David et Fabrice

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG10.jpg


Numéro 10

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 10
Date de parution originale: Mars 1987

Date de publication/archivage: 2017-07-30

Auteur: David
Titre: David et Fabrice
Rubrique: Tendresse

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3455 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Nous sommes deux amis âgés de dix-neuf ans, David et Fabrice. Nous avons envie de faire connaître notre histoire à tous nos amis de «Lettres Gay».

C’est David qui vous raconte l’histoire :

L’année 1985 avait commencé pour moi par une mauvaise nouvelle : nous allions déménager et nous éloigner de mes amis de trois cents kilomètres. C’est ainsi qu’à la rentrée de septembre, je me retrouvais dans un nouveau lycée avec de nouveaux élèves. Le premier élève que je remarquais alors fut Fabrice car, en plus de sa taille impressionnante (un mètre quatre-vingt-quinze), il a les yeux noirs sous une chevelure blonde. Il était tout à fait le contraire de moi (un mètre soixante-dix, cheveux noirs et yeux bleus).

C’est donc avec cet élève que j’essaierai de parler avec l’intention cachée de le connaître intimement !

Malgré toutes mes tentatives de charme, je notais une absence de réactions assez décevante mais je persévérais.

C’est alors qu’un jour, l’inespéré se produisit. Ma mère (mon père est décédé quand j’avais huit ans) devait partir pour quinze jours et se trouva dans l’obligation de me laisser seul pendant toute cette période. Je demandais donc à Fabrice de venir chez moi, n’ayant pas de famille dans la région et ayant peur de la solitude. Fabrice accepta avec joie.

Au moment de nous coucher, il voulut rester avec moi et nous allâmes dans ma chambre. Il se mit nu devant moi (je bandais comme un fauve) et il me demanda comment je le trouvais. Je décidais alors de lui avouer mon homosexualité. Il me fixa longuement et s’avança vers moi lentement avant de s’allonger sur moi. Il m’embrassait de partout, je sentais sa langue autour de mon sexe. J’étais fou de joie ! Après avoir joui dans sa bouche, je décidai qu'il fallait qu’il m’appartienne. Je lui mettais un doigt dans l’anus, puis deux, puis trois et je présentais mon sexe à l’entrée. Au fur et à mesure que je le pénétrais, il hurlait de plaisir. Je jouis une deuxième fois en lui et me retirai pour prendre son sexe dans ma bouche qu’il ne tarda pas à remplir d’une succulente boisson. Nous passâmes quinze jours à faire l’amour.

Depuis, nous avons eu le bac et sommes tous les deux en faculté. Après avoir prévenu nos parents et lutté contre les menaces de psychanalyse, ils ont accepté que nous vivions ensemble et nous sommes très heureux.

En espérant que notre lettre sera publiée,

Merci à tous.

David et Fabrice, 19 ans.