclaves. La conversation a été rythmée par les cris des propriétaires alors qu'ils éjaculaient, les gémissements en sourdine des esclaves, leurs halètements et gargouillis lorsqu'ils étaient utilisés d'une manière ou d'une autre, et le bruit de la chair pendant que les garçons esclaves étaient sporadiquement baisés. Les gourmandises servies ont été savourés par les invités (certainement pas par les esclaves), mais personne ne voulait se sauver avant l'utilisation des porteurs de litière de Citicus ou de certains des garçons esclaves des autres invités avant que la nuit soit finie.