Formation d'esclaves (19)


Formation d'esclaves (19)
Texte paru le 2018-09-15 par Servus49   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 194 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5391 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Servus49.


Template-Books.pngSérie : Formation d'esclaves

éric met une serviette autour des reins, cage oblige, et se précipite dans la salle de bain. Je me dirige vers la cuisine pour retrouver sa mère et l’attendre pour le petit déjeuner. Je croise son frère, qui me sourit et me dit.

— Alors, Pierre, c’est dans une semaine, cette formation ?

— Euh ! Oui… tu es au courant ?

— Oui, éric m’a tout dit, son inscription retardée compte tenu de sa non-majorité, sa rencontre avec toi, tu l'as aidé à patienter, vos progrès commun dans votre souhait de vous soumettre… mais il m’a dit qu’il n’avait pas le droit de tout me dire… en particulier à propos de certaines marques que j’ai remarquées sur son dos… et pourquoi depuis une semaine il porte une cage sur sa verge.

— Oui, nous n’avons pas le droit de parler de ces choses aux non-initiés, comme toi.

— Et comment faut-il pour faire partie des initiés ?

— Il faut déjà se sentir soit Dominant soit soumis… Et faire une demande à l’Association, via l’un de ses membres, pour pouvoir en faire partie.

— Même si je ne suis pas majeur ?

— Oui, si c’est comme Dominant, car pour eux l’âge a été ramené à 16 ans depuis la dernière loi, qui a été votée au parlement pour instituer l’esclavage, l’association MASLA a modifié ses statuts et, entre autres, la limite d’âge pour en devenir membre "Dominateur". Par contre, elle n’a pas changé l’âge d’admission des membres "esclaves volontaires" qui est resté à 18 ans. Elle a inclus également de pouvoir acheter, former et vendre des "esclaves de saisies administratives" qui, comme tu le sais, sont à l’origine des Hommes, de tout âge, qui à la suite par exemple de dettes ne pouvant pas être remboursées, peuvent par décision du tribunal administratif être déchu de la totalité de leurs droits civils et vendus au plus offrant en paiement de leurs dettes à un particulier ou à un organisme civil ou d’état. Tandis qu’un "esclave volontaire" peut, même s’il n’est plus considéré comme un Homme sur simple décision de sa part au moment de ses ventes successives, décider de reprendre son statut d’Homme, récupérant alors l’argent qui a été accumulé pour lui. Il sait qu’il ne sera pas fisté, ne subira pas de scato, ni d’acte sanglant, ni de scarifications visibles. Un esclave dit "de saisie" n’a plus, lui, aucun droit, il est comme on dit "no limite", on peut agir sur son corps comme il plaît et même pratiquer des mutilations comme la castration ou l’émasculation.

L'association a décidé cependant de leur appliquer les mêmes limites qu'aux "esclaves volontaires" tant qu'ils sont la propriété d'un Maître de l'Association. Il peut donc à l'inverse de nous être vendu à n'importe qui, souvent au plus offrant. Il n’a aucune possibilité de retrouver sa liberté, il mourra obligatoirement esclave. Il est marqué d’une marque d’infamie visible sur le cou, pucé et tatoué de son numéro d’enregistrement. L'association a modifié également son statut en retirant sa particularité d’Association secrète et a été reconnue par l’État, comme Association de Formation pouvant acheter, négocier des esclaves.

— Intéressant, ce que tu me dis, Pierre. Je me sens depuis toujours l’âme d’un chef, qui aime commander et être obéi.

— Oui, si tu es accepté, tu feras partie de l’association MASLA comme Dominateur au rang de "jeune membre". Tu porteras une chevalière qui montrera ton rang aux autres Dominateurs et surtout aux esclaves de l’Association sur lesquels tu auras certains droits dès ton acceptation.

— Allons prendre notre petit déjeuner.

— Bonjour maman, tu as bien dormi ?

— Très bien mon chéri et toi ?

— Également, j’ai fait des rêves un peu érotiques, mais j’ai bien apprécié…

— Tu auras encore taché tes draps en pensant à des filles…

— Maman, nous avons un invité… et puis non, pas à des filles, mais que j’étais aux temps antiques et que des esclaves me servaient et étaient à mon entière disposition… et je n’ai pas taché mes draps…

— Je vous laisse manger tranquillement, j’ai du travail. Bonne journée à toi Pierre et vous deux, mes garçons…

— Bonne journée Madame.

— On t’embrasse M’an.

La mère d’éric et de Hubert se retire…

— éric, tu sais, Hubert serait tenté de faire partie de l’Asso…

— Hubert, tu veux devenir un esclave, comme nous ?

— Oh non, un Maître. Oh oui, qui ferait marcher droit les petites sous-merdes comme vous… Et vous marcherez droit, c’est moi qui vous le dis…

Nous partons d’un fou rire…

— Et si je suis un Maître, vous devrez m’obéir… je pourrai m’amuser avec vous ?

— Oui Hubert, avec moi, tu pourras t‘amuser comme tu le souhaites, dans le respect des statuts de l’Association, mais pour ton frère, tu ne pourras pas abuser de lui tant qu’il n’aura pas été déchu de sa condition d’Homme…

— Parce que vous ne serez plus des Hommes ?

— Non, un esclave quel qu’il soit, de saisie ou volontaire, mais pour nous peut-être provisoirement, nous ne sommes plus considérés comme des Hommes, des humains, mais sans les droits qui y sont liés… Nous ne pouvons rien refuser aux Maîtres, même s’ils bafouent les statuts de l’Association, en risquant par le fait même son exclusion et les conséquences.

— Wahouuu…

— Oui, si tu abuses de ton frère ce serait un inceste.

éric était tout rouge, il devait se sentir humilié que l’on parle de lui dans ces termes… J’insiste afin de l’aider à perdre toute pudeur… il ne sera qu’un objet donc il doit tout accepter.

— Oui, si tu le sodomises ou même te fais faire une fellation, la loi réprime ces actes entre membres de la même famille…

— Et après sa déchéance ?

— Les liens familiaux sont rompus légalement et tu pourrais te servir de celui qui était ton frère comme de tout autre esclave, sans risque de poursuite…

— On verra cela, hein frérot…

— Euh… si pierre le dit.

— Je vous laisse mes petits futurs esclaves faire vos courses. Et peut-être bientôt entre mes jambes…

Nous lui disons au revoir. éric est bouche bée…

— Tu ne t’y attendais pas…

— Alors non, mon frère, mon petit frère, mon petit frère adoré pourrait devenir Dominateur à qui je devrai entière obéissance. À qui je devrai lécher les pieds ou les chaussures… Qui pourra m’utiliser comme un simple objet pour son plaisir… c’est pas possible je rêve, nous rêvons…

— Je ne crois pas, éric, c’est la réalité… Ton frère aurait les droits que le Maître Président donne aux "jeunes maîtres" qu’il nous faudra apprendre, ce sera sûrement l’un des cours lors notre stage.

— Mon frère, Maître !

— Remets-toi… nous découvrirons peut-être encore d’autres choses. Déjà nous avons fait connaissance physiquement l’autre mercredi de nombreux Maîtres dont nous ignorons les noms, de jeune Maître Adrien et de son nouvel esclave prem alors que tu ne soupçonnais pas leur état…

— Oui c’est vrai, et depuis j’ai découvert aussi autre chose, dont je vais te parler dès que nous serons dehors.

Mon pantalon, malgré le short qui me maintient fermement les attributs, est légèrement déformé, car je bande ou essaie plutôt… éric s’en aperçoit…

— Cela à l’air de te faire de l’effet mon salaud.

— Oui, je me vois déjà entre les jambes de ton frère… surtout qu’il semble bien pourvu… tu as déjà vu sa que… verge ?

— Oui, elle est plus longue et plus épaisse que la mienne… il en est fier et il te le montrera, j’en suis sûr et il te fera baver…

— Je pense que je dégusterai peut-être son sperme avant toi et si je peux, je t’en donnerai des nouvelles…

Nous rions de bon cœur tous les deux en sortant de l’appartement.