Djé (02)


Djé (02)
Texte paru le 2018-08-16 par Charly Chast   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 392 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4672 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Charly Chast.


Template-Books.pngSérie : Djé


Épisode 2 : VOUS AVEZ DIT VACANCES ?


Les semaines passaient avec une grande monotonie, les journées étaient bien réglées, bien organisées, il fallait être sérieux à la fin de l'année scolaire ; nous avions tous les trois un examen important…

Le matin petit footing matinal avec mes deux colocataires, juste quelques kilomètres pour bien se réveiller, puis douches collectives, on avait l'habitude de se voir à poil et il n'y avait plus aucune gène et le but était surtout de ne pas perdre de temps, petit déjeuner, puis direction les cours. L'après-midi, on était bien organisés, on s'y mettait tous, un moment de ménage dans l'appart, sans être maniaque de la propreté c'est plus agréable et en s'y mettant tous ; ça va plus vite… (chacun faisait ce qu'il voulait dans sa chambre) ensuite on bossait chacun ses cours une bonne partie du reste de la journée (nous n'avions cours que le matin), les courses se faisaient ensemble, on avait décidé de mettre en commun le budget nourriture ainsi que les besoins de l'appartement, papier hygiénique produits d'entretien… Quand l'intendance est bien organisée ça évite des problèmes et des points de tensions. L’ambiance était au beau fixe !

J'avais essayé de me draguer la petite fleuriste que j'avais déjà remarquée le premier jour… Elle était mariée ! Pfffrrrr ! Chui dégoûté ! Avec un tel tour de poitrine c'était pour moi la femme idéale ! Par contre ce jour-là j'avais remarqué la présence d'un petit fleuriste très, comment dire, mignon… et délicat… et un peu maniéré… Enfin bref ce n'était pas LA fleuriste qui avait retardé Denis lors de notre premier footing mais bien LE… Je comprends mieux là ; je comprends mieux !

J'avais essayé de me draguer la superbe serveuse du bar où nous avions pris nos habitudes mais… comment dire… elle, elle n'était pas mariée mais j'ai vite compris que si j'insistais sa copine risquait de m'arracher les yeux… J'ai laissé tomber… Sa copine et moi on s'entend très bien maintenant !

J'avais essayé de me draguer la pulpeuse Pamela (c'est pas son vrai non mais c'est pas grave, tout le monde l'appelle comme ça) qui n'arrive pas à suivre la moitié de ses cours, non pas qu'elle n'y va pas, elle ne loupe aucun de ses cours mais comment dire… Elle n'est pas vraiment futée mais quand je dis pas vraiment… C'est peu dire ! J'ai renoncé !

J'avais essayé de me draguer une très belle étudiante, très brillante, qui avait aussi un très beau tour de poitrine, blonde, une vraie blonde, mais comment dire… Elle semblait ne pas me prendre au sérieux et répondait à mes avances avec beaucoup de gentillesse tout en jetant un œil vers mes camarades. Tu es tellement mignon, ça me touche vraiment que tu m'aies remarquée, si si vraiment, mais tu sais qu'entre nous, dans ton cas, ça ne nous conduirait nulle part ! Elle croyait que… (à cet instant j'ai vraiment haï mes colocataires)… et profitant de la situation le capitaine de l'équipe de foot trouvait à se caser. C'est lui que je hais maintenant !

Ça fait chier quoi ces histoires ! On me dit que les filles adorent les PD, et à me voir traîner avec mes colocataires, mignon comme je suis (si si, relisez le premier épisode je me décris et je n'exagère pas, je suis très mignon) et bien mignon comme je suis je devrais les attirer… Que dalle c'est des conneries quand on vous dit ça.

Par contre…

Alexis, un p'tit gars, sympa, musclé, beau cul, belle gueule, (ça doit être ça BCBG) gentil, j'ai rien contre lui je l'aime bien c'est un copain à Dominique, lui par contre à chaque fois qu'il me voit…

Tu veux pas venir boire un verre avec moi

Je vais au ciné ce soir, c'est le dernier Pedro Almodovar, tu veux pas m'accompagner.

Là franchement j'ai préféré y aller un autre jour, il est sympa mais... dans le noir… comment dire ?…

Tu nous accompagnes, on se fait un resto ?

Il disait on et nous, ce jour là, ça voulait dire je

Ou encore le fameux Bernard…

Tu es rudement bien musclé, tu fais de la muscu ?

Je fais du sport tout le monde le sait.

On t'a jamais dit que tu portes vraiment très bien le T-Shirt, ça fait ressortir tes muscles…

Franchement un T-Shirt ça va à tout le monde.

Moi aussi j'aime bien faire du footing, il faudrait qu'on en fasse un ensemble un jour… on pourrait aller jusqu'à la rivière…

Je connais j'y suis déjà allé ! Bernard est sympa lui aussi, mais comment dire… Non, vraiment pas, non merci quoi !

Et je ne vous parlerais pas de

  • Laurent
  • Mathias
  • François
  • Paulo
  • Simon
  • Olivier
  • Rémi
  • Johnny
  • Tristan…

Ben oui ! Tristan, on l'avait oublié celui là, c'est lui le petit fleuriste du coin… Bon il faut bien dire que tous ces garçons sont absolument adorables, ce sont tous des amis à Dominique et Denis… On les reçoit régulièrement. Mes camarades m'ont souvent demandé si ça ne me dérangeait pas, je les aime beaucoup, ils sont tous très sympas… Ils m'ont tous dragué ! Je sais c'est flatteur, c'est ce que je devrais me dire mais en attendant, les filles dans cette histoire... que dalle !

Bon j'en profite au point où nous en sommes pour vous faire une petite confidence , depuis le temps que êtes là à lire mes élucubrations, si vous avez eu le courage de me lire jusque là je pense que je peux vous confier ce détail… Je suis puceau !… Ok, là j'en entends qui sont en train de se bidonner devant leur écran… Et bien bidonnez-vous bien les mecs mais je vous préviens si jamais j'en prends un à cafter… Je le retrouve et on va discuter de ça entre quatre-zieux  ! Vous êtes prévenus ! Ouais je sais, 20 ans, beau gosse, belle gueule, belle carrure, musclé… on rajoute puceau, et tout le monde se marre ! Ouais, eh bien là c'est moi qui en ai marre ! Ça va pas durer, là c'est moi qui vous le dis !

Et c'est pas un mec qui va me dépuceler !

Non mais !

Merde quoi !

Faut arrêter de déconner !

Bon là je suis de mauvais poil ! Toute cette histoire commence à m'énerver ! Heureusement les résultats au niveau de mes études sont plus que bons, ils sont même vraiment excellents. C'est déjà ça, pour le reste on rigole bien, on passe de supers soirées. Le weekend c'est relâche, on laisse tomber les études, on sort, ciné, bar, boîte de nuit (bon évidemment je suis mes camarades et dans les boîtes où ils m’entraînent il n'y a pas beaucoup de filles).

Il y a deux semaines je m'en suis trouvé une, wouah, à tomber, elle était belle, elle était chaude, elle était pulpeuse, des yeux (je vous rassure elle en avait deux) verts magnifiques, un sourire à vous retourner, elle avait une belle poitrine, une chute de rein à tomber par terre j'ai rarement vu un tel canon, sans exagérer, mais au final… C'était pas une fille ! Bon là moi je ne drague plus dans ce genre d'endroit… C'est pas du jeu… Y'en a qui trichent ! Je ne vous dis pas comment ils se sont foutu de ma gueule les deux guignols… On passe de supers soirées, je me demande si je ne vais pas arrêter de traîner avec eux !

Un peu plus de deux mois s'étaient passés depuis le début de cette histoire. Un samedi soir, on faisait la fête, la moitié des gars que je vous ai cités plus haut était là. Je ramenais trois verres de bière à la table où mes deux acolytes discutaient ferme sur… en fait je savais pas du tout de quoi ils parlaient… J'avais passé la soirée à reluquer une jolie petite, brune, plus petite que moi, c'était pas un mec, ça j'en suis sûr… Si ça c'est un mec, moi je suis pédé ! C'est clair ! J'arrivais à notre table, je posais les verres…

— Vous parlez de quoi les mecs ?

— De nos prochaines vacances ! répondit Denis.

— Dans deux semaines on fait une descente dans le sud du pays, chez un ami ! précisa Alexis.

— Deux semaines de délire : équitation, natation y a une piscine, promenade, jeux… ajouta avec empressement Denis.

— Il y a une grande maison avec un grand parc sans aucun vis à vis, m'informa Dominique. On peut se balader à poil dans le parc…

— On y est allé au début des grandes vacances. Ça va bientôt faire six mois ! dit Tristan.

Tout le monde éclatait de rire à cette réflexion ! Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, mais bon, il y a des fois où j'ai du mal à les suivre… Je n'insistais pas !

— Vous préparez vos vacances et vous ne m'en parlez même pas ? C'est sympa, merci les mecs !

— Je ne pense pas que tu serais intéressé ! me dit Dominique.

— C'est moi qui sais si je suis intéressé ou pas ! Vous auriez pas pu rien me me dire ? (ça y est je bafouille ! C'est l'alcool ça...)

— De toutes façons, m'informa Tristan, c'est pas trop tard, c'est dans deux semaines, et il y a de la place, on n'est que douze.

— C'est limité en nombre ?

— On évite d'y aller à plus de quinze ! précisa Denis.

— Ça s'est déjà fait parait-il mais selon le rapport, c'était beaucoup trop ! s'indigna Tristan.

— Mais laissez le venir s'il veut venir ! s'insurgea Manuel.

— Plus on est de fous, plus on rit ! lança Paolo.

— Il va falloir le briefer, ajouta Dominique.

Je buvais mon verre cul sec.

— La vache, ça rafraîchit ! Allez-y les mecs, briefez-moi, oué, briefez-moi !

— On fait un jeu érotique pendant deux semaines ! annonça Dominique.

— Érotique, cool, c'est ce qui me manque en ce moment !

— Érotique entre mecs, précisa Denis. Je sais pas si tu vas aimer !

— Si, si, j'adore… Juste un point… Personne ne tente de me dépuceler du cul ! À part ça, ça roule !

— On peut t'expliquer de quoi il s'agit mais à une condition, ajoute Dominique. Tu nous promets de ne rien répéter. À personne. Silence, motus et bouche cousue !

— Promis, juré si tu veux, je crache par terre !

— Bon ok, pas la peine de cracher, dit Dominique. Au moment où on arrive, on met tous une ceinture de chasteté.

— C'est une expérience intéressante, précisa Tristan. Tu peux me croire !

Tout le groupe éclatait de rire de nouveau. Moi je ne comprenais toujours pas, mais je ne cherchais pas d'avantage.

— Chasteté… cool… je suis chaste en ce moment moi… alors !

— Je te parle de porter une… commença Dominique.

Je me levais en montrant mon verre…

— Attends je retourne chercher de la sauce, ça commence à faire sec !

Je revenais quelques instants plus tard avec un verre plein, mais la taille du dessus !

— Dis donc tu picoles ce soir ! s'étonna Dominique.

— Vas-y mon gars, je te suis tout ouïe, je t'écoute !

Dominique reprenait son explication, par moment un des autres garçons présents intervenait pour préciser certains points… Je faisais semblant d'écouter, l'air concentré, sans pour autant regarder en permanence mon interlocuteur, si l'un des mecs intervenait je le regardais, acquiesçais, et répondait par des gestes qui pouvaient vouloir dire… 'Bien sûr'… 'C'est évident'… 'Je suis d'accord'… ou encore… 'Je comprends bien'… etc… Si on joue bien le rôle, c'est à s'y méprendre. Le mec qui est en face est convaincu qu'on lui accorde toute son attention !

— Donc au moment où on arrive on met tous un dispositif de chasteté et le jeu peut commencer…

— Cool, j'ai toujours eu envie d'essayer !

— Arrête, c'est du sérieux ! Donc, le lendemain de notre arrivée, on se réunit pour élire celui qui sera libéré en premier…

De toutes façons, ils sont bien mignons tous, mais faudrait pas oublier qu'ils m'ont tous dragué, ils vont pas me laisser longtemps dans ce truc ! Mon regard se perdait dans la foule ! Avec le bruit qu'il y avait, je jouais les attentifs en approchant mon oreille au plus près de la bouche de Dominique, évidemment à cette distance, le regarder dans les yeux aurait été bizarre, ce qui fait qu'il était normal que mon regard se perde dans la foule.

— … C'est donc ce que nous avons comme résultat au bout de plusieurs jours…

En regardant Dominique bien dans les yeux.

— C'est logique !

Dominique semblait ravi de me voir aussi attentif et reprenait !

— Un nouveau vote…

Purée elle a un beau cul la petite là bas, ouais, je vais essayer de me la brancher tout à l'heure ! Il y a vraiment beaucoup de monde ce soir ! Pas beaucoup de meufs, mais quelques petits lots tout de même. Je ramenais mon regard sur chacun des garçons qui étaient à la table pour m'assurer que personne ne remarquait que je n'écoutais pas et pensais à autre chose. J'entendais alors :

— … un chèque de caution…

— …

Je rembobinais quelques seconde, il venait de dire … il faudra déposer un chèque de caution…  Avant je sais pas ce qu'il avait dit mais là il parlait de sous ! Je retournais mon regard vers lui, il continuait :

— … Le montant peut paraître important. Mais c'est juste une caution, le chèque ne sera pas encaissé. Il me tendait un papier avec le montant de la caution.

Là, je convulsais !

— Tu es sûr que le chèque ne sera pas encaissé ? Parce que là, c'est une grosse partie de mon budget. Là je vais coucher sous les ponts, et encore je sais même pas si je pourrais en payer le loyer !

— Je te le garantis. Il ne sera pas encaissé !

— Bon, c'est d'accord, bouge pas d'ici, je vais retourner chercher un peu de sauce… mon verre est vide !

Je me levais et me dirigeais vers le bar. Je m'approchais de la petite qui avait un beau cul et qui s'était installée au bar, je demandais une bière et tentais une prise de contact, j'avalais la moitié de mon verre, et lui racontais je ne sais quelle connerie, elle me regardait l'air patibulaire, jetait un œil vers mes copains.

— Non, fait pas gaffe c'est des potes, c'est rien, ch'suis pas comme eux moa !

Je perdais mon contrôle, j'arrive à cacher mon ébriété en temps normal, mais là, c'était loupé ! Elle m'invitait à aller cuver avec mes copines et je ne suis pas sûr que le ton qu'elle employait était courtois ! Bon, je me disais, c'est encore loupé, je vais aller boire mon verre avec mes copines… merde il est vide ! J'en commandais un autre, un double, je payais, et je retournais voir mes copines en me concentrant pour ne pas montrer que j'étais bourré ! Sur le chemin je rigolais tout seul, je me disais ch'suis bourré, si je leur dis, y vont se marrer, pasque bourré, y voudraient bien m'bourrer mais pas pareil ! (burp)

En approchant de la table, je me concentrais, ça va pas être facile ! Je m'installais, j'avais retrouvé mon self contrôle, et me retournant vers Dominique…

— Donc tu me disais que le chèque ne serait pas encaissé !

— Tu picoles vraiment beaucoup ce soir !

— Oui je sais, mais j'ai vraiment besoin de me détendre, demain j'aurai la gueule de bois, mais c'est pas grave . Il y a des jours où boire un ou deux verres de trop, ça fait pas de mal ! Vas-y continue !

— Le chèque te sera rendu ou détruit…

Putain j'ai assuré là ! Ils n'ont rien vu, mon regard se perdait à nouveau vers la fille qui m'avait jeté, dommage, elle avait un beau cul !…

Un bon moment plus tard j'entendais…

— Voilà, on t'a tout raconté ! Tu en penses quoi ?

J'en pense quoi ? j'en pense quoi ? je ne sais même pas de quoi il me cause là ! Qu'est-ce qu'il veut que je lui répondre ? J'avais entendu 'expérience intéressante', 'chèque restitué', 'que je ne serais pas obligé de me faire enculer' !

— Ça m'a l'air d'une expérience intéressante, j'ai jamais fait ce genre d'expérience, et si je me fais pas enculer et que le chèque est restitué… Faut voir ! Tu as le règlement de ce… club (?)…

— J'en ferai une copie que je te poserai sur ta table de nuit !

— Alors ça marche, je te donne ma réponse dans quelques jours !

Avec un réponse aussi responsable, je les avais tous bluffés ! Tout le monde était content ! Il était temps que Dominique conclu car un peu plus tard dans la soirée, c'était le trou noir. Je me réveillais le lendemain après-midi avec la gueule de bois. J'étais dans mon lit, mes vêtements en tas à coté du lit… J'avais l'impression que chacun de mes cheveux me faisait mal individuellement ! L’horreur ! Je trouvais le règlement sur ma table de nuit et c'est en le voyant que je me souvenais de toute cette histoire ! L'appartement était vide. Je me levais comme je pouvais, j'allais jusqu'à la cuisine, sur la table j'y trouvais un papier…

Nous sommes allés profiter des derniers rayons de soleil à la rivière, prends deux ou trois comprimés qu'on t'a laissés pour soulager ton mal de tête, la vache on ne t'avait jamais vu dans un état pareil. Ça va faire mal. N'essaye pas de lire le règlement que je t'ai laissé, tu verras demain ! À plus, grosse bise...

Tiens, il me fait la bise. Je voudrais bien savoir comment ça s'est terminé hier. Je retournais dans ma chambre et comatais jusqu'au soir. À leur retour Dominique et Denis passaient me voir, on discutait un bon moment, ils me racontaient la fin de la soirée, j'avais dansé, chanté, sorti un nombre incroyable de conneries, tout le monde pensait que j'étais complètement irresponsable, plusieurs de nos copains ont même tenté d'abuser de moi, ou en tout cas de voir si c'était possible, mais j'ai refusé leurs avances à tous. Finalement même bourré tu restes hétéro ! me disaient-ils.

Les deux ou trois jours qui suivaient restaient difficiles. Je me concentrais sur les études, les premiers examens approchaient… Vers la fin de la semaine, je n'avais pas encore lu le règlement du jeu prévu pour les vacances… Mon téléphone sonnait, c'était Tristan :

— Alors Djé, tu nous donnes ta réponse quand ? Tu sais qu'on est limité pour le nombre de participants ? C'est un jeu mais c'est sérieux, il faut qu'on sache à l'avance.

— Oui, oui, pas de problème, ça me convient je suis d'accord !

— Tu es de la partie alors ?

— Pas de problème, je ne veux pas louper ça !

— Alors tu me retournes le règlement signé, paraphé, comme c'est indiqué...

Je cherchais l'endroit où c'était indiqué… Oué ! C'était à la dernière page !

— À la dernière page !

— T'es cool mec, Dominique me disait que tu ne viendrais pas et que tu ne lirais même pas le règlement ! Je vois qu'il s'est planté ! Et surtout n'oublie pas le chèque !

— Ah ouais, le chèque…

— Personne ne l'encaissera, tu as ma parole !

— Ok, je te fais confiance, mais attention déconnez pas sur ce point les mecs, pour moi c'est une très grosse somme !

— Aucun risque ! Je m'y engage !

— Ok, je t'amène ça tout de suite.

Je lisais vite fait le règlement, on porte le bazar, tout le monde le retire chacun son tour sur 14 jours, 14 participants, je ne suis pas obligé de me faire enculer donc au pire je porte le truc deux semaines, ça pourrait être une expérience amusante… je signais, paraphais, je remplissais le chèque vite fait et descendais sans attendre chez le fleuriste, j'y trouvais Tristan et je lui donnais les documents.

Le soir je me retrouvais avec mes colocataires pour le souper.

— Au fait Djé, tu as pensé à remplir ton inscription et le chèque ? demanda Denis.

— Inscription ?

Dominique pouffait de rire.

— Je t'avais bien dit qu'il ne viendrait pas, il avait juste envie de nous faire parler. J'y ai jamais cru ! Oui Djé, le règlement, le truc en papier avec plein de lettres dessus… Ça fait valeur de bulletin d'inscription…

— Ah oui, ce truc là… Oui !

— Quoi… Oui ? dit Denis.

— Oui, je l'ai rempli !

Ils me regardaient tous les deux, soudainement immobiles, bouches ouvertes, le regard incrédule ! Les nouilles glissaient de leurs fourchettes… Ils n'avaient pas l'air futés ! Je les regardais et savourais cette seconde tout en rigolant !

— Parfaitement, j'ai rempli le document, fait le chèque et j'ai donné le tout à Tristan il n'y a pas deux heures ! Mais bon je reste sur mes position, Personne ne touche à mon cul !

— Tu es bien décidé ! dit Dominique, surpris.

— Tu sais que tu peux encore annuler, précisa Denis.

— Mais je veux y aller !

— Tu n'es pas sérieux ! cria Dominique. Tu as déjà porté un dispositif de chasteté ?

— Non mais c'est une expérience qui doit être intéressante ! J'y ai réfléchi, et je veux et je vais essayer !

Dominique regardait Denis qui haussait les épaules.

— Bien si c'est comme ça !... Bienvenue au club !

— Et amuse-toi bien ! ajouta Denis.

Vivement les prochaines vacances… !


Asuivre.png