Hétéro tenté 01


Hétéro tenté 01
Texte paru le 2016-02-19 par Dilan   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 3 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 15020 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Dilan.



Template-Books.pngSérie : Hétéro tenté

Salut à tous.

Je suis Malik, 31 ans, Marocain par la famille de mon père et Français par ma mère. J’ai deux sœurs ainées et un petit frère (28 ans quand même !). Bien sûr, je suis typé beur alors que je ne connais rien ou presque de mes origines maghrébines, par contre on a été élevés « à la française » comme dit ma mère : on est râleurs, de mauvaise foi, on mange du porc et on picole parfois, aucune religion n’est jamais rentrée dans notre maison. Physiquement, je mesure 1m75 pour 70 kg, comme j’ai fait du sport quand j’étais gamin et ado, je suis assez musclé. Depuis, j’ai un peu tout laissé tomber vu que je bosse dans le BTP, je soulève assez de poids toute la journée. Au lycée, j’ai rencontré celle qui est devenue ma femme, elle fut ma première et unique partenaire jusqu’au mois de janvier dernier. Nous avons deux enfants et vivons très tranquillement et très heureux.

L’histoire commence il y a un peu moins de deux ans, j’arrive sur un chantier, mon boss (qui est aussi un vieux pote) est en train de présenter le chantier aux proprios, il lui manque les plans et des papiers, il me demande d’aller chez lui pour les récupérer pendant qu’il continue la visite. J’arrive, je rentre avec ses clés et je monte au premier, je me dirige vers le bureau. En ressortant de la pièce, j’entends des gémissements dans la chambre d’à côté. Plutôt que de partir, après tout ça ne me regardait pas, voilà que je m’approche pour voir qui s’envoie en l’air. Par la porte entrouverte, je vois Julien, le fils de mon boss, à poil, allongé sur le ventre, le cul bien cambré, un mec d’une vingtaine d’années, à poil aussi, lui bouffait le trou avec gourmandise. J’aurais dû partir mais non, j’ai joué les voyeurs. Le « bouffeur » s’est redressé, a approché sa bite de la bouche de Julien et lui a dit :

— Allez, suce-moi. Avant de t’ouvrir la chatte, je veux te dépuceler la bouche.

J’en revenais pas, Julien se faisait dépuceler ! C’est vrai qu’il avait 17 ans mais, pour moi, il était encore ce petit gamin qui venait nous apporter à boire sur les chantiers et qui jouait avec mes gosses jusqu’à l’été dernier. En plus, il se faisait baiser par un mec, Julien est gay !

Je me rendis compte que la situation m’excitait, je commençais à bander et à me caresser la queue à travers mon jean. Julien avait l’air de bien se débrouiller pour sa première pipe vu les gémissements que poussait l’autre, il lui donnait des petits coups de reins, Julien lui caressait la poitrine et le ventre, ils prenaient bien leur pied ces deux petits PD ! Du coup, je commençais à regarder Julien d’un nouvel œil, c’est vrai que c’est un joli petit lot, mince, une belle peau blanche, des yeux verts et des cheveux châtains clairs. Il avait un piercing au nombril et un petit cul bien ferme. Je comprenais qu’il donne envie à ce mec, je ne l’avais jamais vu nu avant mais là, en le matant, je me rendais bien compte qu’il ferait une belle salope ! Je bandais de plus en plus, j’ai dû ouvrir ma braguette, et je me suis branlé en les regardant. Je me souviens de m’être dit que j’étais dégueulasse, que je n’avais pas à regarder ça et, qu’en plus, j’étais en train de m’astiquer le manche en matant deux mecs. Pourtant je suis resté !

Le mec est venu s’allonger sur Julien, il l’a embrassé, lui a suçoté le lobe de l’oreille. Il promenait sa bite dans la raie de Julien et donnait parfois des petits coups de reins qui les faisaient gémir en chœur. Au bout d’un moment, le mec a dit :

— T’es sûr, Julien. Tu veux ?

— Oui, je suis prêt, prends-moi !

Bien le mec ! Je me suis dit que Julien aurait, au moins, un beau dépucelage et j’allais voir ça ! Effectivement, tout en continuant à l’embrasser, le mec a guidé sa bite vers sa rondelle et a poussé. Le gland a dû rentrer, Julien a plongé la tête dans l’oreiller et a poussé un cri étouffé. Le mec progressait doucement en regardant Julien avec attention. Celui-ci a soudain plaqué sa main sur le ventre de son mec pour le stopper. Le mec s’est retiré :

— On arrête si tu veux !

— Non, reviens, ça va aller mieux. J’ai trop envie de toi depuis des mois, là t’es dans mon pieu, tu vas pas en sortir les couilles pleines. Je veux que ce soit toi le premier. Viens !

Le mec l’a pénétré à nouveau, cette fois il est entré à fond, Julien n’a pas résisté. Il est resté sans bouger un instant, juste pour savoir si tout allait bien, Julien a confirmé, les va et vient ont alors commencé. J’ai calqué les mouvements de ma main sur le rythme du couple. De là où je me trouvais, j’ai pu constater que la bite coulissait de mieux en mieux ; ça y était, Julien était dépucelé ! Cette pensée m’a vraiment excité, de la mouille est sortie de ma bite, je l’ai essuyée avec un kleenex que j’ai gardé à la main, je sentais bien qu’il allait en essuyer beaucoup plus dans peu de temps !

Le mec a voulu changer de position, il a retourné Julien sur le dos, lui a soulevé les jambes et a recommencé à le baiser. Julien se branlait énergiquement. Je me suis rendu compte, qu’à presque 30 ans, je n’avais jamais assisté, ou même visionné, une scène porno gay. Je pensais que le mec avait bien de la chance de baiser un si beau petit lot, l’instant d’après je me raisonnais en me disant que ce sont deux mecs, que je ne suis pas comme ça, n’empêche je me branlais comme un fou en les matant. J’ai senti mon plaisir arriver d’un coup, j’ai juste eu le temps d’approcher le mouchoir de mon gland pour y déverser tout mon jus. Presque en même temps, Julien a joui, il a arrosé son ventre, son mec a rejeté sa tête en arrière et s’est vidé les couilles au fond de la chatte de Julien.

J’ai mis le mouchoir dans ma poche, j’ai ramassé les papiers et je suis parti le plus discrètement possible. Sur la route, je m’en voulais d’avoir volé ce moment d’intimité mais je me disais que personne ne le saurait jamais. Par contre, le plaisir que j’avais eu en matant la scène me perturbait bien plus. Revenu sur le chantier, j’ai donné les plans à Pascal, mon boss, et je suis parti bosser. A six heures moins le quart, on a tout arrêté, on est allé se changer. En enlevant mon jean, j’ai voulu vider ma poche et jeter le mouchoir, il n’y était plus, j’ai pensé qu’il était tombé dans l’après-midi.

A 6h, Pascal nous demande si on peut le déposer chez lui, sa femme ayant eu besoin de la voiture. Arrivés chez lui, il nous invite à prendre un verre, on s’installe, Julien descend de sa chambre et nous salue comme si de rien n’était. Je le regardais différemment, je cherchais des indices trahissant son homosexualité dans ses gestes, dans sa façon de marcher ou de parler mais je ne voyais rien de particulier. À un moment, Pascal me dit :

— Vous ne vous êtes pas vus tout à l’heure avec Julien ?

Ça m’a un peu gêné qu’il aborde ce sujet mais je n’ai rien laissé paraître :

— Non, j’ai pris les papiers dans ton bureau et je suis ressorti.

Julien avait légèrement rougi, il m’a regardé d’un drôle d’air et a rajouté :

— T’as dû passer au moment où j’étais sorti.

Une demi-heure après, j’ai dû partir, j’ai salué tout le monde, Julien m’a suivi jusqu’à la porte et, alors que je sortais, il m’a dit :

— Tiens Malik, t’as oublié ça ! Il était par terre devant la porte de ma chambre.

Le mouchoir ! Il le tenait entre son pouce et son index, il le balançait devant son nez et arborait un sourire vicieux. Ça m’a glacé, je ne savais pas quoi dire.

— C’est pas beau de jouer les voyeurs Malik ! T’as pris ton pied on dirait. T’inquiète, on a un secret tous les deux. Tu la fermes et moi aussi, ok ?

— Ok !

Il m’a dévisagé de la tête aux pieds, s’est attardé sur mon paquet et s’est pincé les lèvres, il a rajouté :

— Tu sais Malik, si tu veux être le prochain, y a pas de problème, j’ai déjà goûté ton jus grâce à ton petit cadeau !

Je lui ai arraché le mouchoir des mains et j’ai dit :

— Même pas en rêve, je suis pas PD !

Je suis parti, je bandais…