Gicler!

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG77.jpg


Numéro 77

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 77
Date de parution originale: Juillet 1996

Date de publication/archivage: 2015-01-18

Auteur: Yip
Titre: Gicler!
Rubrique: Black, Blanc, Beur (et les autres)

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5246 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)



Jamais je n'aurais pensé qu'un jour j'aurais sucé la bite de mon pote Kamel. Pourtant, j'étais bien là à ses pieds, à tirer d'une main son sac de couilles, et de l'autre à le branler en même temps que ma bouche.

Il n'arrêtait pas de parler, et ça m'excitait: “Ouais, Yip, tu pompes comme un dieu! Tire plus fort mes yecous! Nique-moi le dinbou..." Moi, je me branlais au même rythme.

Quand il m'a relevé, quand il s'est agenouillé à son tour pour m'avaler la teub, j'ai cru rêver. Mon meilleur copain était là à me mordiller le gland et ça avait vraiment l'air de lui plaire. Ses joues étaient déformées par la grosseur de mon engin qui allait et venait jusque dans sa gorge. Ça m'a fait un drôle d’effet, c’était plus qu'étrange.

J'allais jouir; je l’ai forcé à se relever. Kamel et moi, on avait les lèvres rouges d'avoir sucé. On s'est roulé des palots à n'en plus finir en se caressant partout. On frottait nos pieux l'un contre l'autre entre nos ventres. C 'était dingue!

Puis Kamel a saisi nos deux bites dans une main et s'est mis à les branler ensemble très vite. Il a craché dessus pour que ça coulisse mieux. Je me suis mis à lui pincer les tétons. Ses yeux se sont fermés et il a soupiré. Ça lui plaisait. Avec sa main libre, il a fait pareil pour moi. Mais moi, ça ne me fait pas autant d'effet. Kamel nous branlait comme un chef en décalottant jusqu’au bout, en tirant fort. et il crachait souvent dessus.

C'est moi qui suis parti le premier, et la sauce nous a giclé dessus. Kamel a fini par se branler seul à toute allure alors que lui tordais les pointes de seins. Il a fini par cracher en gueulant comme un malade...

Yip, 18 ans