Edimbourg (5)


Edimbourg (5)
Texte paru le 2013-11-28 par Manuel1   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg/ MMM.jpg

Cet auteur vous présente 248 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7474 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Manuel1.


Template-Books.pngSérie : Edimbourg

Quand on est arrivé à la terrasse Rupert était là mais pas Lee qui nous a rejoint ensuite. Il avait vu des anciens et s'était caché par pudeur idiote. J'ai sorti le slip qu'il avait laissé et lui ai fourré dans la bouche le faisant s'empaler sur Ben qui s'était allongé sur le dos et je me suis enfoncé à coté de la queue de Ben. Ouvrant le cul de Lee en le ramonant à deux, queue contre queue. Rupert matait en se touchant le sexe. Je leur avait interdit de se branler. Lee grognait dans son slip odorant mais on a jouis ensemble, remplissant son cul de jus chaud. J'ai retiré le slip de sa gueule pour essuyer son cul et l'ai gardé pour plus tard. Rupert nous nettoyant les queues des glaires de Lee. La porte s'est ouverte sur Steeve.

— Ho excusez. Je dérange ?

— Non Steeve t'as déjà vu un mec se faire enculer. Tu as quelque chose à me montrer ?

— Oui le doyen m'a appelé et je suis passé chercher la clé .

— Barrez vous les chiennes, remettez vos shorts mais gardez les poids au collier de couilles. Ben, met leur un collier de clebs au cou que tout le monde sache ce qu'ils sont.

Ils sont partis gêné d'être forcé de montrer leur statut. Steeve m'a entrainé jusqu'à un mur avec une porte qui s'ouvrait sur une cave. Il est entré et une fois la il a retiré ses fringues et les a posées dans un casier. On a descendu une volée de marche avant qu'il ouvre une autre porte plus épaisse. On était dans un donjon d'esclavage avec des prisons aux larges barreaux, des chaînes suspendues au plafond, des carcans, un fauteuil de gynécologie et sur les murs de quoi combler le maître le plus exigeant.

— T'es déjà venu là Steeve ?

— Oui, Maître.

Il avait le sexe recroquevillé dans le prépuce. L'air ridicule mais en même temps dans son fantasme de ce qu'il avait subi la.

— Sort ton gland Steeve. Dégage le.

La peau du prépuce retenait le gland sorti. Une petite perle pointait du bout.

— Il y a combien de temps que tu es venu Steeve ?

— A peu prés un an Maître, mais je me souviens de tout.

— Tu as aimé ?

— Sur le moment non pas du tout, mais ensuite j'y ai pensé souvent.

Je me suis accroupi et l'ai fait s'accroupir aussi, j'ai fixé ses couilles à un anneau avec une petite chaîne cimentée au sol. Il ne pouvait pas se redresser totalement sans les étirer un maximum. Je l'ai branlé d'une main, enfonçant mes doigts dans son cul de l'autre. Il a râlé mais très vite bandé un maximum en se redressant. Il grognait, la chaîne tirant sur son sac et il a jouit d'un coup, loin devant lui. Secoué de spasmes. Reste les cuisses relevées et penche toi en avant. Je vais t'enculer. Il grimaçait mais la position m'excitait et à chaque coup de queue ça tirait sur ses couilles, lui arrachant un cri. Trop bon pour moi, je lui ai jouis sur les fesses.

— Pas mal Steeve. Mets toi à 4 pattes pour lécher ce que t'as envoyé sur le sol. Nettoie bien tout.

Il a tendu le cou pour lécher sa queue encore dressée des souvenirs de son dressage. Je l'ai détaché.

— OK Steeve, on remonte. Tu dois me laisser la clé je suppose.

— Oui Maître, elle est à votre nom.

Effectivement, à la lumière j'ai vu mon prénom gravé sur la clé.

— Rhabille toi Steeve, j'ai ton numéro si nécessaire.

— N'hésitez pas Maître. Quand vous voulez.

Je l'ai laissé partir et suis rentré rejoindre Ben.

— C'est l'heure de ta pilule Ben.

Je lui peloté un téton, pincé, il avait légèrement grossi et il avait l'aréole plus remplie.

— Tu vas être génial avec de petits seins. Pas très gros mais qui pointe sous un tee shirt.

J'ai sucé la pointe, l'aspirant entre mes lèvres, de l'autre main je caressais ses fesses et sa fente. Ben n'a jamais eu un trou rond comme les autres mais plus une fente allongée de haut en bas et j'aimais doigter son trou, sachant qu'il allait s'ouvrir comme une rose à ma queue. Je me suis allongé sur lui, il a entouré mon torse de ses cuisses, je n'ai eu aucun mal à trouver son cul et à m'engager dedans. Limant doucement cette presque chatte qui se serrait sur ma queue.

— T'es le meilleur Ben pour me pomper avec ton cul. Même si je bouge pas, tu me pompes la queue.

J'étais penché à aspirer et lécher chaque téton. Ben me pompait juste avec son cul sans pratiquement bouger et j'ai giclé comme un fou, me dégageant pour lui bouffer le cul et mon jus en 69. Il m'a bouffé la queue. Ben était le meilleur des amants. Je sentais ses doigts frôler mes fesses.

— Pas maintenant Ben.

Il a continué, forcé le passage de ses doigts, s'insinuant loin à me faire gémir de plaisir quand il a frotté ma prostate. Je mouillais . Il m'a regardé en souriant.

— C'était juste pour vérifier que tu aimais encore ça.

— Tu le sais bien. On va prendre une douche et s'habiller pour aller en ville manger un morceau et boire une bière.

On a pris un taxi jusqu'au centre et on s'est baladé un peu dans les rues. Il y avait des mecs avec des nanas qui étaient en kilt, ça nous a surpris, et quelques jeunes tapins mâles très efféminés dans un coin mal éclairé. J'ai retenu l'adresse avant d'entrer dans un pub pour boire une bière très sombre et épaisse. Des mecs chantaient à une table, Je ne comprenait rien des paroles. Surement de l'Ecossais. On est sorti mais dans tous les restaurants qui servaient français c'était hors de prix et on s'est rabattu sur un kiosque de poisson frits et frites. On a marché encore un peu. C'est fou le nombre de mecs et de nanas qui étaient vautrés ivres, assis sur des marches, l'air hébété. On a préféré rentrer.

— Je crois que je vais emmener Lee pour la séance SM de groupe. Comme il ne connaît pas trop il va mieux gueuler que Rupert et c'est excitant un mec qui gueule. Viens dormir Ben Je vais avoir besoin de force demain, pour faire mes preuves devant tout les Maîtres.

On s'est étalé sur le lit et on a pas eu à compter les moutons.

Au matin l'odeur du café m'a réveillé avec la caresse de la bouche de Lee sur mon gland. Il avait tout compris et a serré les lèvres sur ma queue pour avaler mon urine du matin. Du pied je jouais avec le poids qui se balançait sous ses couilles. Rupert de son coté s'occupait de Ben. On a déjeuné les laissant à genoux à coté de nous. Ben a pris sa pilule. On s'est installé sur les fauteuils, j'ai fait lever et approcher Rupert entre mes cuisses, palpant ses couilles.

— Je pense que tu est prés à passer à plus de poids ou à un allongement supérieur. Ben ! Sors les anneaux du sac de la boutique. Le plus large et lourd.

Il m'a tendu deux demis anneaux en métal brillants avec une clé spéciale. J'ai étiré et placé un demi anneau auquel j'ai plaqué l'autre moitié et j'ai vissé les deux ensemble avant de lâcher l'ensemble. Ce petit con bandait et quand j'ai lâché, sa queue s'est trouvée à l'équerre. Il a eu un petit cri vite étouffé.

— Tu vas garder ça tant que je le voudrais. Ça devrait te faire descendre un peu plus les boules. Si c'est pas assez on verra. Monte sur la petite table. mets toi à 4 pattes, tends bien ton cul .

J'ai fait un signe de la main à Ben qui a eu le sourire et a donné ses doigts à saliver à Lee.

— Mouille les bien. Profites en. Regarde.

Il a commencé avec deux doigts, tournant pour fouiller son trou. j'ai appuyé sur le dos de Rupert pour qu'il fasse ressortir encore plus son cul. Ben a mis 3 doigts en pointe et les a enfoncé dans l'anus de Rupert. Massant sa rondelle, cherchant la prostate, frottant son ongle dessus comme il sait si bien faire. Lee se branlait doucement.

— Tu regardes mais tu ne jouis pas. Je te l'interdis. Sinon je t'attache.

Ben a mis 4 doigts réunis et a branlé le cul de Rupert qui grognait, son sexe mou se balançait entre ses cuisses. Ben a ajouté le pouce au centre et a poussé doucement puis plus fort, retenant Rupert par la cuisse. Il a poussé un cri en même temps que le poignet de Ben disparaissait en lui. Ben a tourné le poignet, le cul avait un genre de mousse blanche autour du poignet. Il est un peu sorti avant de le renfoncer dans le cul.

— Tu vas avoir un cul prêt à tout. Même les plus gros blacks te défonceront et tu vas en réclamer de plus en plus.

Il gémissait comme une lopette défoncée, bavant du gland en même temps. Obscène et Lee avait les yeux grands ouverts sur ce cul avec le poignet enfoncé. Ben remuait doucement m'a fait un clin d'œil avant de tirer sur son poignet. J'ai deviné qu'il avait serré le poing quand j'ai entendu le hurlement de Rupert. Je l'ai bâillonné de ma queue, m'enfonçant au plus profond dans sa gorge. Le poing fermé est sorti, glaireux mais pour mieux rouvrir le trou de Rupert, au poing. Comme une énorme gland le poing de Ben limait son cul. J'ai baffé Lee sur la queue, ce con avait accéléré sa branlette.

— Je t'ai dit de ne pas jouir chienne ! Regarde, mais ne te branle plus.

Rupert a eu un spasme de tout le corps, un peu de liquide gluant a coulé de sa queue.

— Hé ben. Tu jouis en te faisant éclater le cul toi ? Tu vas finir dans la rue qu'on a vu hier.

(à suivre)