Découvertes et aventures (01)


Découvertes et aventures (01)
Texte paru le 2021-02-12 par StoryTime-1   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg/ MM.jpg

Cet auteur vous présente 4 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4079 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. StoryTime-1.



Chapitre 1 — Ma première fois


L'histoire que je vais vous raconter, s'est déroulée plusieurs années en arrière. À cette époque, je n'avais que 20 ans. Je consommais beaucoup de film pornographique sur internet, que ce soit des films hétérosexuels, gays ou transsexuels. Et, un jour j'ai découvert la catégorie dogging, le principe d'aller sur un parking et de se donner à des inconnus. Pendant des mois, je me suis masturbé à regarder des vidéos de ce type, jusqu'à franchir le pas. Je cherchais alors sur internet des parkings de ma région, puis je suis tombé sur le site Viva street, qui à l'époque n'était qu'un site de rencontre glauque. Je postais alors mon annonce : "Jeune homme de 20 ans, cherche parking pour se donner."

Les premiers messages arrivaient, un homme poli se présenta, me proposant de le rejoindre à un parking d'une petite commune. Il m'expliqua de me positionner sur le muret du parking, et qu'il arriverait avec sa voiture puis s'occuperait de moi. Je lui expliquais que c'était ma première fois, et il me répondit que je ne ferais que le sucer pour cette fois-ci.

Il me donna l'heure, les jours et le lieu exact.


LE JOUR-J

Je me suis rendu sur le parking prévu, mon cœur et mon excitation était vraiment au maximum. Sur le parking, il n'y avais aucun bruit, et il faisait nuit noire, je ne voyais à peine plus loin que mon nez malgré la lumière de la lune. J'entendais à ce moment, une voiture arriver au loin, à une allure normale. La voiture arriva, se plaçait devant moi, pleins phares et s'arrêta. Je me sentais nul, je ne comprenais pas ce qui se passait ; est-ce que c'était un piège, est-ce qu'ils sont plusieurs, est-ce que c'est un psychopathe...

La porte de la voiture s'ouvrit, mais je ne voyais rien, ébloui par la lumière de la voiture. Les bruits de pas étaient vraiment très distincts dans la nuit. L'homme s'arrêta devant moi, et s'exclama : "C'est toi la lope qui veut se donner?" Je réponds d'une petite voix "oui". Il me demanda de le suivre. Il m'ouvrit la porte arrière de sa voiture, assez spacieuse, me dit de rentrer à l'intérieur puis ferma la porte derrière moi. Il ouvrit l'autre coté et s'installa.

J'étais là assis à l'arrière d'une voiture d'un homme que je ne connaissais pas, dont je n'apercevais à peine la silhouette car encore sonné par l'éclairage de la voiture. Quelques secondes passa et des bruits je comprenais que l'homme retirait son pantalon et son boxer. Il saisit alors ma tête, et j'étais tétanisé ; je me laissai faire. Il colla mon nez sur son sexe et m'ordonna de renifler. Il bougeait ma tête dans tous les sens et me demanda de lécher ses boules. Je me sentais partir, comme si j'étais personne. L'odeur du sexe, mélangé à la salive, m'excita vraiment. Puis il me releva, me regarda et me demandait d'ouvrir la bouche, et sans attendre il me cracha dans la bouche, et me fit redescende aussitôt mais cette fois-ci, son gland venait buter contre mes lèvres.

Je laissais entrer son gland dans ma bouche, et je commençai à sucer son sexe, de légers va-et-vient, comme j'avais vu sur toutes mes vidéos et comme j'ai toujours imagé. L'homme profita et je compris qu'il prenait du popper à l'odeur très forte d'un produit qu'il aspirait. Son excitation monta très vite, il saisit alors ma tête et força pour que son sexe tape dans ma glotte. Son sexe était recouvert de ma salive, puis il augmenta la vitesse en effectuant des mouvements avec son corps, puis j'entendais ses gémissements accélérer puis, il saisit ma tête et sans attendre, appuya très fort, une pression telle que je ne pouvais pas bouger, et que son sexe se glissait dans ma gorge, et je le sentis se libérer.

Son sperme chaud vint se glisser dans ma gorge. Je sens un dégoût, et essayai de remonter mais impossibles, il se lâcha totalement en moi. Une fois terminé, il me releva, me laissa récupérer quelques instants, et je sors de la voiture, et lui aussi. Il est ainsi monté siège conducteur, et démarra et partit.

J'étais seul, sur le parking, mes vêtements recouverts de salive, de son sperme...



Chapitre 2 — Ma première soumission


Les mois passèrent, et je restais sur ma faim... Je voulais passer un cap et découvrir les joies de la pénétration anale. Et un jour je décidais de créer une annonce : "Jeune homme de 20 ans, recherche un homme autoritaire pour me faire découvrir les joies de la pénétration anale". Je reçus, plusieurs messages, dont celui de J.

J. me proposait de venir chez lui, dans une ville voisine, de passer après son travail, et qu'il s'occuperait de moi en douceur, qu'il avait tout l'équipement pour me faire ce plaisir que je demandais. Je lui expliquais qu'à par avoir sucé une fois, mes expériences étaient très faibles. J. me posai une question assez insolite, "est-ce que j'aimais le YOP ?", je répondis naturellement "oui" sans comprendre sa demande. Le rendez-vous était posé, il souhaitait garder la discrétion, me demanda de ne pas le regarder, et qu'il trouverait peut-être un bandeau pour me masquer les yeux, ce que j'acceptai.

Quelques heures avant le rendez-vous, je passais à la douche, je me suis rasé les parties intimes, effectué un petit lavement anal, j'aimais beaucoup cette sensation d'être rempli d'eau et la sensation d'être vidé, fin bref.

J'étais là, garé à côté de sa maison 10 minutes, avant l'heure donnée. J'étais vraiment très stressé, à la limite de fuir le rendez-vous. Mais je décidais de franchir le pas, j'avançais vers sa maison et frappai à la porte. La porte s'entrouvrit alors de quelques centimètres. Je poussai alors la porte, et la pièce était très sombre, une voix assez douce me demandait d'avancer et d'entrer, ce que je fis aussitôt. J'allais pour me retourner pour voir l'homme mais il me demanda de ne pas le regarder pour garder l'anonymat, et me demandait d'avancer et de prendre l'escalier. Chaque marche montée, c'était comme un mélange d'excitation et de stress de l'inconnu.

Arrivé à l'étage, une seule pièce était éclairée. Il me demanda d'y entrer et qu'il irait à la douche et reviendrait s'occuper de moi après. Il m'expliqua que sur le lit, il y avait une bouteille de Yop, et que je devais la boire en entier, une tenue que je devrais porter et un sac. Je ne comprenais pas encore le principe de boire du YOP, ni également quel genre de tenue il allait me faire porter, mon côté naïf sûrement. J'entrais dans la pièce et il ferma la porte derrière moi. Je me suis assis sur le lit, et j'ai regardé la tenue, il s'agissait d'une robe noire, très petite, avec à côté un string noir en satin, le toucher était très doux et très excitant. Et à côté, un sac-poubelle.

Je commençais par boire la bouteille de YOP, 1 litre... J'étais vraiment déconnecté du monde réel et à la fois stress et excitation. Je ne comprenais pas le principe mais j'étais chez un homme, et je pense que la peur me fit tout accepter, ce que j'aimais très fort également. Et, en même temps, j'étais là à me dire que j'allais me retrouver en tenue de femme, alors qu'à la base j'étais là juste pour me faire sodomiser. Je commençais à me déshabiller et à mettre mes affaires dans le sac-poubelle présent. J'étais nu dans la pièce, je me sentais bête... J'enfilais le string, la sensation était au sommet, mon érection faisait dépasser mon sexe du string, puis j'enfilais également la robe, bref une bonne découverte, je me sentais salope. Je me suis ensuite allongé sur le lit et j'ai attendu quelques instants.

L'homme frappa et me demandait s'il pouvait entrer. Je réponds "oui"... La porte s'entrouvrit et une main passait et éteignait la lumière. Il me demandait si j'avais bu le YOP, si j'avais enfilé la tenue et également enfilé le sac. Je répondis que j'avais mis mes affaires dans le sac, et il m'expliqua que le sac ferait office de bandeau car il n'en avait pas. Il se leva du lit, prenait le sac, posait mes affaires et j'entends ensuite le sac craquer et l'homme se rapprocher de moi et me le placer sur la tête, et bien vérifié que le trou était en face de ma bouche. Je me sentis humilié, mais mon érection était au maximum, c'était impressionnant, mon cœur battait tellement fort.

L'homme se plaça derrière moi, me saisit un bras puis l'autre, mes deux mains se touchaient dans mon dos, et je sentis une sorte de corde douce s'enrouler autour de mes poignets, l'homme serra le lien assez fort. Puis, j'étais là, à genoux sur le lit, un silence s'installa et j'entendis un clic et à travers le sac je devinais que l'homme avait allumé la lumière pour voir le spectacle. J. m'orientai délicatement sur le dos, ma tête était au le rebord du lit, mes mains liées dans le dos, j'étais complètement à sa merci. Il m'expliqua alors que j'allais le sucer, et que le YOP ferait son effet et que je risquais d'en régurgiter, mais que ce serait propre comme le YOP venait à peine d'être avalé. J. saisit ma tête, glissant son sexe d'un bon 13/14 centimètre dans ma bouche et commençait directement par baiser ma bouche. J'essayais de me débattre mais impossible, les mains dans le dos, la tête en bas. Les coups de butoir en fond de gorge ne furent pas très agréables mais je compris vite que je devais me laisser faire et j'aimais ça.

Au bout de cinq minutes, ma bouche était refaite, et il commença à vraiment appuyer sur mon visage et son sexe commençait à aller de plus en plus profond dans ma bouche, et là fut le moment tant attendu de J. Une première remontée, je sentis le froid se répandre dans ma bouche, je sentis le froid couler le long de mon visage, c'était le YOP que je vomissais. J. complètement excité ne lâcha pas et me baisa sans relâche la bouche, je sentais ses testicules taper contre mon visage. Lorsque je vomissais, il appuya de plus en plus fort, j'avais le visage recouvert de YOP. Le sac-poubelle, était rempli de YOP, de salive. J. arrêta son manège, me leva, et je compris vite que j'allais me faire sodomiser.

J. me placa sur le lit, la tête toujours dans le sac, j'avais les fesses relevées, les mains dans le dos, la tête et les épaules posées sur le matelas. Ma tête baignait dans ma bave, mon vomi, l'odeur du YOP était présente, et ma respiration était assez forte. Je sens au même moment une sensation de froid sur ma petite rondelle, la sensation du lubrifiant. De ma rondelle à mon sexe, le lubrifiant coula. J. saisit alors mon sexe qui sortait du string, et commença à me masturber en me caressant le sexe. Le moment fut très agréable et je commençais vraiment à me détendre, puis je sentis son doigt qui commençait à entrer en douceur dans mon anus. J. savait vraiment y faire, son doigt entrai en moi, et il commençait les va-et-vient tout en me masturbant, c'était tellement bon, puis je sentis qu'il changeait de doigt pour m'élargir.

J. s'arrêta et se leva, quitta la pièce puis revint quelques secondes plus tard. Il recommença son manège à me masturber, ma tête toujours dans mon vomi, mais la sensation était douce. Il plaça ce que je pensais un doigt contre ma rondelle et pressa, je pensais qu'il s'agissait de son sexe, je pensais me faire sodomiser enfin. La sensation est bonne, je sens l'objet entrer en moi, une sensation d'être ouvert, l'excitation fut telle que j'éjaculais sous le harcèlement de va-et-vient de J. sur mon sexe. J. retirait l'objet que je pensais être son sexe. Mon excitation commençait à redescendre et il me demandait d'ouvrir la bouche, il plaça un objet dans ma bouche et je compris vite qu'il s'agissait d'un gode. J'étais là sur le lit, les fesses levées vers le plafond, et j'entends J. s'équiper d'un préservatif, le claquement du préservatif sur son sexe.

Il grimpa sur le lit, je sentis qu'il cherchait l'orifice pour y loger son sexe, et là d'un coup il me pénétra. Je n'étais plus excité mais j'aimais cette sensation d'être un simple objet. Je mordillais le gode en bouche car je sentis une sorte de chaleur au niveau de mon anus qui n'était sûrement pas prêt à un tel assaut pour une première fois. J. me limai pendant un bon quart d'heure, j'étais souillé, le YOP dans le sac avait commencé à ressembler à une purée et à coller à mon visage. Je sens le sexe de J. se retirer puis il recommençait son assaut encore plus fort. J. s'appuyait sur moi, je me suis retrouvé totalement allongé avec le poids de J. sur moi. J'entendis le rugissement de J. et je comprenais qu'il était en train de jouir et de donner ses derniers coups bien au fond de moi.

J. se retirai, m'expliquait que la salle de bain se trouvait au bout du couloir et que je pouvais me doucher et que mes affaires y seraient puis que je pourrais partir. J. me détacha et s'éclipsa de la pièce. J'ai mis quelques minutes à reprendre mes esprits. En retirant le sac avec une partie du YOP collé au visage et dans mes cheveux, je compris que J. m'avait éjaculé au fond de mes entrailles car le préservatif était usée et posé sur le lit et vide. Il m'a fallu pousser et je sentis le sperme couler de mon anus qui était dilaté.



Chapitre 3 — Ma première fois à l'hôtel


Suite à ma première sodomie, je voulais recommencer l'expérience mais avec un autre homme. Je postais alors une annonce sur le site de rencontres : "Jeune homme, recherche dominateur pour s'amuser." Je reçois plusieurs messages dont celui d'un commercial m'expliquant qu'il était de passage dans ma ville et pouvait me recevoir dans sa chambre d'hôtel. Il m'a envoyé une photo de son sexe, un beau sexe de 18cm environ, bien plus gros que les deux précédents. Il me proposa le plan suivant : je frappe à sa porte, je file dans la salle de bain, je me déshabille puis il s'occuperait de mon petit cul. Plan que j'acceptais.

Le rendez-vous était donné pour le soir même à 20h à l'hôtel B&B. Pour le rendez-vous j'avais décidé d'y aller de manière la plus légère possible, claquette, short, et t-shirt. Le stress montait, car j'avais toujours cette habitude de tomber sur plusieurs malfrat ou quelqu'un que je connaisse...

20h, je suis sur le parking, garé devant la porte. Je décidais d'y aller, je toquais à la porte, il m'ouvrît la porte. Il faisait noir, je ne voyais pas mon hôte. Il me fit rentrer à l’intérieur de la chambre en me glissant une main aux fesses. Il saisit sa fermement ma fesse, me saisit de l'autre main par le cou, me retourna et me jeta sur le lit. Une fois sur le lit, il se jeta sur moi, il était nu et d'un poids moyen, mais je me laissai faire, il me glissa son sexe directement dans ma bouche, il n'y allait pas de main morte, j'avais le sentiment qu'il n'avait pas eu de rapport depuis un moment du fait de son côté animal, brute, dominateur endurci. Pendant que je suçais, il me crachait fréquemment au visage, je sentis sa salive dégouliner le long de mon visage.

Les coups de sexe dans ma bouche me firent pleurer, les assauts étaient intenses puis il arrêta. Il me retourna et baissa mon short. J'avais les fesses à l'air. Il m'a ensuite frappé les fesses avec une ceinture, la douleur était si insoutenable que j'en lâchais un cri, il me refrappa une seconde fois en me disant de me taire. Il me graissa la rondelle et me pénétra sans me demander mon avis. La douleur était là, j'avais l'anus en feu. Je lui demandais de mettre plus de gel, mais il me gifla l'arrière du crâne en me rétorquant que j'étais sa lope, sa pute et que je n'avais pas mon mot à dire. L'homme s'est acharné sur mon cul pendant plusieurs minutes, il prit même le plaisir de me placer devant la glace et me forcer à me regarder me faire baiser, le regard que je portais sur moi était humiliant. Son assaut était infernal, il était si dynamique et endurant, la douleur était du plaisir. L'homme me saisit par le t-shirt qu'il fit craquer, j'avais le dos nu à sa disposition, il me fouetta le dos et les épaules avec la ceinture le tout en me défonçant. C'était tant de douleur que j'en mordais le lit, mes couinements, et les gémissements de l'homme étaient à son apogée.

L'homme termina son assaut par quelques gros coups de bassin, son sexe sortit de mon anus et rentrait tout au fond, la sensation n'était pas agréable mais je compris vite qu'il éjaculait en moi, la sensation de chaleur était présente, et une fois qu'il se retira je sentis le sperme couler le long de ma jambe.

La scène a bien duré plus d'une heure, je me suis rendu à ma voiture, le dos dénudé, les jambes tremblantes, la démarche modifiée, je venais de me faire sauvagement baiser dans un hôtel.


Asuivre.png