Ils d-d-d dansent dans ma tête


Ils d-d-d dansent dans ma tête
Texte paru le 2012-02-25 par JacquesLamoureux   Drapeau-qc.svg
Ce texte a été reproduit sur l'archive avec l'autorisation de Zipper (2000 - Contact: jeandenis@microtec.net)



Cet auteur vous présente 26 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 2779 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. JacquesLamoureux.


Template-magazine.pngMagazine Zipper
  • Vol. 2, no. 1
  • Date : Mars-Avril 1995
Zipper2-1.jpg
Un premier temps à contre-temps des relations amoureuses; les danseurs
commencent toujours par leurs élans les plus rythmés, les plus saccadés, accordés à
une musique débridée, endiablée. À la première danse, ce sont eux qui, sexy,
s'excitent sur le plancher en enlevant le surplus de leurs accoutrements...

De Bob, je remarque d'abord les pectoraux impeccables,
De Yan, je constate les bras puissants, électrisants,
De Ken, j'envie les mouvements aguichants,
les déhanchements bandants.

Le deuxième temps, tempo de macho-tango, temps des changements de temps plus
élégants qui font sauter tous leurs vêtements sauf ceux qui cachent le plus
important...

Dany offre ses gestes en proie à tous nos désirs, nos délices;
Joey invite à tout découvrir, à explorer même sa mise de côté;
Rock développe son corps pour provoquer chacunj de nos vices,
et vice-vertu...

Le troisième temps est toujours le plus charmant, le moins dansant; c'est le temps
des égarements, des enlacements. Les fesses à l'air, la queue en l'air. Ça bande à
moitié ce que l'on voit tout entier. Acharnements subtils des muscles virils...

De Mark aux yeux de braise avec une queue bien à l'aise,
À Dick aux belles fesses, gros biceps et pénis bandant,
En passant par le beau Yannick aux gosses magnifiques;
Ils dansent devant moi comme le lendemain dans ma tête...

Dans des petits coins plus discrets, ils n'ont plus aucun secret;
un rien les habille comme un dix les déshabille... Ils dévoilent leurs
organes comme on épluche une banane. Leur queues branlent, leur queues
tremblent : ils bandent, ils rebandent et même qu'ils en re-redemandent...

Ça y est, j'ai le zipper coinçé!


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!