Fou des slips blancs!

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG32.jpg


Numéro 32

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 32
Date de parution originale: Juin 1989

Date de publication/archivage: 2018-02-17

Auteur: Jean-Pierre
Titre: Fou des slips blancs!
Rubrique: Fétiche, petit fétiche...

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 4913 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Re-bonjour, c’est moi, Jean-Pierre! J’ai déjà été publié dans le Lettres Gay numéro 13. Je fantasme sur les garçons portant des shorts et des slips blancs. J’avais 18 ans à l’époque, maintenant j’en ai vingt, et ce fantasme me rend de plus en plus vicieux.

C’est en faisant mon service militaire que j’ai le plus fantasmé, et même initié des garçons. Puis, c’est dans le train, en juin 87, que j’ai eu une aventure avec un homme plus âgé que moi. Je rentrais chez moi par Bordeaux. J’habite le Tarn-et-Garonne à quelques kilomètres de Montauban. Il faisait très chaud et j’étais bien entendu en short avec un slip blanc de coton en-dessous. C’était un jeudi après-midi dans une micheline à moitié vide.

Je m’étais installé au milieu du wagon, à l’endroit où les sièges se font face, et comme toujours je prenais des positions spéciales pour que l’on puisse voir un slip en quête d’aventure. À une des gares, c’est d’abord une femme d’environ 30 ans qui s’est installée en face de moi. Je feignais de lire mais, grâce au reflet de la vitre, je la voyais lorgner sur mon entrejambe. J’aurais préféré un garçon, bien sûr! Mais je n’ai jamais su ses intentions, car elle est descendue à la gare suivante où est monté un homme d’environ 45 ans. Lui aussi s’est assis face à moi, en montant il m’avait sans doute remarqué. Après une dizaine de minutes, il m’a demandé l’heure – probablement un prétexte – et nous avons entamé la conversation. Discussion banale, mais son regard se fixait de plus en plus vers l’ouverture de mon short.

J’ai pris l’initiative, et je me suis gratté le sexe. Curieusement, l’homme en a fait autant. Nos regards se sont croisés. Tout était clair. Il m’a dit: «Il fait très chaud, je peux t’offrir une boisson à Bordeaux?» Le fait qu’il me tutoie m’a tout de suite mis à l’aise, et j’ai répondu: «Oui, monsieur, je vous remercie.»

Nous avons passé la nuit ensemble. Il était très doux. Je me suis beaucoup confié à lui et, notamment, au sujet de mon fantasme. Comme j’ai toujours dans mon sac d’autres shorts et slips blancs, il s’est habillé comme moi. Je bandais comme un diable. Puis il a descendu mon short, a caressé ma bite à travers le tissu souple, et j’ai tout éjaculé dans mon slip. On s’est beaucoup aimés. Nous nous sommes revus trois fois avant la fin de mon service. Il était devenu un second père pour moi.

J’en profite pour lancer un appel à tous les jeunes habitants de Montauban. On pourrait trouver un endroit de rencontres pour les garçons homos. Je propose le petit portillon du parking des allées du consul Dupuy, en haut du Jardin des Plantes. C’est assez discret et en plus, le jardin est à côté. Je sais qu’à Montauban, il y a de jeunes garçons homos. Mais bien sûr, les adultes sont les bienvenus. Mettez des shorts et des slips de coton blanc. Je vous écris en slip et celui-ci est gonflé à bloc. D’autres garçons ont le même fantasme que moi, et j’aurais plaisir à les lire dans Lettres Gay que j’achète chaque mois.

À bientôt, je suis impatient!

Jean-Pierre, 20 ans.