Dans le bus

Ce texte vous est présenté dans le
cadre du projet d'écriture :

Essay.svg

Raconte cette photo (8)

Dans le bus
par anonyme      (2012-05-05)


Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

Cet auteur vous présente 127 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 11244 fois depuis sa publication
(* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)
Raconte-exhib.jpg

Pierre était en colère. Max avait foutu un comprimé de viagra dans son yaourt et il l’avait avalé sans s’en rendre compte. Et maintenant, il bandait. Pas qu’un peu. C’était incontrôlable. Il devait prendre le bus pour rentrer, et comme il ne portait jamais de slip en soirée… La barre qu’il avait dans le short, se voyait clairement. Il avait bien coincé son gland sous la ceinture mais ça n’était pas suffisant.

Pierre avait 22 ans, bisexuel car affamé de sexe, il prenait ce qu’il trouvait. 1,80m, 67 kg, musclé, brun aux yeux bruns, bien membré : 18cm par 4, il séduisait largement dans les deux sexes.

En montant dans le bus, le chauffeur lui avait lancé un regard lubrique avec un clin d’œil, et une vieille l’avait gratifié d’un « Espèce de pervers ! » Heureusement, le bus était presque vide. Un couple d’ados bourrés, un lycéen à l’œil pas frais qui s’endormait et un autre absorbé par son iPhone. Pierre se glissa dans le fond du bus et s’assit sur la dernière banquette. Il en avait pour un moment, alors autant se faire discret.

Arrêt suivant, une dizaine de personnes monta. La plupart rentrait aussi de soirée, complétement bourrée. Un minet, brun, la vingtaine, s’avança vers le fond à son tour et se glissa à côté de Pierre pour se mettre contre la fenêtre. Pierre avait calé son bras musclé pour cacher son membre tendu. Le mec à côté le faisait bander encore plus si c’était possible. Le mec était tout maigre, imberbe visiblement, brun aux yeux verts, un polo marron et un short blanc quasi transparent. Pierre devinait en dessous un string noir sans aucun doute trop petit.

Le téléphone de Pierre sonna, il le prit et décrocha, c’était Max. « Alors mec, tu affoles tout le monde dans le bus ? ». Pierre lui raccrocha au nez aussi sec. Seulement, il avait levé le bras qui masquait la longue bosse de son short. Et le mec à côté avait grillé. Il souriait d’un air lubrique.

« Je peux t’aider » dit-il d’un sourire. Pierre n’avait pas trop le choix, et puis surtout très envie de se soulager. Il baissa son short à mi-cuisses et plaqua le mec contre sa queue. Celui-ci devait avoir l’habitude, il goba rapidement le sexe tendu. Pierre se laissait aller pendant que l’autre s’activait. Il avait glissé sa main dans le short du mec et tâté son cul. Il avait des fesses pas très rebondies mais bien fermes, son anus était bien ouvert et avait dû servir pas plus tard que la nuit même. Pierre y glissa un doigt et ce qu’il en ressortit confirma son pressentiment. Son doigt était recouvert par des restes de sperme. Il le donna à lécher au mec.

Le bus restait assez vide, un type dut les voir en se levant car il adressa à Pierre un sourire complice, mais il descendit dans la foulée. Après une vingtaine de minutes, Pierre explosa. Le mec avala tout et se rassit normalement. Pierre le remercia, mais il ne débandait pas.

— Tu descends où ?

— Terminus de la ligne, dans 30 minutes quoi, dit le mec à côté.

— Moi aussi, je te baise avant d’arriver ? dit Pierre.

Le mec n’hésita pas une seconde. Il se mit à genoux et s’appuya contre la paroi du bus. Il baissa son short, dégagea son string de son entre fesses et s’offrit à Pierre. Celui-ci vira son short, s’enfila une capote et s’enfonça dans le trou du mec sans ménagement. Il s’active dans les fesses du mec, tout en faisant gaffe à ne pas faire trop de bruit. Il s’empare des tétons du gars et les tritura. L’autre se branlait rapidement. Tous deux s’activaient avec plaisir. Pierre explosa dans la capote, quand le mec se vida sur le sol. Ils se rhabillèrent rapidement, s’embrassèrent vite fait et se quittèrent quand on arrivait au terminus. Pierre bandait toujours mais plus autant et courut chez lui pour se branler une dernière fois. Merci Max, pensa-t-il finalement.