Fantasmes d'Antoine (01)


Fantasmes d'Antoine (01)
Texte paru le 2018-06-13 par Antoinec   Drapeau-us.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 8517 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Antoinec.


Je démarre ici une nouvelle série dédiée à mes fantasmes. Les faits ne sont pas réels, juste des histoires érotiques que j’aurais aimé vivre.

Pour ce premier "fantasme", j’ai imaginé une "première fois" différente de la vraie (voir Journal d’Antoine (01)). Même si ce fut un bon souvenir, je m’amuse ici à créer une première fois parfaite, à un plus jeune âge, et plus intense, conforme à mes désirs les plus forts. Et vous, auriez-vous aimé avoir une première fois comme celle-là ?

Écrivez-moi : antoinesdiary@gmail.com

À bientôt,

Antoine

PS Les personnages de ce texte font le choix d’avoir des rapports non protégés – cette histoire n’est qu’une fantaisie, tout est donc permis. Dans la vraie vie, n’oubliez pas de vous protéger.
Template-Books.pngSérie : Fantasmes d’Antoine

C’est l’été de mes 16 ans. Et comme tous les étés, je pars en famille dans un centre naturiste pendant deux mois, avec mes parents, mon frère et ma sœur ainés. Un bon moment de liberté au soleil. J’adore être nu, et j’ai grandi ainsi. Ces dernières années, avec la puberté, j’apprécie plus encore ce mode de vie ; j’aime pratiquer différents sports nu et voir mon corps se transformer à l’air libre. Mais je suis maintenant plus mûr dans ma tête aussi. Ma famille sait que je suis homo, et ils l’ont très bien accepté. Malheureusement, je suis encore puceau… Et mes désirs d’homme sont de plus en plus grands. J’aimerais enfin avoir mon premier copain et faire l’amour. D’autant que mon frère et ma sœur seront avec leur petit ami/amie pendant ces vacances.

Les premiers jours sont toujours un grand moment de bien-être. Je me sens bien, libre à l’idée de ne pas porter de vêtement et de faire disparaitre mes traces de maillot. Je passe la plupart de mes journées à la piscine ou à la plage. Et c’est là que je vois Louis pour la première fois. Je repère vite son corps magnifique, intégralement bronzé, imberbe, à l’exception de quelques poils bien blondis au soleil. Ses dents blanches et ses yeux bleus contrastent avec la dorure de sa peau. Il s’amuse dans l’eau avec ses deux petits frères. Des versions miniatures de Louis.

On ne tarde pas à sympathiser… on s’amuse tout l’après-midi dans l’eau. Ces jeux me donnent la possibilité de toucher son corps, de sentir sa peau. Je le désire déjà si fort. On bande dans l’eau. Je le sens. Il le sent. Nos regards se croisent. On reste dans l’eau pour débander.

— Il faut que je rentre pour diner avec mes parents. Ça te dirait qu’on se retrouve à la plage, plus tard dans la soirée ?

— Oui, bien sûr ! À ce soir Louis

Je l’attends le soir même, à l’abri d’une dune, peu après le coucher du soleil. C’est la pleine lune. Je peux observer son corps venir vers moi. Il est tellement beau, son corps est mince. Juste parfait. Il s’assied à côté de moi.

— Salut Antoine !

— Salut Louis !

Il penche la tête contre mon épaule. Je me penche pour l’embrasser. Notre premier baiser, pudique. Je respire sa peau. Il sent le soleil, le sable et le sel. Je le respire. On s’embrasse de nouveau. J’aime le goût de ses lèvres. On se penche pour s’allonger dans le sable, tout en continuant à s’embrasser.

— Tu es tellement beau Antoine. Tu es le premier garçon que j’embrasse !

— Pareil pour moi

Nos mains se caressent. Je découvre son corps et il découvre le mien. Tout en douceur et sensualité. Nos peaux douces d’adolescents glissent sous nos doigts. Je me penche ensuite pour prendre sa queue bien dure dans ma bouche. Il soupire.

— Oui Antoine, suce-moi, j’en ai rêvé toute la journée !

— Moi aussi !

Je lèche, caresse le gland avec ma langue, dépose des baisers sur sa belle queue. Puis je suce, je branle. Je vénère cette belle bite, bien bronzée.

— Mmh, Louis, j’aimerais que tu jouisses dans ma bouche !

Il ne tarde pas à exploser et cinq jets puissants atterrissent sur ma langue. Je mange cette semence délicieuse.

C’est à son tour de me faire une fellation. Je me lève et il se met à genoux. C’est nu et libre, le visage légèrement balayé par le vent, que je ressens cette nouvelle vague de plaisir, celle d’une langue sur mon sexe. Ce massage chaud et humide. Il descend le long de ma tige, passionnément. Je lis tellement de plaisir dans ses yeux. Sa langue gourmande me lèche aussi les couilles. Il n’en faut pas plus pour que j’asperge son visage de jets de sperme chaud, les derniers sont recueillis par sa bouche gourmande bien ouverte. On quitte la plage main dans la main.

Le lendemain, on passe la journée ensemble, en se tenant par la main le plus souvent possible. Ma famille est contente de voir que j’ai un petit ami ! Ils invitent d’ailleurs Louis à diner avec nous le soir même.

Après diner, quand je rentre sous ma tente après avoir quitté Louis, je trouve du gel et des préservatifs sur mon lit avec un petit mot : "Trop content que tu aies rencontré Louis. Il est vraiment sympa et mignon. J’ai pensé que ces objets pourraient t’être utiles. Pas sûr pour les capotes si vous êtes vierges tous les deux. Amuse-toi bien. Ton grand frère"

— Ouah ! quelle bonne idée !

Le lendemain, je passe une journée magnifique avec Louis. On fait du sport nus au soleil ensemble toute la journée. J’aime voir son corps. Mes yeux ne le quittent pas un seul instant. J’aime aussi prendre le temps de passer de la crème solaire sur son corps, et j’aime quand il me fait la même chose, surtout sur les fesses. Dans l’après-midi, je lui susurre à l’oreille :

— Louis, j’aimerais qu’on fasse l’amour. J’aimerais que l’on se pénètre.

— Moi aussi, mon chéri.

On marche main dans la main vers un coin isolé, à l’ombre des pins. Le parfum est enivrant. J’ai juste pris un sac à dos avec une serviette, et les petits cadeaux de mon frère.

— Quel endroit magnifique

— Embrasse-moi mon chéri

On s’embrasse passionnément, debout. Nos queues sont verticales et se touchent. Nos mains caressent nos fesses puis trouvent nos bites pour une branlette mutuelle, tout en gardant nos lèvres collées. Nos langues se touchent, la salive circule de bouche en bouche, abondamment. J’étends la serviette pour servir d’écrin à notre amour. On s’allonge en 69. Je tressaille au plaisir immense de sucer et d’être sucé en même temps. Les caresses continuent. Le précum coule à flots dans nos bouches.

— Tu es tellement beau Louis. Je te veux !

— Toi aussi, Antoine.

— J’aimerais goûter ton corps maintenant. Donne-moi tes fesses, mon amour.

Je le place sur le dos, jambes écartées, et je m’allonge pour atteindre sa rosette avec la langue. Je la lèche doucement. Louis couine de plaisir et m’encourage.

— Oui continue, lèche-moi bien !

J’écarte bien et ma langue pénètre son anus.

— Prends-moi Antoine, fais-moi l’amour.

Je sors le gel et les capotes.

— Non, je veux te sentir jouir en moi, Antoine. Donne-moi ce plaisir. On est puceau tous les deux.

— Oh mon chéri, j’en ai rêvé !

Je l’embrasse follement et sans tarder ma queue couverte de gel s’introduit dans son petit cul bronzé. Ça y est, on fait l’amour. Je pénètre Louis doucement tout en embrassant ses lèvres. On se fixe du regard pour y lire un plaisir immense. Louis frissonne.

— Oh, c’est tellement bon, Antoine continue !

— Ton cul est tellement chaud et serré, c’est incroyable !

On baise en pleine nature, enivrés de parfum de pin, de sable et de mer.

— Retourne-toi, je vais te prendre en levrette.

Je mets Louis à quatre pattes et me glisse facilement en lui. Je lui lime le cul tranquillement. J’admire son dos, ses épaules. Mais c’est son visage que je veux maintenant admirer. Je m’allonge sur le dos, et il vient s’empaler sur ma queue. Il monte et descend sur ma bite. C’est maintenant lui qui me fait l’amour. On se caresse de partout. Nos doigts se glissent dans nos bouches. On ne va pas tenir très longtemps !

— Oh, jouis en moi Antoine, je veux sentir ton foutre !

— Oui, oui, je jouis, ah je jouis !!!

Mon sperme inonde son cul, tandis que sa queue expulse des jets crémeux sur mon visage et mon torse. Louis se désunit de moi, viens lécher le foutre, et le partage avec moi dans un long baiser.

Après une brève sieste, nus sous les arbres, je demande à Louis de m’enculer. Je veux me faire dépuceler en levrette, soumis et domine par sa queue. Louis mange mon cul, lèche mon anus, me doigte pendant un moment. Je suis tellement humide, qu’il n’a besoin que de quelques gouttes de gel pour me lubrifier. Sa queue rentre en moi. Ça y est, je ne suis plus vierge. Louis me laboure bien profond. On se met debout pour continuer. Je me penche contre un arbre, il me saisit bien par les hanches. Je me fais niquer bien à fond. Mais j’ai besoin de serrer mon premier amour dans les bras au moment de jouir. Louis me prend en missionnaire. Nos langues ne se quittent plus. Mes jambes enroulent son dos et poussent son corps en moi. Nos deux corps lisses et bronzés fusionnent. On jouit ensemble à grands cris. Je jouis du cul sans même toucher ma bite, le corps parcouru par d’intenses frissons de plaisir.

Je prends Louis par la main et nous allons nous baigner dans l’océan. Les vagues purifient nos corps. J’atteins un niveau de bien-être maximum. Le soleil, l’eau sur ma peau nue, et le sentiment que je porte en moi le sperme de mon premier amour… tout cela est magique.

Ce soir-là, Louis partage ma tente. Désormais, on se quittera plus de l’été. Pendant deux mois, je vais découvrir son corps, le posséder dans ses moindres recoins, et je vais lui donner le mien également. Nous faisons l’amour trois fois par jour. Je vis en harmonie parfaite. Je passe aussi du temps avec ma famille. Nous vivons nus ensemble, sans tabou, tout le monde respecte le corps et la sexualité de chacun. Mon corps s’épanouit au soleil, ma peau brunit, mes poils blondissent, et je vis tous mes désirs sexuels au quotidien.

Le paradis…