Dialogue de carmélites...

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG120.jpg


Numéro 120

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 120
Date de parution originale: Octobre 2002

Date de publication/archivage: 2012-12-21

Auteur: Thom
Titre: Dialogue de carmélites...
Rubrique: Les infos du minitel

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3371 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


— Je vais t’éclater le sphincter, t’auras le cul ouvert pendant une semaine !

— Vas-y, j'aime ça, salaud ! Je veux ton gros gland fumant dans mes entrailles de pute !

— Tu vas la sentir passer ma grosse bite. Tu vas me la bouffer par le cul !

— Pas tout de suite ! Je vais te pomper à fond, je veux avaler tes grosses couilles juteuses !

— Ouais, renifle bien ! Je pue ! Suis pas lavé depuis une semaine !

— Ça sent le mâle, tu pues le mâle, tu me fais triquer à mort !

— Ouais, et tu mouilles du cul ! T’es qu’une femelle en rut !

— J’aime ça, lécher tes bûmes rasées !

— Ramène ta gueule plus haut : bouffe-moi le frometon de gland! T’aimes ?

— Positif ! Je bouffe ton gland qui pue la pisse et le foutre ! Je m’avale toute ta grosse queue !

— Je te l’enfonce jusqu’aux couilles ! T'as ma bite dans ta gueule de pute ! Bien dans la gorge ! Je te lime la glotte...

— T’es qu’un salaud ! J’aime ça les bites, les pines, les gros manches qui me ramonent !

— D’abord dans ta gueule, après dans le trou de balle !

— C’est super-bon ! Je m’enfourne un gros gode dans le cul maintenant ! C’est dur, ça m’arrache le trou !

— T’es qu’un garage à bites, une bouffeuse de zobs, un sac à foutre ! Je te défonce la gueule à grands coups et t’en redemandes !

— Après, je vais lécher tes putains de panards qui puent ! Je vais te les nettoyer! Je te bouffe le cul ! J’y fous ma langue loin !

— Ouais, t’es mon P.Q. ! Ramone avec ta langue ! Essuie-moi la merde ! J’ai le jus qui monte !

— T’as envie de pisser ! Dis-moi que tu vas me pisser dessus !

— Je te pisse sur ta gueule de chienne en chaleur ! Ça te dégouline partout ! Tu me supplies de t’inonder encore ! Alors il faut que tu me nettoies mes tiags avec ta langue ! Allez, embrasse-les, fumier !

— Regarde : je lèche les semelles! Pisse-moi encore dessus ! Je veux tout avaler ! Je veux avaler ta pisse et ton foutre par le haut et par le bas !

— Branle-toi le fion sur ton gode ! Assieds-toi bien à fond dessus, jusqu'en bas ! Ressors complètement, rentre-le à mort ! T’auras ma pine après !

— C’est si bon de se défoncer le cul ! Je vais plus vite! Ça fait un super-bruit qui m’éclate ! Ouais, je veux des bites partout !

— Je t’emmènerai sur les chantiers, je te louerai aux immigrés. Je te ferai défoncer la pastille par trente grosses queues qui puent. T’arrêteras pas de jouir! Ça y est, j’ai pris la place du gode, je t’encule!

— Ouiiiii! 'Tu me remplis le boyau, c’est bon ! Je suis ta chienne ! Couvre-moi ! Saute-moi ! C’est bon de se faire saillir comme une truie!

— Je sens que ça monte ! J’y vais à grands coups dans ton gros cul à bites ! Je vais tout te lâcher dans le bide ! Tout mon foutre, ma crème de mâle ! Je vais te graisser tes putains de boyaux avec ma jute !

— Vas-y ! Je viens aussi !

— Ouais, je jouis, je te largue ma purée dans le trou, sale trougnasse!

Et c’est à cet instant que j’ai giclé moi aussi, mais près du clavier de mon ordi. J’ai essuyé le plus gros avec un kleenex, mais j’ai appuyé sur plein de touches sans le faire exprès, et ça a marqué quelque chose comme :

— fdujku„:=mpjsd

En retour, j’ai eu:

— ?????????

— C’est rien, j’ai tout lâché sur le clavier !

— Moi aussi ! C’était super ! Bye !

— Bye !

Dans la vie, je ne ferais pas le quart de tout ce que j'ai pu raconter, et surtout pas sans protection. Mais quand on sait que j’habite Orléans et que l'autre est à Marseille, on se laisse aller. Ça défoule, ça mange pas de pain et le chat en hotline, c’est aussi bien qu’un cinoche!


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!