J'étais sa chienne soumise

Drapeau-fr.svg H pour H

HH12.jpg


Numéro 12

Texte d'archive:


Archivé de: H pour H – Numéro 12
Date de parution originale: 1991

Date de publication/archivage: 2018-01-08

Auteur: Éric
Titre: J'étais sa chienne soumise
Rubrique: Un œillet soumis: le must

Note: Le magazine Hommes pour Hommes ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 8863 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Cette publication vous est présentée grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver et que nous ne réussissons pas à obtenir dans les collections personnelles des visiteurs.


Résumé / Intro :

Enculé à fond, dans une cabine de ciné...


Ce soir-là, sous son costume de ville BCBG, le grand et viril cadre commercial de quarante ans que je suis, avait enfilé bas noirs, porte-jarretelles et culotte de dentelle et un court jupon de satin. Je suis descendu dans la cabine de ciné, d’un sex-shop pour voir les ébats de beaux gars entre eux.

J’ai senti une présence derrière moi, et une main commencer à me peloter. Je me suis laissé faire, en me cambrant et en gémissant. L’homme devait avoir cinquante ou soixante ans, et ma passivité l’a enhardi. Quand il a baissé mon pantalon et senti la lingerie légère qui me parait, il ne put s’empêcher de me traiter de salope tout en extirpant de ma braguette un sexe bien raide. Je le branlai doucement.

Alors, il ferma la porte, me fit ôter autoritairement ma veste et mon pantalon. Je me sentais très femelle. Il me courba en avant, troussa mes jupons sur mes reins, me déculotta brutalement et commença à me limer avec son gros pouce. Il me murmura que j’étais une grosse vicieuse. Puis, il augmenta le volume sonore du film et se mit à me fesser sévèrement. Mes pauvres fesses me brûlaient mais je bandais comme jamais avant cela.

Je le suppliais d’arrêter en lui promettant d’obéir à tout, en l’assurant que j’étais sa chienne soumise. Alors, il cessa, s’enfila une capote et m’encula à fond. Il jouit immédiatement, puis sans un mot disparut.

Quand je pense à cette soirée, je me branle de plaisir et de honte en espérant faire à nouveau une rencontre aussi insolite et excitante que celle-ci. Fixez-moi vite un rendez-vous.

Éric, 40 ans. (69).