Incipit

Short & sweet


Incipit
Texte paru le 2018-06-04 par Jules1291   Drapeau-ch.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 350 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4858 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)
NDA Voir les explications concernant ce texte dans la discussion. Version définitive de ce récit : Confidences dans la nature (1)

De retour dans la maison de grand-mère, Lucas se couche près de la barrière du jardin, à l’ombre des buissons. Il attend.

Il fait très chaud, c’est l’été. Les grandes vacances ont commencé. Grand-mère habite à la campagne, Lucas passe chaque année quelques semaines chez elle, il attendait ce moment avec impatience.

Lucas voit arriver Gabriel sur son vélo de loin. Il lui a envoyé un message pour lui annoncer son arrivée. Gabriel a grandi depuis l’année dernière, il s’arrête vers la barrière, il a enlevé son tee-shirt et l’a coincé sur le porte-bagages, il est couvert de sueur, il ôte sa casquette et ses lunettes à soleil en disant :

— Quelle chaleur, j’étais si bien au frais.

— Tu pourrais me saluer avant de te plaindre, dit Lucas.

— Bonjour, monsieur, avez-vous fait bon voyage ?

— Très bon, monsieur.

Lucas hésite, puis se lève et donne l’accolade à Gabriel en lui demandant :

— Ça va ?

— Pas mal, j’ai réussi les examens, tout juste, et toi ?

— Moi aussi.

— Avec les félicitations du jury ? Je présume.

— Cela va de soi. On fait quoi ?

— Mes parents m’ont offert une console vidéo parce que j’ai réussi, tu veux la voir ?

— Plus tard. Je désire profiter de la campagne.

— Va chercher ton vélo alors.

Lucas se rend vers la maison de sa grand-mère, entre au garage et en ressort avec le vélo.

— Tu n’enlèves pas ton tee-shirt ? lui demande Gabriel.

— J’ai peur d’attraper un coup de soleil.

— Nous irons à l’ombre, dans la forêt.

Lucas se décide enfin à se mettre à l’aise. Il est pâle et chétif alors que Gabriel est bronzé et musclé. Les deux amis enfourchent leurs vélos et se dirigent vers la forêt qu’ils atteignent rapidement.

— Et si nous allions vers la mare ? propose Lucas. Il fera moins chaud.

— Bonne idée.

La mare est située dans une clairière. Le soleil éclaire l’étendue d’eau verte à travers les arbres. Une grenouille coasse, des libellules effleurent la surface.

Lucas et Gabriel appuient leurs vélos contre un arbre et s’asseyent sur la rive.

— Tu te rappelles ? dit Gabriel, nous récoltions des œufs pour voir se développer les têtards.

— Je me rappelle. Et nous nous baignions nus, nos pieds s’enfonçaient dans la vase.