Dans le labyrinthe

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG85.jpg


Numéro 85

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 85
Date de parution originale: Novembre 1997

Date de publication/archivage: 2012-08-05

Auteur: Henri
Titre: Dans le labyrinthe
Rubrique: Latex ou caoutchouc?

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 6076 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Je vais jeter un coup d'œil dans le labyrinthe. Il y a assez de lumière pour tout voir. En moins de trois secondes, je suis déjà raide: il y a au moins une vingtaine de mecs qui se font du bien. Ça se suce, ça se roule des gamelles ou bien ça baise, à deux, à trois, ou plus si l'on compte les laissés-pour-compte qui veulent à tout prix toucher un bout de pine.

Mais je tombe aussi sur un spectacle étonnant, hyper-excitant un super bomâle en marcel de latex, très poilu, est en train de branler la pine d'un autre gars, lui aussi en latex, avec ses grandes cuissardes d’égouttier. La queue est très grosse et coulisse sans problème. Je me suis extirpé le dard et je m'approche en me branlottant. Ils sont plutôt canon tous les deux. Le mec aux cuissardes dézippe alors son jean. Sa bite apparaît: elle est entièrement habillée de latex noir elle aussi, comme dans un slip moulé.

Ça y est. le type aux bottes vient d'enfoncer sa bite habillée de latex dans le fion du plus jeune, arc-bouté au mur. Il commence à donner de grands coups, et ça coulisse bien grâce au gel. J’en peux plus de voir ça, ça me rend dingue. Je m'approche. Le mec aux cuissardes me dit alors: "Colle-toi, branle-toi entre mes cuisses!" Je glisse ma pine dure entre le haut des deux cuissardes et je me colle à lui. Les mouvements de va-et-vient pendant qu'il encule l'autre me branlent en même temps. Je ne vais pas tenir longtemps, j’ai la purée qui monte. D'un coup, je pince fort les deux seins du mec et je tire. Il se cambre, il jouit dans le cul de l’autre, il gueule. Et moi, je gicle ma jute dans un dernier frottement de caoutchouc.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!