Cri bestial

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG105.jpg


Numéro 105

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 105
Date de parution originale: Mars 2000

Date de publication/archivage: 2012-06-27

Auteur: Fabien
Titre: Cri bestial
Rubrique: Mecs mariés, ça c'est du mâle!

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5224 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Je me souviens d’un mec marié, environ quarante-cinq ans. Un vrai mec, massif, cou de taureau, épaules épaisses, et ses fesses, un superbe cul étroit, mais bien épais, poilu, puissant comme celui d’un étalon dans la maturité de sa vie. Ça se sentait que c ’était pas du chiqué, son look, c’était un vrai mec de la cambrousse qui venait là pour se donner des sensations nouvelles.

Moi qui croyait que mon cul allait être à la fête... Oh, ça, il s’est bien fait piper, et bonjour la gaule! Mais ce qu’il voulait, c’était se faire élargir le troufignon! Et quand, bien protégé d’une capote solide et bien lubrifié, j’ai présenté popaul devant l’orifice, ça c’est enfoncé comme dans du beurre! Le mâle en question, il n’en était pas à son coup d’essai. Et si c’était sa première bite, il s'était enfoncé des gros trucs avant! Ou bien sa femme le gode quand il la baise, ça arrive.

Je l'ai niqué en beauté, tout doucement d’abord, mais il a rouspété: fallait y aller plus fort! J’ai pris un énorme plaisir à ramoner ce cul massif et viril, pas plus large que sa taille, avec deux belles fossettes où accrocher les mains. C’était chaud là-dedans, serré juste comme il faut pour bien vous exciter le nerf à chaque passage. Lui, il soufflait comme un bœuf en se branlant. J’ai fini par le secouer comme un prunier en le tenant par les hanches, et j’ai déflaqué à fond. Lui, il a éclaboussé le mur dans un cri bestial.

Quand j’ai retiré la capote, y avait de la merde. C’était bien un hétéro, ils ne pensent pas à se faire un lavement avant, c’est un truc qui les dépasse!


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!