Faut y passer un jour...

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG87.jpg


Numéro 87

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 87
Date de parution originale: Mars 1998

Date de publication/archivage: 2013-11-08

Auteur: Denis
Titre: Faut y passer un jour...
Rubrique: Comment c'est, le premier mec?

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5100 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Jacques, d'habitude déluré, a voulu que j'éteigne la lumière. Je me suis collé à son dos sans cesser de le caresser tendrement, de lui embrasser la nuque, le cou ou derrière les oreilles.

J'ai recommencé à lui travailler l'anneau avec mes doigts pleins de gel, avec tout mon savoir-faire. Je ne voulais surtout pas le brusquer, lui faire du mal, surtout pas le traumatiser pour son dépucelage. J'ai placé ma bite en position, et j’ai commencé à pousser lentement, puis à m'arrêter quand je sentais que Jacques se crispait. Je le rassurais avec des mots doux que je lui chuchotais. Il s 'est détendu, et peu à peu, toute ma bite est rentrée dans son trou de velours. Il m'avouera plus tard qu'il n’a pas eu mal, mais qu’il a ressenti comme un accomplissement de ce qu'il attendait depuis toujours.

J’ai commencé mes va-et-vient en imprimant le même rythme à la queue de Jacques avec ma main. Nous étions au septième ciel, semblables dans le plaisir. J'ai accéléré, accéléré, sans être trop brutal. Jacques s'est mis à geindre, il a crié "je jouis!". Quand j'ai senti son jus poisser ma main en plusieurs jets puissants, j’ai accéléré mes coups de boutoir, et j'ai joui à mon tour en lui mordant la nuque avec toute la tendresse que j’éprouvais pour mon jeune copain.

J'ai fini par sortir de lui, puis j’ai ôté la capote pleine de mon sperme. Jacques s'est retourné vers moi: "Denis, je t'aime, tu sais..." Et moi de lui répondre: "On aime toujours le premier homme qui vous fait découvrir l'amour. J'ai connu ça, moi aussi..."

On s'est enlacés, on s'est embrassés et on s'est endormis.