Il m'en a mis plein le cul

Drapeau-fr.svg H pour H

HH12.jpg


Numéro 12

Texte d'archive:


Archivé de: H pour H – Numéro 12
Date de parution originale: 1991

Date de publication/archivage: 2018-02-26

Auteur: Sébastien
Titre: Il m'en a mis plein le cul
Rubrique: Fusils de gros calibre

Note: Le magazine Hommes pour Hommes ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5254 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Cette publication vous est présentée grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver et que nous ne réussissons pas à obtenir dans les collections personnelles des visiteurs.


Résumé / Intro :

Grande baise pour Sébastien grâce à une roue crevée...


J’étais parti en forêt pour faire la cueillette des jonquilles. En arrivant dans la futaie, je tombai sur un beau jeune mec, à l’abord sympa et très agréable. On aurait dit un plagiste, d’à peine vingt ans, grand, bien baraqué, les cheveux bien taillés. Il cueillait des jonquilles, en les disposant dans des cageots, qu’il avait apportés avec lui. Moi aussi, je cueillais. D’un sourire et d’un regard câlin, il me dit : “Ça va ?” Je lui répondis que tout allait bien et que le changement d’air était bon pour la santé. Lui aussi était heureux de se trouver en forêt... Quand il eut rempli ses cageots, il me demanda de l’aider à les porter jusqu’à sa voiture. Je me montrai complaisant, en le suivant dans le sentier, ensoleillé, très moussu.

Une roue de sa Deuche était à plat. Je l’aidai à la changer. À chaque tour de reins, il me donnait une tape amicale sur les fesses en ponctuant ce geste d’un gentil “Merci petit gars.” Puis il me relaya. Enfin, la roue fut changée. Moi aussi, j’avais profité de cet incident pour le tenir par la taille quand l’effort était trop dur. Il s’en montrait heureux en disant : “Très bien.”

Alors, il ouvrit ma braguette, et il me suça avidement...

Les cageots étant chargés, il me proposa : “Monte avec moi, je vais te ramener !” Installé près de lui, je frottais mes genoux aux siens. “Tu es beau” me dit-il. Il ajouta encore, à voix basse et d’un regard discret : “Si tu veux un mec, je suis là.” D’un signe de la tête, je fis “Oui.”

Alors, il ouvrit ma braguette, et il me suça avidement. On descendit de voiture. Je me déculottai et m’appuyai des deux mains sur l’aile de la voiture en position levrette (c’est-à-dire le cul en arrière, bien poussé). Enivré, il baissa son jean, et me plaça ses 22cm dans le cul. Il baisait si fort que je devais me tenir bien arrimé à l’aile. En même temps, de sa main forte, il me branlait en me disant : “Je te baise, je te baise !” Je poussai mon cul, encore plus en arrière, tant la jouissance augmentait, pour lui et pour moi. D’un coup de main, il me fit décharger... Mais en retour, je sentis que j’en avais plein le cul.

Sébastien, 25 ans.