Jim Anderson et le conseil des ombres (06)


Jim Anderson et le conseil des ombres (06)
Texte paru le 2012-03-04 par Tom   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive



Cet auteur vous présente 93 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4267 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Tom.


Chapitre 6

Tamara

Lorsque Tamara entra dans la salle de soin, elle vit Jim penché au-dessus du lit de Paul. Les deux hommes étaient réveillés, c’était une bonne chose, après près de trois jours de quasi-comas. Mais maintenant une autre partie s’engageait ; elle allait devoir jouer serré pour que Jim accepte le nouveau plan qu’elle comptait mettre en place.

— Alors messieurs, vous êtes enfin de retour parmi nous ?

Jim et Paul se retournèrent vers elles.

— Combien de temps somme-nous restés inconscient ? Comment sommes-nous arrivés ici ?

— Oh ! Doucement ! Je vais tout vous raconter mais d’abord, je pense que tu devrais t’habiller Jim, l’interrompit-elle en lui tendant une pille de vêtements propres.

Jim baissa les yeux et se souvint qu’il était complètement nu. De plus, les réminiscences de sa première rencontre avec Paul l’avaient passablement excité malgré lui et son sexe avait pris une taille déjà conséquente.

— Heu… oui, dit le détective, un peu gêné.

Il s’empara des vêtements et enfila un boxer blanc qui parvint à peine à couvrir son érection, puis un jean délavé et un t-shirt blanc. Paul, quant à lui resta couché, trop fatigué pour se lever. Pendant ce temps, Tamara commença son récit.

— Vous êtes resté inconscient prêt d’une semaine, commença-t-elle.

— Une semaine ! S’exclama Jim.

— Oui. Douze heures après votre départ, n’ayant pas de vos nouvelles, nous avons décidé de partir à votre recherche

— Nous ?

— Mike, Liam, Tamos et moi-même.

— Je…, commença Mike.

— Je sais ce que tu vas dire, tu ne voulais pas que l’on vienne à ton secours mais c’est comme ça.

— Je voulais plutôt vous remercier.

— Oh, pas de quoi. Bon, où en étais-je. Oui, nous somme tous les quatre partis à votre recherche. Nous nous sommes rendus à l’adresse que tu m’avais laissée où nous avons du affronter une horde de démons Koloss, ce qui n’a pas posé de problème compte-tenu de ma connaissance de leur nature…

— À ce propos, commença Jim, j’aurais aimé que tu m’en parle de leur nature.

— J’ai accepté de vous rejoindre, mais tu dois bien concevoir que je ne peux, ni ne veux, te révéler tout ce que je sais… et je te pris d’éviter de m’interrompre si tu veux que je te raconte toute l’histoire.

Jim se le tint pour dit et Tamara poursuivit.

— Nous avons commencé par trouver Paul. Il se trouvait dans une pièce remplie de lits, avec d’autres hommes. Tous étaient en gestation de démon Koloss, y compris toi Paul, dit Tamara en fixant le militaire.

Ce dernier se releva d’un mouvement brusque et porta la main à son ventre. Mais il était aussi plat qu’avant son expérience.

— La gestation des Koloss dure trois jours, il y a un moment que tu as… accouché…, mais tu étais inconscient et tout s’est bien passé, le petit Koloss se porte comme un charme.

Paul pris un air écœuré.

— Tu as gardé cette chose, il est hors de question qu’il m’approche !

— Nous n’en sommes pas encore là, reprit Tamara, nous en reparlerons plus tard. En ce qui te concerne Jim, t’approcher s’est révélé plus compliqué dans la mesure où l’un des Koloss t’avais choisi comme… disons… partenaire. Quand nous sommes arrivé, il te besognait encore, bien que tu aies sombré dans l’inconscience et que tu baignais dans une marre de sperme. J’ai du le blesser pour pouvoir te récupérer, mais rassure toi, il s’est bien remis.

— Tu veux dire que tu as ramené deux Koloss ici ?! s’exclama Jim affolé.

— J’ai ramené un certains nombre de prises de guerre ici, Jim ! Suffisamment pour commencer notre propre élevage, car oui Jim, nous sommes en guerre, en guerre contre mon père et pourquoi ne pas utiliser tous les moyens à notre disposition ?! Mais pour répondre à ta question, je n’ai pas ramené celui-là ; il était inconscient et trop lourd à porter. Non… celui-là s’est présenté de lui-même à notre porte. Il semblerait qu’il soit… comment dire… lié à toi et capable de te retrouver où que tu sois. Une chance que mon père ne l’ai pas eu à sa disposition !

— Il est hors de question que nous nous abaissions au niveau de ton père ! Pas d’élevage ici !

— Ces démons ont été créés pour lui servir d’armée, ils n’ont pas d’existence en dehors de cela ! Comprends-le bien Jim, ils sont nés pour cela et ne peuvent servir qu’à cela. Dans la nature, ils ne peuvent se reproduire et finiraient par disparaitre Mais ils ne peuvent être laissés livrés à eux-mêmes, leur pouvoir de destruction est trop grand !

— Elle a raison Jim, intervint Paul. Réfléchit. Nous ne sommes pas nombreux et il nous faut une force de frappe. Rends-toi à l’évidence.

Jim prit sur lui, ferma les yeux et inspira profondément avant de les rouvrir.

— Je sais que vous avez raison, mais il n’empêche que cela me répugne.

— Et c’est en cela que tu es différent de mon père et que j’ai accepté de te suivre, mais parfois, il faut accepter certaines concessions.

— Je suppose que tu as un plan, reprit le détective

— Laisse-moi monter un élevage et je te promets de le faire sans que personne ne souffre.

— Et qui servira de reproducteur humain.

— Nous nous servirons de ces gars des gangs que tu utilises déjà pour tes… besoins… On dispose d’un vivier presqu’inépuisable et en plus nous ferons d’une pierre deux coups. Nous nettoierons les rues et nous construirons notre armée.

— C’est d’accord, accepta Jim après un moment de réflexion, mais que personne n’ait à en souffrir, sinon j’arrêterai tout.

— Promis ! S’exclama Tamara, souriante.

— Avant que tu ne partes, repris Jim, j’aurais besoin que tu ailles me chercher Tamos et Thomas. Ils doivent être dans le nid des Kriss. Tu n’as qu’à emmener Mike avec toi.

— Je peux savoir pourquoi ?

— J’ai besoin qu’ils m’aident à déloger un démon Tentacle.

— Pourq… oh ! S’exclama-t-elle en comprenant soudain l’usage que Jim allait faire du démon.

Tamara entra dans la chambre qu’elle partageait avec Mike. Le jeune homme, ou plutôt le jeune hybride même s’il ressemblait à un humain, dormait un drap entortillé autour de lui. Il ne portait qu’un boxer blanc, seul vêtement que la jeune femme lui autorisait dans l’intimité de leur demeure. Tamara observa son grand corps musclé et puissant, complètement imberbe. Elle s’assit à côté de lui et caressa sa joue glabre et ses cheveux courts et noirs qui contrastaient avec la blancheur de sa peau, seul signe distinctif de son côté démoniaque.

Elle aimait le regarder ainsi, offert, complètement à sa merci, voir le plaisir et la souffrance se rependre sur son beau visage, ses muscles endurants se tendre. Oui, elle l’aimait à sa manière et lui, la vénérait.

* * *

Elle s’était trouvée là lors de la transformation du jeune homme, plusieurs mois auparavant dans la pièce où se trouvait Jim en ce moment. Mike avait commencé à se transformer en démon Kriss après avoir été fécondé par un mâle de cette espèce et le processus de déconversion avait été appliqué trop tard pour empêcher les premières modifications. Cependant, la conversion n’avait pas été totale et le côté Kriss du jeune homme se limitait à sa haute taille, sa musculature développée, une force hors du commun, une peu laiteuse qui ne bronzait jamais et à un sexe dépassant des trente-cinq centimètres par huit en érection.

Plus tard, il avait décidé de retrouver le sorcier Kamji, le père de Tamara et un des artisans de sa transformation, pour lui demander des comptes. Mais une fausse information donnée par un homme à la solde de Tamara, l’avait conduit dans les griffes de la jeune femme qui l’avait emprisonnée pour l’étudier. Les hybrides étaient rares et développaient souvent des caractères fabuleux… comme Jim Anderson. À cette époque la jeune femme travaillait toujours avec son père qu’elle épaulait efficacement dans ses affaires illégales et le développement du marché de l’Or Blanc. Elle excellait notamment dans la préparation de variantes de la version d’origine. Ainsi, elle avait inventé des formules administrables par voie orale ou même par l’air et efficace sur plusieurs cibles en même temps.

Mike était pour elle un nouveau défit. Elle avait testé sa résistance, son endurance, l’avait soumis, brisé, transformé en maître puis en esclave. Elle avait adoré l’étudier. Elle avait commencé par le faire lutter dans des combats clandestins mettant en jeu des humains et des démons en administrant à ses adversaires des doses d’Or Blanc dirigés contre lui. Il se battait comme un lion, parvenait même parfois à dominer son adversaire, mais il finissait toujours par mordre la poussière et se faire posséder par le démon ou l’humain qu’il affrontait. Lors du premier de ces combats, il avait affronté un humain. La quarantaine, l’homme écumait les combats illégaux depuis plus de vingt ans et était réputé pour son côté impitoyable. Il n’était pas très grand, un mètre soixante-dix tout au plus mais il possédait des muscles saillants recouverts d’une épaisse toison aussi noire que ses cheveux ras. Tamara avait pris contact avec cet homme qui se faisait appelé le Maître, mais il lui avait ri au nez lorsqu’elle lui avait proposé une dose d’une nouvelle substance qui lui permettrait de vaincre son adversaire du jour. Il n’avait pas besoin de ce type d’artifice pour vaincre un adversaire qui n’avait jamais combattu auparavant ! Tamara lui avait souri et, sans insister, avait laissé un flacon en guise d’échantillon. Au cas où il en aurait besoin, il pourrait toujours l’avaler pendant le combat. Les deux hommes étaient entrés dans l’arène, une surface circulaire de dix mètres de diamètre recouverte de sable. Ils ne portaient que leurs sous-vêtements, un boxer blanc immaculé pour Mike et un caleçon noir pour le Maître. Sans attendre, les deux hommes avaient engagé le combat et, après un moment de flottement, Mike avait pris le dessus, envoyant régulièrement son adversaire manger le sable. Peu habitué à se retrouver au tapis, le Maître avait avalé la potion de Tamara et s’était soudain senti empli d’une énergie nouvelle. Il s’était rué sur son adversaire, rapide comme l’éclair et l’avait envoyé eu tapis d’un violent crochet du droit. Mais il ne s’était pas arrêté là. À la stupeur générale, il avait saisi Mike encore sonné et lui avait arraché son boxer et, après avoir sorti son sexe gonflé et gluant de précum, l’avait sodomisé d’un coup sec. C’était la première fois que Tamara avait vu la douleur se rependre sur le visage de Mike. Elle se souvenait de ce moment dans les moindres détails. Le jeune hybride à plat ventre, un homme au-dessus de lui qui s’enfonçait brutalement en lui, sa tête se relevant brutalement sous l’effet de la douleur, ses yeux écarquillés, sa bouche ouverte en un cri muet. Elle avait senti une chaleur se rependre dans son ventre et la jouissance s’emparer de son être lorsque son adversaire s’était mis à le besogner sauvagement et à le féconder. Puis des hommes étaient intervenus et les avait séparés, mais le mal était fait et Mike n’en était qu’à sa première épreuve.

Les combats s’étaient succédé des jours entiers. Le soir Mike regagnait sa cellule épuisé, un mélange de sperme s’écoulant entre ses jambes. Tamara lui interdisait de se laver et avant qu’il ne s’endorme elle venait le voir et le félicitait de sa journée. Mais elle n’était pas parvenue à le briser complètement. Pour cela elle avait du avoir recours à une autre méthode. Elle avait mis son plan à exécution trois semaines après son emprisonnement et deux semaines après le début des combats. Elle l’avait emmené voir un match de rugby, sport dont elle le savait passionné. Il s’agissait d’une rencontre où son équipe favorite disputait la finale de la coupe nationale qu’elle gagna haut la main. Tamara avait ensuit guidé le jeune homme vers les vestiaires de l’équipe en question, lui promettant de lui obtenir une rencontre avec ses idoles mais à la porte du vestiaire, elle lui demanda d’avaler une potion qui disait-elle, allait l’aider à se faire accepter par les joueurs. Il but donc la fiole et entra suivi de Tamara. Une épaisse vapeur avait envahi le vestiaire et les joueurs, allaient et venait sous les douches, nus ou justes habillés d’une serviette ceinte autour des hanches. Ils le regardaient étrangement et brusquement, il sentit un bras sur son épaule.

— Alors mon gars, tu es venu féliciter les vainqueurs…

Il s’agissait du capitaine de l’équipe, un homme d’une trentaine d’année, puissant et viril, l’icône mâle dans toute sa splendeur.

— Allez suis moi…

Mike s’était retourné vers Tamara, mais elle semblait avoir disparu et l’homme l’entraînait déjà à sa suite. Sans qu’il n’ait eu le temps de se rendre compte de ce qui se passait, il se s’était retrouvé dans la douche commune, une grande pièce carrelée pourvue d’une vingtaine de jets. Tous les membres de l’équipe se tenaient là, nus. Certains se masturbaient en le regardant, alors que d’autre commençaient à lui tourner autour. Paralysé par la peur, il avait reculé d’un pas et s’était retrouvé plaqué contre le capitaine de l’équipe qui se tenait derrière lui. L’homme l’avait entouré de ses bras et essayé de défaire son jean. Mike l’avait repoussé, choqué par le comportement de son idole.

— Non, mais arrêtez !

— Chopez le les mecs, avait-il alors déclaré. Il va comprendre qu’il peut pas nous allumer puis nous repousser.

Deux rugbymen l’avaient saisi par les épaules et plaqué au sol.

— Mais ça va pas j’ai…

Sa voix s’était brutalement éteinte comme le sexe du capitaine entrait dans sa bouche, butant contre le fond de sa gorge. Il entendait les gars rire autour de lui alors qu’ils lui arrachaient ses vêtements. Il sentait des doigts s’introduire entre ses fesses puis quelque chose de plus gros et chaud entrer sans aucune précaution. Il ne pouvait pas lutter, il se sentait étrangement faible, comme privé de ses forces. La potion de Tamara, avait-il pensé. Elle allait l’aider à se faire accepter par les joueurs, avait-elle dit. Elle les avait rendu complètement dingue de lui et lui trop faible pour lutter. Les joueurs s’étaient succédés entre ses fesses, certains l’avaient félicité pour son cul accueillant. Il en avait reçu des courtes, des longues, des épaisses, des jeunes, des plus expérimentés. Tous avaient joui dans ses intestins, ne manquait que le capitaine qui le bâillonnait toujours de son imposant membre. Une fois ses gars rassasiés, il prit place et entra facilement, aidé par les précédents passages. Les gars l’encourageaient, l’applaudissaient alors qu’il chevauchait leur victime puis il s’immobilisa et se libéra dans ses entrailles au son des hourra de ses équipés. Mike sentit alors une torsion dans son ventre puis le monde disparu.

Lorsqu’il s’était réveillé, il se trouvait dans sa cellule, nu et encore empli du sperme des rugbymen. Deux démons Koloss étaient alors venus le chercher pour le conduire dans les appartements de Tamara. La jeune femme l’attendait dans son lit, entièrement nu, d’une beauté à coupé le souffle. Jim s’était approché d’elle et s’était allongé à ses côtés.

— Tu as bien travaillé aujourd’hui avait-elle commencé. Tu vas avoir droit à une récompense, mais avant je veux te montrer quelque chose.

Elle le fit s’approcher d’elle et poser se tête sur sa poitrine ferme, puis elle fit descendre un écran blanc du mur et déclencha la diffusion d’une vidéo après avoir éteint la lumière. Jim reconnu tout de suite le lieu où se déroulait la scène, les douches communes où les rugbymen s’étaient occupés de lui. Il se vit entrer puis plaqué au sol, bâillonné par le sexe du capitaine et besogné par les autres joueurs. Puis vint le tour du capitaine qui le pénétra plus longtemps que dans son souvenir avant de se libérer sous les applaudissements des autres. Il se vit alors se relever d’un mouvement souple et saisir l’un des joueurs, un jeune d’à peine vingt ans blond et totalement imberbe et sous le regard médusé des autres, l’avait plaqué au sol puis pénétré sauvagement, lui enfonçant d’un coup ses trente cinq centimètres. Sa victime haletait, le souffle coupé, incapable de crier alors qu’il la besognait. Après un moment de stupeur, les autres avaient essayés de l’aider mais Mike s’était vu les repousser brutalement. Et d’un revers de mains, il se vit en mettre deux KO tout en continuant de s’occuper de sa jeune victime. Ce fut un véritable carnage, Mike se vit sodomiser les rugbymen les uns après les autres dans l’ordre dans lequel ils l’avaient fécondé. Certains essayèrent de s’enfuir, mais les portes de la douche avaient été verrouillées de l’extérieur. Il en vit un essayer de lui résister, mais une gifle l’envoya au sol et avant qu’il ne réagisse il se retrouva empalé sur le membre monstrueux. D’autres se laissèrent faire lorsque leur tour arriva, se mettant sur le ventre et attendant qu’il en finisse. Il en vit un en pleur se mettre à quatre pattes comme il s’approchait de lui. Il le reconnu. Il s’agissait du playboy de l’équipe, un jeune père dont le premier enfant venait de naitre quelques semaines auparavant. Mike se vit se mettre derrière lui et le prendre comme les autres d’un coup sec. Bientôt, il ne resta plus que le capitaine qui, le dos au mur, le regardait, terrorisé. Un sourire cruel se dessina sur le visage du jeune hybride et il s’approcha de l’homme qui tomba à genou devant lui, le suppliant de le laisser partir. Mike pris sa tête à deux mains et tenta de faire entrer son sexe dans cette bouche qui le suppliait. Il parvint à faire entrer son gland, manquant déjà de faire étouffer sa victime en inondant sa bouche d’un précum visqueux. Il relâcha alors la tête de l’homme qui se recula en crachant et hoquetant puis il le saisit par les épaules et le leva comme s’il ne pesait rien avant de le faire redescendre doucement, s’arrangeant pour que son sexe entre en contact avec l’anus vierge du capitaine. Mike le regardait droit dans les yeux, semblant savourer les émotions qui se succédait sur le visage ; dégoût, surprise lorsque le gland entra au contact de son anus, colère alors qu’il serrait les fesses pour empêcher la pénétration, douleur lorsque le chibre commença malgré tout à entrer. Il claqua l’homme contre le mur de la douche et tout en continuant de le pénétrer, plaqua ses lèvres contre les siennes et enfonça sa langue profondément dans sa bouche. L’homme battait des mains et des pieds alors que Mike le prenait comme une vulgaire poupée gonflable sous le regard médusé de ses co-équipiers lorsque l’image s’arrêta soudain. Mike resta silencieux, des larmes coulant sur ses joues.

— Pourquoi ? Demanda-t-il.

— Parce que telle est ta nature, répondit Tamara. En le serrant contre elle.

Il s’était tourné vers elle et avait entrepris de lui faire l’amour. Elle s’était laissé faire, s’était sa récompense. Puis elle l’avait renvoyé dans sa cellule une fois sa besogne accomplie. Le lendemain, elle l’avait accompagné jusqu’au nid d’un couple de démons Kriss puis elle lui avait tendu un flacon. Bois ! lui avait-elle ordonné. Et il avait bu et tout était devenu instantanément noir cette fois-ci. Le soir, elle l’avait de nouveau convié dans sa chambre pour lui montrer la vidéo de ce qui s’était passé. Il s’était vu entrer dans la tanière des Kriss où se trouvait la mère et un jeune de sexe masculin qui possédait déjà la taille et la musculature d’un homme adulte. Il commença par attacher la mère avant qu’elle n’ait eu le temps de donner l’alerte, puis il se jeta sur le jeune mâle qu’il immobilisa rapidement et sodomisa d’un seul coup. Il l’entendit glapir et râler, et le vit se débattra mais rien ne pouvait déloger Mike de son emplacement. Il copula longuement avec le jeune démon, le fécondant à intervalles réguliers. Puis le père était rentré et s’était jeté sur le tortionnaire de son fils, mais lui non plus n’avait pas fait le poids en face d’un hybride dopé à l’Or Blanc et, sous le regard de sa femelle toujours attaché et de son petit éberlué de voir son père ainsi vaincu, il se fit à son tour longuement sodomiser. Mike se vit alterner entre le père et le fils, prendre le fils en regardant le père droit dans les yeux…

— Es-tu prêt à accepter ta vraie nature ? lui avait demandé Tamara, à l’issus de la projection. Tu vois quel plaisir tu éprouve lorsque tu te laisse aller.

Mike avait repensé à ce qu’il avait vu et ressenti en se voyant prendre les rugbymen et les Kriss et malgré lui, il devait admettre qu’il avait ressenti de l’excitation, du plaisir. Il n’avait pu s’empêcher d’entrer en érection.

— Je… oui, répondit-il. Je pense que oui.

Tamara lui avait à nouveau laissé libre accès à son corps cette nuit là sachant quelle avait réussi à le briser, ou plutôt à ressouder l’humain et le démon qu’il renfermait.

* * *

Tamara se leva du lit où dormait toujours Mike. Repenser à ses souvenirs l’avait excité plus qu’elle ne l’aurait pensé. Elle sortit de la chambre et revint quelques minutes plus tard accompagné d’un gigantesque démon Koloss dont les mains et les pieds se trouvaient entravés par des chaines renforcées de runes. Son père avait réellement créé une œuvre d’art cette fois. Elle l’avait vu besogner Jim Anderson lorsqu’elle était intervenue pour le sauver et la bête lui avait fait forte impression. Elle caressa la croupe musclée du démon. Elle savait comment les contrôler, les faire obéir et ce qu’elle s’apprêtait à faire l’excitait au plus haut point. Elle fit s’avancer le Koloss près du lit et le démon fixa découvrit Mike. Sa réaction ne se fit pas attendre, son sexe grossit jusqu’à atteindre la taille d’un avant bras d’homme, ses narines se dilatèrent et sa respiration s’accéléra. Elle continua de caresser les fesses du démon et enfonça un de ses doigts dans son anus serré. La bête glapit comme un chiot et son regard se perdit dans le vague. Puis d’un geste de la main, elle le libéra de ses entraves et il se jeta sur le corps endormi de Mike.

Mike fut brutalement réveillé, expédié hors du rêve qui absorbait ses pensées. Il sentit une masse énorme dans son dos et quelque chose de gros repousser la toile de son boxer entre ses fesses. Il paniqua, essaya de se redresser, mais la masse qui le recouvrait était trop grosse. Le tissu de son boxer craqua alors et un membre énorme força l’entrée de son anus, continuant encore et encore d’entrer en lui. Il tourna la tête et vit Tamara. Son regard était trouble. Il savait qu’elle prenait plaisir à le voir ainsi dominé. Ses joues étaient roses et sa main caressait sa féminité. Brusquement une bouche se posa sur la sienne et une langue commença à la fouiller la bouche. En même temps, l’énorme pieu qui le transperçait se mit à bouger en lui. Il avait l’impression d’être une jument saillie par un étalon et n’eut d’autre choix que de se laisser faire.

Le Koloss le besogna prêt d’une demi-heure, jusqu’à ce que Tamara, rassasiée, lui ordonne de se retiré. Puis elle vint s’allonger auprès d’un Mike épuisé et le pris dans ses bras.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!