De A à Z: (I)an


De A à Z: (I)an
Texte paru le 2012-03-07 par Patrice   Drapeau-qc.svg
Ce texte est publié en exclusivité sur l'archive Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 229 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3731 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Patrice.


Copyright: © 1992 Gaynet Canada
Copyright: © 2010 Patrice
La série "De A à Z" fut la première série d'histoires érotiques à être publiée sur le babillard électronique de Gaynet Canada il y a plus de 18 ans déjà, bien avant que Gai-Éros ne voit le jour en 1998. Nous avons pu les récupérer sur de vieilles disquettes souples retrouvées dans nos boîtes d'archives. À l'époque, Patrice écrivait sous le pseudonyme "Marty B". Patrice a bien voulu revamper les textes et nous les présenter sur internet.
Template-Books.pngSérie : De A à Z

Je m'étais rendu chez mes parents tout de suite après le travail. J'avais la clé, même si j'habitais en ville depuis presque un an, alors ma mère m'avait averti d'entrer quand j'arriverais, qu'elle allait chercher mon frère à l'école après le travail car il avait un match de handball inter-sco après ses cours. Ils arriveraient vers 17h30 alors que mon père allait arriver à son heure habituelle, vers 18h15. Il n'était que 16h, alors je me suis dirigé vers le salon et je me suis installé devant la télé pour les attendre - j'étais pas pour rester à rien faire pendant près d'une heure et demie...

Ça ne faisait pas 20 minutes que je zappais de poste en poste, tentant de trouver quelque chose d'intéressant sur les postes de la télé cablée, que j'ai entendu des éclats d'eau en provenance de la cour. Surpris, je me suis relevé du divan pour me rendre vers la porte patio de la cuisine. Quelle ne fut pas ma surprise d'y voir un garçon complètement nu faire des aller-retours entre la piscine et le tremplin. La cour chez mes parents est entourée d'une haie de cèdres géants, alors personne ne pouvait voir ce qui s'y passait, mais de la maison, j'avais le loisir de le regarder se trimbaler, la queue et les couilles à l'air, pour faire ses plongeons. Je ne reconnaissais aucunement cet ado qui semblait être dans le même groupe d'âge que mon frère qui lui, a 16 ans. Que pouvait-il bien faire chez nous, à poil, alors qu'il ne devait y avoir personne à la maison? Je décidai donc d'admirer ce bel éphèbe dans l'ultime splendeur de sa nudité alors qu'il faisait des plongeons à répétitions.

Je remarquai que ses plongeons étaient étonnamment précis et exécutés avec toute la grâce d'un habitué. Je me suis dit qu'il devait faire de la compétition de nage quand j'ai finalement remarqué que son corps était dépourvu de tout poils. Du temps où j'allais encore à mon école secondaire, tous les garçons qui faisaient de la nage se rasaient intégralement; cela améliorait, semble-t-il, leur vitesse dans l'eau. Mythe urbain? Je ne sais pas si c'est vrai, le sport n'était pas vraiment mon dada à l'école, je préférais le cinéma et les arts graphiques. D'ailleurs, qu'est-ce que j'aurais donné pour avoir ma caméra avec moi en ce moment... J'aurais pu filmer cet athlète dans toute sa splendeur!

Voyant soudainement qu'il ne sortait plus de l'eau après avoir fait une douzaine de plongeons, ayant remplacé ses sauts par des longueurs de piscine au crawl - exécuté lui aussi avec précision! - j'ai ouvert le loquet de la porte patio et je suis sorti sur la galerie. N'ayant fait que très peu de bruit, cela lui prit un gros 30-40 secondes à s'apercevoir de ma présence. En m'apercevant, il rougit instantanément.

— Salut! Tu fais quoi là?

— Heu, salut... J'attends Justin... Le mercredi, on se rejoint toujours après les cours pour nager un peu...

— Justin ne sera pas là avant une grosse heure encore... Il est encore à l'école!

— Je sais... il a un match de handball... Mais je me suis dit que je pouvais commencer en l'attendant...

— Ok je vois... tu t'appelles comment? Je ne t'ai jamais croisé ici avant...

— Je m'appelle Ian... Ça fait juste deux mois qu'on habite de l'autre côté de la rue, mes parents sont déménagés ici...

Il fit un petite pause et se risqua une question:

— Et... toi... t'es qui? dit-il, tentant de dissimuler sa nudité en se collant le plus près possible du bord de la piscine.

— Maxime... je suis le frère de Justin...

— Ah... ok... Heu... Ça te dérange que je continue?

— Bah, non... pourquoi pas! Elle est bonne?

— Pas mal ouais... Ça fait du bien depuis que votre père a fait installé un chauffe-eau en plus...

Ah, ça, je ne le savais pas... Moi qui trouvait toujours l'eau un peu trop froide à mon goût.

— Bon, aussi bien en profiter aussi alors pour faire une saucette avant le souper.

Je vis à cet instant son visage se crisper. Il regardait tout autour de lui et je compris qu'il cherchait son maillot que j'avais remarqué, sur une chaise longue du parterre, à quelques mètres de la piscine. Ne voulant pas lui laisser le temps de réagir à mon arrivée soudaine, je descendais les marches jusqu'au parterre et quelques instants plus tard, j'avais déjà retiré tous mes vêtements à l'exception de mon sous-vêtement. Je jouai donc le jeu et lançai:

— Bon bien j'ai pas de maillot, alors tant pis, je veux pas mouiller mes sous-vêtements, alors je vais me baigner à poil... Ça te dérange pas j'espère?

— Euh... non, pas vraiment... c'est gênant un peu par exemple... J'espère que ça te dérange pas non plus car j'avais pas mis mon maillot encore car je me croyais seul...

— Bon, parfait alors... Ça fera pas de malaise, on va être pareil!

Et sur ces mots, je baissais mon caleçon d'où surgit ma queue relativement gonflée d'émotion, et ne tentant nullement de la cacher de Ian qui, troublé, détourna le regard. Je suis alors sauté à l'eau, éclaboussant tout ce qui se trouvait à moins de deux mètres de moi, Ian inclus! Il avait reçu de l'eau dans les yeux et il était à se les frotter pour voir à nouveau. Le temps qu'il réouvre les yeux, il ne pouvait déjà plus me voir car je m'étais éclipsé derrière lui et alors qu'il me cherchait du regard, j'arrivais dans son dos et et il n'eut le temps que de se retourner que je le plaquais de tout mon corps contre le mur de la piscine.

— Heille! Tu fais quoi là? lança-t-il, appeuré.

— Pis toi, tu faisais quoi là avant que j'arrive? le défiais-je.

— J'te l'ai dit, je me baignais en attendant ton frère!

Le contact de sa chair contre la mienne avait déjà fait son oeuvre et ma queue se raidissait entre ses cuisses.

— J'sais pas ce que tu veux mais je suis pas tapette! me lança-t-il, conscient de mon érection.

— Ouan, pis... si t'étais pas hétéro, j'me crisserais bien de toi! lui lançais-je, indifférent à son insulte.

— Tu comprends pas? J'suis pas gai! J'fais rien avec les gars moé! Dégage!

— J'suis pas hétéro moi mais j'suis capable de baiser avec un fille quand je suis en manque... Du cul, c'est du cul...

— Toi c'est toi, moi c'est moi... J'suis pas comme ça!

— Ah non?

À ces mots, je me suis reculé de quelques pas et ma main se plaquait contre son bas-ventre et mes doigts se refermaient autour d'une queue aussi raide que la mienne!

— C'est quoi ça alors? lui demandais-je en commençant de lents mouvements sur sa hampe.

— Tu m'as pris par surprise, c'est tout...

— Si tu veux que je te prenne par surprise, alors t'es du mauvais bord!

En disant ces paroles, je ne faisais ni d'une ni de deux et je le retournais dos à moi et je plaquais ma queue bandée dans le sillon de ses fesses rebondies.

— Fais pas ça!!! Arrête! S'il te plaît...

— C'est toi qui parlait de te prendre par surprise... C'est pas de ma faute...

— C'est pas ce que je voulais dire... Tu me pognais la queue!

— On t'a déjà dit que tu avais un beau cul?

— N... non... j... jamais...

— J'ai jamais fait ça dans l'eau, ça doit être débile...

Je savais qu'il devait paniquer un peu, mais je trouvais la situation trop amusante... Je n'avais tellement pas d'intention malveillantes envers Ian... Je ne voulais pas le faire freaker, aussi me suis reculé un peu, le libérant... J'allais m'excuser de lui avoir fait peur, et lui expliquer que j'avais fait exprès quand il me regarda droit dans le yeux et me dit rapidement:

— Pas ça, s'il te plaît... Regarde, mon cousin et moi, on s'est déjà amusé à comparer nos queues et on s'est crossés aussi. Si tu veux, je te le fais... Je suis même prêt à essayer de te sucer si tu veux, mais pas mon cul... S'il te plaît...

Je le laissais donc languir un peu et en me donnant un élan pour m'asseoir sur le bord de la piscine, la queue toujours bien raide, j'ai écarté les cuisses et je l'ai regardé en lui répondant:

— Deal! Suce!

je le vis s'approcher doucement, visiblement à contre-coeur... Il prit mon sexe du bout des doigts et, prenant son courage à deux mains, il approcha sa bouche du bout de mon gland. Quand il fut à quelques millimètres seulement de plaquer ses lèvres sur mon engin,je mis la main sur son front et je l'arrêtai.

— Ben non, tu sais, je niaisais... j'étais pas sérieux tantôt... J'voulais vraiment pas te faire peur à ce point et la dernière chose que je veux, c'est de t'obliger à ça!

Je vis ses yeux s'illuminer à cet instant.

— T'es sérieux? J'veux pas de problèmes moi...

— Des "problèmes"? Heille, c'est moi qui s'en allait te forcer en quelque sorte... Non, la joke a assez duré... Je me suis juste amusé en allant un peu trop loin et je m'en excuse... j'aurais pas dû...

— C'est correct... C'est pas vrai que je t'excite? lança-t-il à brûle-pour-point.

— J'ai pas dit ça!

— Ben pourquoi tu veux pas que je te suce alors?

Ses doigts n'avaient toujours pas lâché ma queue qui avait un peu ramollie avec toutes ces discussions.

— J'ai pas dit que je voudrais pas que tu me suces, je t'ai dit que tu n'avais pas à me sucer par obligation.

Son regard n'avait toujours pas lâché mon sexe et ses doigts se promenaient maintenant avec une douceur infinie sur la peau de ma bite, lui redonnant un peu de sa vigueur perdue.

— J'étais pourtant prêt à le faire pour vrai tu sais...

— Je tripperais énormément que tu me suces, mais pas parce que tu y es obligé...

— Je me suis toujours demandé ça faisait quoi... C'est tu normal?

— La curiosité j'imagine! J'suis pas straight mais bon, j'imagine qu'un gars peut se demander ce que sa blonde ressent en lui faisant une pipe...

— J'sais pas, j'ai jamais eu de blonde encore...

Après m'avoir dit ça, sa tête s'est enfouie entre mes cuisses et ma queue fut engloutie. Il me suçait avec ardeur mais sa pipe était exécutée aussi mal que sa nage et ses plongeons étaient parfaits! Une pipe d'hétéro, faut pas trop en demander. L'excitation me gagnait néanmoins et en quelques minutes, je lui lançais ma dèche en pleine bouche. Il eut un mouvement de recul énergique et cracha immmédiatement à l'eau.

— S'tie de cochon! me lança-t-il en riant.

— S'cuse, c'était trop excitant pour que je t'arrête...

— C'est dégueu! J'comprends pourquoi les filles disent qu'elles veulent pas que leur chum leur vienne dans la bouche!

Je me mis à rire en sautant à l'eau.

— À mon tour! fis-je, le faisant remonter sur le rebord lui aussi et engloutissant son sexe mou entre mes lèvres avant qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit. Quelques succions et mouvements de va-et-vient avec ma bouche et il m'explosait dans la bouche à son tour. Contrairement à lui, j'avalais tout le foutre qu'il m'offrait. Lorsque son sexe se tarit, je le regardai en souriant:

— Ouan, t'as pas toughé longtemps!

— S'cuse, j'avais jamais rien fait d'autre que de me crosser avant ça... C'est la première fois qu'on me faisait une pipe... Désolé...

— J'te naise! As-tu aimé au moins?

— Ouais, pas mal... Sans vouloir t'insulter par exemple, c'est pas mon trip... avec les gars je veux dire...

— Sans que ce soit ton trip, j'espère juste que t'as aimé... moi, j'ai beaucoup aimé en tout cas...

— J'ai pas détesté non plus, répondit-il en sautant à l'eau et en commençant à chahuter avec moi.

Nous nous sommes amusés comme des gamins quelques minutes et je lui rappelai que ma mère et Justin devaient arriver sous peu. Faisant la course dans la piscine jusqu'aux marches, il a enfilé son maillot et moi j'ai mis mon boxer et on s'est installé au soleil, assis sur la pelouse, pour jaser un peu...

Quand Justin est arrivé, il nous a retrouvé dans la cour en train de parler de cul bien entendu... Il m'avait raconté ses petites aventures coquines avec son cousin et moi je lui avais raconté mes premières fois et comment j'avais finalement accepté que j'aimais les hommes... Inutile de vous dire que Justin fut stupéfait de nous voir nous relever à son arrivée, l'un et l'autre avec un trique d'enfer que nous ne tentions nullement de cacher...


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!