Formation d'esclaves (21)


Formation d'esclaves (21)
Texte paru le 2018-09-01 par Servus49   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 185 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3482 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Servus49.


Template-Books.pngSérie : Formation d'esclaves


— pierre, il ne me plait pas ce type… tu as vu comme il nous regardait et entendu quand il a dit "nous verrons cela entre nous".

— éric, nos Maîtres ont jugé bon de nous louer à ce type… nous n’avons rien à dire. Rappelle-toi nos maîtres mots : SERVIR, OBÉIR, SUBIR et SOUFFRIR… Nous aurons peut-être à les mettre en applications tous les quatre aujourd’hui…

— pierre, j’ai peur, surtout pour toi, car il va te sodomiser et il a peut être une très grosse verge… il va te déchirer.

— Merci, éric, mais il nous faut accepter sans réfléchir les décisions de nos Maîtres… Tu te rappelles ce que nous avons dû apprendre : Article 1 Les Maîtres ont toujours raison. Article 2 Si tes Maîtres ont tort voir l’article 1.

— Oui pierre, mais je ne voudrai pas qu’il te fasse mal.

— Accepte éric, car toi aussi tu peux avoir mal…, il va peut-être te baiser la bouche comme une brute…

— Peu importe pour moi, pierre, c’est toi qui es le plus important…

— Wahoouu… C’est fort ce que tu viens de dire…

— C’est ce que je pense pierre.

— Bon, allons faire nos achats… Tu as tes sandales ? Ton short ?

— Rien pierre et je n’ai plus de crème épilatoire non plus et cela fait 3 semaines que mes poils repoussent…

— Moi moins longtemps, car je me suis épilé lorsque tu m’as puni de la part des Maîtres…

— C’était affreux ce jour-là…

— Oui, mais ce fut la seule solution pour que je reste dans notre projet.

— Oui, mais j’y repense encore, surtout aux gouttes de sang…

— Allez, allez. Allons de l’avant. Allons chez Decathlon, on trouvera les sandales et les shorts. Pour la crème, toi, tu n’en as pas besoin, les Maîtres m’ont dit que tu devras garder tes poils, je pense que ce sera pour laisser à des dominateurs le loisir de le faire eux-mêmes. Cela doit être un plaisir de rabaisser et d’ôter des signes de virilité d’un esclave.

— Cela doit être humiliant…

— Eh oui… C’est notre choix.

— pierre, je serai heureux de lui donner ce plaisir.

Nous sommes arrivés devant le magasin, nous nous dirigeons vers le rayon chaussures ou nous trouvons sans problème des sandales conformes aux désirs de nos formateurs. Nous les essayons ou du moins un vendeur vient se mettre à genoux devant nous pour nous les mettre aux pieds… Nous nous retenons de rire devant cette situation où un Homme "vanille" se met à genoux pour chausser deux futurs esclaves… Elles tiennent bien aux pieds. Sandales dans le panier, nous allons au rayon d’athlétisme, nous trouvons les shorts souhaités, nous comparons les marques et surtout l’échancrure et la largeur des jambes…

— Je peux vous aider, Messieurs.

— Euh ! Oui merci. Nous cherchons des shorts avec une grande échancrure et assez larges pour les cuisses…

— Nous avons ce modèle, qui ne vous serrera pas trop les jambes avec un bon maintien de ce que… vous voyez…

— Oui, merci. Mais vous n’en avez pas sans slip intérieur, car nous ne cherchons pas à avoir ce que… vous voyez… trop maintenu… c’est pour une utilisation bien particulière…

— Ah je vois ou du moins je crois comprendre, car vous n’êtes pas les premiers à me faire cette demande… c’est pour un stage… un peu particulier… C’est cela.

— Oui, c’est cela.

— Alors vous avez ce modèle qui conviendra parfaitement à vos formateurs…

— Je vois que vous avez compris…

— Des couleurs particulières ?

— Blanc.

— Non, pour moi, c’est vert…

— Ah, bon ? dis-je.

— Très bien pour vous en taille L et pour vous en S. Vous voulez essayer ?

— Si c’est possible, oui.

— Vous avez les cabines d’essayage à votre droite… je viens tout de suite vous les apporter.

Nous nous dirigeons vers les cabines (de simples rideaux), je suppose que comme moi, éric se déshabille… ce qui est vite fait, car nous ne portons rien sous nos survêts sauf éric sa cage et moi mon short de chasteté… Le vendeur ouvre légèrement le rideau, passe sa tête… et dit :

— Euhh, vous porterez toujours cette… ce…

— Non, je ne pense pas…

Après m’avoir passé le short, il fait de même pour éric et j’entends…

— Pas trop gênant, ce truc ? Vous le portez en permanence ? Il faut peut-être une taille de plus pour ne pas trop mettre en évidence ce… cette…

Je ris de questions du vendeur. éric quant à lui ne se "débine" pas devant ces questions et répond du tac au tac.

— Non, on s’habitue bien et c’est très efficace… oui, je le porte maintenant 24/24 depuis plus d’une semaine… non cette taille devrait convenir… c’est ma taille habituelle. Regardez…

— Ah oui, cela vous va très bien.

Je sors en short à ce moment-là, écarte le rideau de la cabine d’éric.

— Parfais, dis-je, pour moi aussi…

— Vous les prenez alors ?

— Oui pas de problème.

Le vendeur met les deux shorts, l’un blanc, l’autre vert dans le même sac. Après l’avoir remercié nous allons vers le stand vélo, car je pense qu’il peut y avoir de la crème dépilatoire pour moi. Un vendeur vient également.

— Très bien cette crème elle neutralise les poils durant au moins une bonne semaine… c’est pour vous deux ?

— Non uniquement pour moi, lui n’a pas le droit de s’épiler…

— C’est pourtant plus prudent pour le vélo, cela évite l’arrachage de poils après les chutes…

— Oui, mais pour nous ce n’est pas pour ce sport…

— OK, pour quelle surface du corps ? Les bras et les jambes ?

— Non pour tout le corps ?

— Euhh ? Tout le corps ? Vous avez bien dit tout le corps ? Y compris… vous comprenez ?

Je souris et pour le faire rougir encore plus… ce n’est pas bien de ma part…

— Oui, oui tout le corps ma queue et mes couilles aussi…

Le vendeur est rouge comme une pivoine…

— Prenez deux tubes alors pour une telle surface…

— Merci, j’espère que nos Maîtres seront satisfaits du résultat…

Le jeune mec… n’en peut plus… il part en courant, vers les toilettes… je pense qu’il va se branler et jouir comme les Hommes ont le droit. Nous rions tous les deux… de la situation. Nous nous dirigeons vers la caisse, payons nos achats ou du moins je paie l’ensemble, car éric n’a pas trop d’argent surtout avec la somme qu’il va devoir verser pour le stage, il y a bien ce qu’il a gagné en se faisant traire, ce que je lui ai remis… mais il a cassé également sa tirelire…