Dépendant


Dépendant
Texte paru le 2012-01-24 par Piou   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive



Cet auteur vous présente 9 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3895 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Piou.


Je m’appelle Rémi, j’ai 28 ans, 1m71 pour 73 kg. Bien musclé (muscu 5 fois/semaine), plutôt bonne gueule et je suis une pute accro à la queue.

La semaine dernière, j’ai fait un plan sauna. J’étais grave en manque de bite ! Un mec moche, lourd, grand, gueule de bourrin, environ 50 ans, chauve avec barbe, genre 1m75, 90kg ; il était dans une cabine, les pattes ouvertes, se malaxant un zob énorme et des couilles hyper pendantes. Sa gueule ne me faisait vraiment pas envie mais mon cul était chaud et en manque. J’ai tourné autour de lui un bon moment, impossible de me décider, surtout qu’aucun autre mec m’excitait. J’avais un profond besoin de vénérer de la bite et de bien me faire calmer.

Chaque fois que je passais devant sa cabine, j’étais aussi émerveillé par sa queue que dégoûté par sa gueule. J’en pouvais plus ! Je suis entré dans la cabine pour lui caresser le zob. Putain ! Un morceau fabuleux, hyper lourd, hyper épais, vraiment gorgé de jus, c’est clair que le mec ne doit pas niquer souvent. Le plus gros zob que j’ai jamais touché. Je voulais fermer la porte pour que personne ne me voit me faire tirer par ce monstre. Il a refusé, il voulait une pute exhib, à prendre ou à laisser. Impossible de refuser et j’ai filé mes trous sans broncher, les mecs passaient et mataient.

Il m’a fait la bouche et le cul violemment, il cherchait seulement un trou pour se vider. Plus il me baisait, plus les mecs regardaient, plus je me sentais humilié de me faire tirer par ce bourrin. J’étais plus qu’une pute gratos, un vrai vide-couilles à dispo. J’avais mal grave au cul tellement il enculait profondément et violemment. Il s’est vidé en moi au plus profond, il s’est retiré, a enlevé la capote rempli d’une méga dose de sperme (quel gâchis !) et avec un regard méprisant, m’a craché à la gueule. Ce jour là, j’ai compris que j’étais vraiment un trou, un vide-couilles, un défouloir à bites.

Après cet épisode, je suis rentré chez moi. J’habite avec mon mec, Stéphane. Il est professeur de sport, bien gaulé, très sexe. Mais il n’aime pas trop le sexe. Depuis la rencontre avec le vieux, je n’arrive plus à baiser avec lui, je ne supporte plus sa queue (pourtant plutôt bien monté, genre 18cm).


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!