Josselin (04)


Josselin (04)
Texte paru le 2015-06-04 par Novice   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 5 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 10567 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Novice.



Template-Books.pngSérie : Josselin

Ça faisait maintenant trois semaines que j’étais sous la coupe de Théo. En si peu de temps j’avais servi à un de ses potes et à 3 retraités qui avaient payés pour me baiser. J’étais passé de puceau hétéro à pute qui ne pouvait rien refuser. Mais j’avais aussi la dernière fois ressenti du plaisir et je ne savais plus vraiment si j’étais une victime de viols ou un jeune consentant. Quoi qu’il en soit, Théo avait décidé de s’occuper de son «jjouet » et de vivre tous ses fantasmes avec moi.


Un soir à la maison pendant que je faisais mes devoirs, quelqu’un sonna, ma mère alla lui ouvrir et je fus horrifié de reconnaître la voix de Théo. Je l’entendais expliquer qu’il était là pour me donner des cours particuliers de math. Mon dieu, il osait même venir chez moi alors que mes parents étaient présent. C’était vraiment malsain comme ambiance. Il monta donc dans ma chambre le plus naturellement du monde et je me retrouvais en tête à tête avec lui dans ce que j’avais toujours considéré comme mon antre protectrice. Je compris assez vite que ça n’allait pas durer.

— Salut Josselin, sympa ta chambre, j’avais vraiment envie de te baiser ici, ça te rappellera tous les soirs ton nouveau rôle de chienne. Allez, à poil ma pute et vite! J’ai pas que ça à faire.

J’avais pris l’habitude de ne plus réagir à ce genre d’insultes et je me déshabillai direct devant lui. Il s’empressa de me bloquer les 2 mains contre mon bureau, je sentais ses vêtements contre mon dos nu, son jean rêche contre mes fesses. Il avait ramassé mon boxer par terre et me le foutait sur la gueule, avec une ceinture il venait de me faire un bâillon aux effluves de ma queue. Je l’entendis se désaper et sentis bientôt son membre contre moi, quelques crachats contre ma raie suffirent à me préparer et rapidement sa bite me transperça avec fougue. Mes cris étaient heureusement étouffés par mon boxer sinon j’aurai sûrement alerté toute la maison, pendant ce temps il me besognait avec violence, sortant sa queue entièrement avant de me refourrer jusqu’aux couilles, il me claquait le cul et me disait à l’oreille que mes parents devaient être tranquillement à côté à regarder la télé pendant que leur fils devenait un garage à bites.

— Un mot de ma part et tout ton bahut et toute ta famille se rendrait compte que ton cul sert de vide couilles. J’ai parfois tellement envie de le faire que je sais pas ce qui me retiens de dévoiler notre petit secret. Ça pourrait être drôle non? Pour l’instant seule ton obéissance peut maintenir le status quo. Alors tu peux être sûr que ta bouche et ton cul vont déborder de foutre ces prochains temps.

Ce discours me détruisait, il n’avait même pas arrêté de me défoncer, je le sentis ensuite se démener et se vider bien au fond de moi. Voilà à quoi j’en étais réduit, j’étais entièrement à ses ordres. Il se rhabilla rapidement pendant que j’attendais nu qu’il me permette de faire pareil. Il fit un rapide tour de ma chambre pour regarder mes fringues, mes cds et c’est sur mon ordi que son intérêt s’arrêta.

— Donne-moi ton mot de passe pour ton adresse mail, ton facebook et ton skype, je veux t’avoir totalement sous ma volonté.

Pendant que je lui donnais tout ça il en profitait pour mater tous mes historiques, lire mes conversations privées bref découvrir toute mon intimité.

— T’as l’air de bien aimer les filles comme ma sœur, c’est con qu’en ce moment c’est plus des bites que des seins que tu lèches ahah! T’inquiètes si tu es sage, un jour je ferai en sorte que tu connaisses ça, mais pour l’instant c’est au goût du foutre que tu dois penser 24 heures sur 24 et je compte bien tout faire pour que ça arrive.

La honte, je n’avais plus aucun secret pour lui et il voulait me servir d’assistant matrimonial, on aura tout vu. En tout cas à poil devant lui avec encore son sperme dans mon cul au milieu de ma chambre d’ado je ne voyais pas vraiment d’échappatoire à ses projets.

— Allez habille-toi et descends avec moi, on bouge ce soir, faut qu’on aille demander l’autorisation à tes parents.

Quoi? Il voulait parler à mes parents. Mes jambes ne me tenaient presque plus, je savais qu’en un mot il pouvait ruiner ma vie. C’est avec ses pensées d’effroi que je me suis préparé. En arrivant dans le salon et en voyant mes deux parents regardant la télé, je ne savais plus où me mettre, j’avais l’impression qu’il était écrit sur mon front que je venais de me faire doser comme une chienne. Et pourtant leurs sourires envers Théo et moi me firent vite comprendre que rien ne transparaissait.

— Votre fils est vraiment doué dit Théo. J’oserai même dire qu’il a un don! Vous savez qu’il existe des formules beaucoup plus performantes que les cours particuliers classiques à la maison? Par tranche de 2 à 3 jours voire une semaine dans le centre de formation où je travaille on fait des progrès miraculeux avec un bon formateur et ça coûte vraiment pas cher compte tenu des résultats.

Voilà donc où il voulait en venir, forcer mes parents à me laisser partir pendant plusieurs jours sans s’inquiéter de mon sort. Quand je vois comment je prenais cher en l’espace de quelques heures que m’arriverait-il pendant plusieurs jours? Je n’osais y penser. Il avait raison, j’allais vraiment connaître le goût du sperme 24 heures sur 24 et j’avais une peur bleue à l’idée de ce qui m’attendait. Bien sûr mes parents acceptèrent cette idée avec enthousiasme. S’ils savaient! Je venais encore de franchir un cran dans la soumission à Théo.

— Vous avez raison de le pousser à réussir et je m’engage personnellement à tout mettre en œuvre pour qu’il fasse des progrès impressionnants. Si ça vous dérange pas je peux lui montrer le centre de formation dès ce soir, par contre il y a un internat donc il vaudrait mieux y dormir ce soir vu l’heure qu’il est.

Là encore mes parents acceptèrent et Théo devenait pour mes parents quelqu’un de remarquable et moi j’étais bien obligé de faire semblant de suivre l’enthousiasme général. Il serra la main de mes parents tout en me regardant d’un œil qui voulait dire qu’il avait encore gagné une partie contre moi. Une fois de plus il resserrait son étreinte.

Dans sa voiture je le vis jubiler, il y avait de quoi. J’étais sa chose et ce n’étais pas prêt de changer.

— Je pense que t’as compris que tu vas passer pas mal de nuits à te faire remplir de sperme. Tu vois même tes parents sont prêts à donner de l’argent pour que je t’emmène te faire baiser par des dégueulasses, t’es vraiment la pute parfaite, j’espère que tu sauras me remercier de tout ce que je fais pour toi. Bon allez trêve de bavardages, on est attendu ce soir, ouvre la boîte à gants et prends le plug qui est dedans, je pense que tu peux deviner tout seul à quoi ça sert!

En effet même si c’était la première fois que j’en voyais un, je compris que ce gode en forme de poire devait se loger dans mon cul afin de le maintenir rempli. Dans la voiture ce ne fût pas très simple de me le mettre mais avec l’enculade que je venais de subir il entra quand même d’un coup. Avec ça j’aurai toujours l’impression d’avoir une queue en moi.

— Tu garderas ce plug tout le temps que tu iras au bahut, j’aimerai trop voir ta gueule quand tu parleras à tes copains alors que tu seras en train de kiffer du cul, ça te donnera peut être envie de leur proposer de te baiser dans les chiottes du lycée, ça pourrait être sympa à organiser tout ça, non?

Quelle horreur mais que dire? Je préférais encore me taire et attendre ce qu’il allait m’arriver, d’ailleurs on ne tarda pas à se garer devant une maison banale. Un mec d’une quarantaine d’années vient nous ouvrir la porte, viril avec une gueule de vicelard, je compris vite que ça devait être un de ceux qui étaient abonnés au blog de Théo où il mettait toutes les photos et vidéos de mes « exploits ».

— Rentrez vite et toi la pute j’espère que t’es en forme!

Entrée en matière simple mais efficace, je compris aussi que cette fois Théo resterait pendant les « ébats » ce qui paradoxalement me rassurait. On arriva dans un salon ou un autre mec du même type que le premier nous attendait, il était déjà à poil et plutôt bien membré.

— Ramène-toi putain et viens me sucer la queue.

Je flippais donc j’obéis rapidement et je me retrouvais vite à genoux à travailler la grosse bite tendue qui n’attendait que moi. L’autre mec parlait avec Théo, je n’entendais pas mais je pense qu’ils décidaient entre eux du programme de la nuit et de ce que j’allais subir. Le mec n’était pas que d’allure virile et il me le fit bien comprendre en me défonçant la bouche, à croire que tous les mecs voulaient me casser les dents avec leurs queues. Rapidement il me fit tourner sur moi-même pour être face à mon cul.

— Sympa ce plug mais t'en auras pas besoin ici alors pour l’instant tu l’enlèves de ton cul et tu t’en sers de sucette avant qu’on ait à nouveau besoin de ta bouche.

C’était super humiliant d’enlever le plug et de devoir directement l’avoir en bouche mais ça n’eut pas trop l’air de le toucher car il m’attrapa brutalement par les hanches pour m’empaler sur sa bite, le plug m’empêcha de crier mais je le sentis passer surtout qu’il commença à s’acharner dans mon cul à une vitesse et une brutalité des plus sauvages. C’est dans cette position, assis sur la bite de ce mec que je vis que son pote avait un vrai matos pour filmer, c’était autre chose que nos smartphones. Il avait donc installé sur trépied un caméscope qui avait commencé à filmer ma défonce. Le mec qui nous avait fait entrer se rapprocha et échangea rapidement mon plug devenu buccal contre sa grosse bite veineuse. Les deux me défonçaient en cadence et j’eu du mal à ne pas sombrer dans les pommes tellement je les sentais en moi. Ma douleur n’ayant l’air d’intéressé personne je dû attendre que les 2 mecs éjaculent avant qu’ils daignent changer de position.

Celui que j’avais sucé vint prendre la place libre dans mon cul et coulissa rapidement avec l’aide du sperme laissé par son pote, il maintenait mon dos contre son torse puissant et mes pieds sur ses cuisses afin que je sois en bonne position pour en prendre encore plus. Son acolyte se rapprocha lui aussi de ma rondelle et c’est là que je compris que les mecs voulaient me pénétrer en même temps.

— Non! Non! S’il vous plaît! Pas ça! C’est trop gros ! Mes peurs et mes craintes ne les excitaient que plus.

— T’inquiètes la pute, tu vas tout prendre et tu vas en redemander, tu vas voir comment tu vas couiner, on te laissera une copie de la vidéo pour plus tard.

Le tout ponctué de rires et de claques dans ma gueule, histoire de me faire comprendre que de toute façon je n’échapperai pas à mon triste sort.

Le mec sous moi m’écartait les fesses au maximum avec ses mains tout en continuant à me bourrer le cul et son pote après le passage de quelques doigts arriva bien contre ma volonté à glisser aussi sa queue en moi. Je me sentis complètement ouvert, je criais de douleur mais ils redoublèrent d’effort et bientôt leurs deux bites formant un sexe énorme me détruisait le cul sous l’œil amusé de Théo qui se chargeait de garder un bon souvenir de tout ça. Je ne sais pas combien de temps a duré cela, ni même ce qui s’est passé après, juste que j’ai saigné un peu du cul et qu’ils ont souvent échangés leurs places entre ma bouche et mes fesses. À deux, ils avaient réussi à me couvrir de foutre et je n’étais plus en mesure de comprendre grand-chose. Ça devait déjà durer depuis plusieurs heures quand ils décidèrent de prendre une pause. J’étais avachi par terre comme une épave et je les voyais boire un verre tous les trois tout en rigolant de ma prestation.

— Le clou du spectacle! me dit bientôt Théo et je vis un des 2 mecs revenir avec un chien genre labrador. Tout le monde riait aux éclats, sauf moi bien sûr car je n’aurai jamais imaginé en arriver là.

— Allez à 4 pattes la chienne! Il est temps de te faire mettre par un animal de ton espèce.

Je suppliais Théo du regard mais je compris vite que ça lui plaisait autant qu’aux autres. Je n’eu pas le choix et je dû me mettre à 4 pattes sur le tapis et attendre de me faire saillir par un chien. On me mit une sorte de couverture sur le dos pour éviter les griffures et on approcha le chien de ma rondelle qui dégoulinait de sperme. Il me lécha la croupe, buvant la semence de ses maîtres et moi je n’osais plus rien dire en pensant à ce qui m’arrivait. Rapidement il mit ses pattes de devant sur les côtés de mon dos et je sentis une énorme bite essayer de forcer le passage, enfin « forcer » vu la double pénétration et le foutre dans mon cul, il n’eut pas de mal à rentrer en moi et directement il me besogna comme une bête.

Les mecs riaient en me regardant perdre ma dignité humaine surtout que je savais que j’étais filmé. Le chien lui ne se posait pas de question et me détruisait le cul sans ménagement, au bout de 10 minutes je fus inondé de son sperme. Il fallut attendre un peu que sa boule se dégonfle pour qu’il puisse sortir de moi. J’avais du sperme qui coulait partout sur les cuisses et qui me remplissait la rondelle. Je n’avais jamais eu autant honte de ma vie. On me laissa par terre reprendre mes esprits pendant qu’eux allaient discuter et payer pour ma « présence » devant la caméra.

Quand Théo vint me chercher, il était aux anges.

— 300 euros ça valait le coup! Et en plus ils nous ont filés gratos une copie de la cassette, c’est sympa de leur part.

J’étais abasourdi pour ne pas dire horrifié mais encore une fois je n’avais pas résisté, le ferai-je un jour?

— Je te ramènes chez toi, on est déjà le petit matin! Cette cassette dure quand même 6 heures!

Dans la voiture il ne me força pas à remettre le plug, de toute façon vu comment mon trou était ouvert ça aurait été impossible.