Il pourrait être mon père!

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG101.jpg


Numéro 101

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 101
Date de parution originale: Août 1999

Date de publication/archivage: 2012-12-29

Auteur: Adrien
Titre: Il pourrait être mon père!
Rubrique: Fantasmes & destins

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5590 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Alors que j’ai vingt-trois ans, Julien, lui, en a quarante-neuf. En fait, il est plus vieux que mon père! Jusqu'à présent, jamais je n 'aurais pu penser un jour baiser avec un vieux. Mais Julien, on ne lui donne pas son âge, même s’il a déjà les cheveux presque blancs. Il s’entretient, il fait beaucoup de sport, bien plus que moi, il est musclé, il a des pecs durs comme des galets de rivière. Julien est très beau, mais jamais je n'aurais imaginé le regarder autrement qu'un mec de son âge s’il ne m’avait pas dragué dans le tram.

D'abord, j’ai fait semblant de l’ignorer, mais à un moment où je décidai de jeter un coup d’œil sur lui en coin, histoire de détailler le bonhomme, il a tourné la tête vers moi et m’a souri largement. J’ai craqué: j’ai souri aussi. Le mal était fait. Il m'a entraîné à son hôtel. J'étais sous le charme. En fait, il habite Paris et il est directeur de collection chez un grand éditeur. Il est plus intello que moi. On a baisé comme des fous pendant des heures, et c'était moi le plus crevé.

C’est en faisant l’amour avec Julien que j’ai compris que jusqu’à présent, je n'en savais pas grand-chose. Julien m’a caressé partout. Non seulement il m’a pompé la queue et les couilles comme un chef, mais ses mains ne restaient jamais inactives. Il faisait toujours deux ou trois choses en même temps. Pendant qu'il m’avalait les burnes, il me pinçait les seins. Pendant qu'il me roulait pelle sur pelle, un doigt me travaillait le cul en douceur pendant qu’une main me branlait. J’ai fini par faire comme lui. Mieux, il m’a appris à bien pomper une queue pour lui faire dégorger le max de jus. Il m’a dit: "Pour ça, il faut prendre son temps. Plus longtemps la queue est excitée, toujours au bord de cracher, plus abondante sera la giclée." Il m'a appris à saliver beaucoup pour que ça glisse mieux, ou à déglutir et respirer pour que la teub descende loin dans la gorge sans avoir envie de gerber.

Avec Julien, je jouis comme je n'ai jamais joui. Quand il m'encule, il prend son temps, il est doux, prévenant. Il se couche sur moi de tout son poids, il m'écrase, il me domine et j’aime ça. Il m’embrasse dans le cou, il mordille mes tétons car il s'est rendu vite compte que j’étais sensible de là, et pendant ce temps, sa grosse bite de mâle mûr s’enfonce en moi. Je n’ai jamais eu mal une seule fois avec lui! Que du plaisir de me faire enfiler et limer comme une salope! Sa queue va et vient, elle me remplit bien, ça glisse, ça s'emboîte super. Il me prévient toujours de ce qu'il ressent et me demande ce que je ressens aussi. Son grand pied, c'est quand on jouit en même temps. Il me dit: "‘Mon p'tit loup, je sens que ça monte, dans quelques minutes... Vas-y, branle-toi bien, retiens-toi, pas encore, oui, là, maintenant, JOUIS!!" Il s’est relevé, et pendant qu’il crache sa semence profond dans mon cul, il regarde ma bite cracher à son tour une bonne dose de foutre qu’il se fera un plaisir de lécher après l’amour.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!