Journal d'Antoine (05)


Journal d'Antoine (05)
Texte paru le 2018-06-08 par Antoinec   Drapeau-us.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4389 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Antoinec.


Ce récit relate ma rencontre avec Louis T.… eh oui, après ma première expérience (voir Journal d’Antoine (01)), j’ai fait la connaissance d’un autre Louis, avec qui je suis sorti pendant plusieurs mois.

Comme d’habitude, écrivez-moi si vous avez des questions, des remarques ou si vous voulez en savoir plus (je réponds toujours !) : antoinesdiary@gmail.com

À bientôt,

Antoine
Template-Books.pngSérie : Journal d’Antoine

J’ai participé à ma première gay pride cette fois-là. C’était juste après mon coming out. Je me sentais bien, et peu à peu ma timidité a commencé à me quitter. J’ai pris plus d’assurance à aller vers les mecs, en dehors des rencontres sur internet.

C’est dans un bar gay, cet après-midi-là que j’ai rencontré Louis. Nos regards se sont vite croisés. Il est un peu plus âgé, de ma taille, mais brun aux cheveux frisés. Sa chemise entr’ouverte laisse apparaitre quelques légers poils bruns sur le torse. On a pas mal parlé, et on s’est dragué progressivement. La température, au sens propre comme au figuré, est montée progressivement. On s’est isolé dans un coin pour s’embrasser. On se roule des pelles, et se met les mains aux paquets, on se caresse aux dessus des shorts. Je n’aurais jamais fait ça en public il y a quelques mois. Mais aujourd’hui, c’est différent ; je me sens plus mûr… et puis c’est la gay pride… et je suis dans un bar gay.

— Tu viens chez moi ?

— J’attendais que tu me le proposes.

On est allés dans son studio. Il faisait vraiment chaud.

— Tu prends une douche avec moi, d’abord ?

Louis se déshabille. Il est mignon, mince. Quelques poils bruns sur le sternum, et sur les tétons. Il garde quelques bracelets autour du poignet. Je le suis dans la salle de bains.

— Viens avec moi.

C’est la première fois que je me douche avec un mec. On s’embrasse, se caresse doucement, on alterne sous le jet, on se savonne chacun son tour. On se remet à bander rapidement. Une fois rincés, on reste sous la douche collés l’un à l’autre pour se rouler de longues pelles. J’adore cette première douche amoureuse. Je descends à genoux pour sucer Louis. Sa bite chaude et mouillée me remplit la bouche. Je caresse ses fesses et ses cuisses. C’est trop bon. Sa bite est bonne.

— À mon tour !

On inverse, et Louis me suce lui aussi à genoux. Je remarque aussitôt son côté joueur. Il alterne tous les jeux de langue, de lèche et de branle pour me surprendre. Ses yeux rieurs s’amusent de ma surprise à chaque fois qu’il s’attaque à ma bite d’une façon différente. On sort de la douche et on s’essuie rapidement. Louis se retourne pour sortir de la salle de bains, mais je l’arrête en l’attrapant par le bras.

— Attends, penche-toi !

D’une main, je penche son dos contre le lavabo, j’embrasse son dos tout en descendant doucement.

— Laisse-moi m’occuper de tes fesses d’abord.

— Mmmh oui, vas-y.

Louis se cambre pour m’offrir son cul. J’écarte les fesses et découvre une raie et un anus entièrement épilés. Il se rase clairement à cet endroit-là. Son pubis par contre est intact. Je me mets à lécher lentement la raie, puis l’anus de Louis.

— Oh oui, c’est bon Antoine, continue.

J’embrasse les fesses de temps en temps puis m’occupe bien de la rosette que je mouille bien de salive. Ma langue entre légèrement dans son cul. Tout est lisse et délicieux. Louis passe sa main sur mes cheveux et pousse légèrement ma tête dans son cul. Je me relève pour le masser et l’embrasser dans le cou.

— Viens sur le lit.

Je m’allonge sur le lit, tête sur l’oreille. Louis vient se placer à cheval sur moi. Je l’attends bouche ouverte et langue tendue. Je veux sa queue dans ma bouche. Il me taquine et tapote sa queue contre ma langue. Il est vraiment joueur. Soudain il la plonge au fond de ma gorge. J’attrape aussitôt ses fesses. Je ne veux plus que sa queue quitte ma bouche. Je le suce violemment. Ma langue tourne autour de son gland. Il gémit.

— Je vais te baiser la bouche.

Il commence des mouvements de bassin pour m’enculer la bouche rapidement. Quel pied ! Je me branle tout en le suçant. La fellation dure un moment, jusqu’à ce que Louis recule un peu. Ses doigts commencent à caresser mes tétons. Il fait des petits cercles avec ses doigts. Pour la première fois de ma vie, je réalise que mes seins sont directement connectés à ma bite. Je ressens un plaisir dingue, et ma queue déverse de grosses gouttes de précum.

— Mmh, t’es vraiment sensible des seins…

Il passe son bras dans le dos pour saisir ma queue. J’attrape ma bite à mon tour, et la fais glisser le long de sa raie. Il sourit.

— Actif ou passif, je demande ?

— Actif, 100 %.

Tant mieux. Il se place entre mes jambes, attrape mes fesses et me soulève le cul pour le porter à ses lèvres. Il dépose plusieurs baisers sur mon anus, puis commence à lécher. Ses yeux ne quittent pas les miens.

— Oh Louis, prépare-moi, lèche-moi bien.

Il lèche partout, anus et périnée. Une fois que je suis bien mouillé, il se dirige vers la table de nuit pour prendre une capote et du gel. Je me mets un doigt ou deux de gel, tandis qu’il se prépare la queue. Je l’attends sur le dos, jambes écartées, les mains derrière les cuisses.

— T’es mignon comme ça.

Il me fait un bisou sur la bouche, puis se place à genoux entre mes cuisses. Il me pénètre assez rapidement et commence immédiatement à bouger en moi. Il se tient droit, ses mains appuient sur mes cuisses. Mais il veut plus de confort, et il glisse un oreiller sous mes fesses. L’angle est différent, il place mes jambes sur ses épaules. Je ressens un plaisir incroyable, je n’ai jamais éprouvé une telle sensation.

— Ah, qu’est-ce que c’est bon !

Je me cambre. L’angle de sa queue sur ma prostate me donne des décharges de plaisir. Je ne vais pas tenir longtemps. J’attrape ma queue, mais Louis me l’enlève des mains.

— Non attends, je vais te faire jouir du cul.

Je passe mes mains au-dessus pour attraper le bord du lit Une de ses mains me caresse le téton. Soudain une décharge de plaisir m’envahit, surpuissante, totalement incontrôlable. Je crie de plaisir et cinq jets viennent exploser sur mon torse. Mon orgasme est incroyablement long. C’est mon premier orgasme anal, je n’ai pas eu besoin de mon toucher la queue. Quand j’ouvre les yeux, je me rends compte que Louis souffle aussi, il a joui en même temps que moi. On se prend dans les bras pour s’embrasser.

— C’était incroyable

— C’est la première fois que tu jouis du cul ?

— Oui, c’était juste… je n’ai jamais eu un orgasme pareil

Louis sourit

— Douche ?

On discute sous la douche. Je l’aime bien. Il est drôle, sympa, cool. Mais il est déjà tard. Il faut que je rentre. Au moment d’enfiler mon boxer, Louis me demande :

— Tu peux rester si tu veux !

Il se dirige toujours à poil vers son lit.

— T’es sur, ça te dérange pas ?

— Non, viens.

Je laisse le boxer tomber sur le sol. Je le rejoins, nu sous la couette. Pour la première fois, je passe la nuit avec un mec, nu dans ses bras.

Quand je me réveille, j’aperçois Louis tout nu, de dos, en train de préparer du café. Je n’ai pas rêvé. Il est beau. J’aime ses épaules, son dos, et ses petites fesses rebondies.

— Salut, bien dormi ?

— Oui, et toi ?

— Bien merci. Café ?

Il m’amène une tasse. On discute. Dehors il fait très beau.

— Tu fais quoi cet après-midi ? je demande.

— Rien de spécial, et toi ?

— Ça te dirait d’aller te balader ensemble.

— Oui, bien sûr.

Après le café, on a refait un câlin, tout nu sur le lit. Je me suis allongé sur le lit, et Louis s’est allongé à plat ventre, entre mes jambes. Il me gobe la bite, me suce, me lèche le gland du bout de la langue, celle-ci-ramasse consciencieusement mon précum. Le bras de Louis glisse doucement sur ma cuisse, mon ventre, et ses doigts viennent titiller mes seins, comme s’il cherchait à extraire plus de précum. Je prends mon pied. La journée démarre bien. Après avoir bien stimulé ma queue, Louis finit par me faire jouir. Il tient ma queue bien droite quand elle explose tel un geyser. Les deux premiers jets atterrissent dans ses cheveux et sur son visage, les autres, plus lents, dégoulinent le long de ma bite. Louis les lèche à grands coups de langue. Il ne laisse rien de côté, il mange tout et laisse ma bite parfaitement propre.

— Donne-moi ton sperme toi aussi, Louis, je veux te sentir jouir dans ma bouche.

Louis se lève, debout sur son lit, et je le suce, soumis, à genoux. Il ne tarde pas à éjaculer dans ma bouche. Mes lèvres bien scellées ne laissent rien passer : j’avale l’intégralité de sa semence.

On s’est fait des câlins pendant un moment, avant de se laver, et de partir se balader dans Paris. Il fait beau, on marche dans les rues, fait les magasins, s’arrête aux terrasses des cafés. On fait enfin vraiment connaissance. Il me plait, et je crois que je lui plais. Il est drôle, intelligent. Surprenant. Vers la fin de l’après-midi, il me glisse à l’oreille :

— J’ai encore envie de te faire l’amour Antoine… On remet ça ?

Ma réponse est simple : je lui mets la main au paquet, et plaque mes lèvres sur les siennes. On rentre précipitamment chez lui. On se dévore la bouche, et on enlève nos vêtements à toute vitesse. J’ai tellement envie de baiser. Je ressens une attraction violente, incroyable pour son corps. Je le veux en moi !

Pas de préparatif cette fois-là. En moins de deux minutes, on est à poil sur le lit. Louis est déjà en train d’extraire la capote de son emballage, et moi je me suis déjà mis un doigt de gel dans l’anus pour me préparer. Louis est sur le dos.

— Vas-y, empale-toi

Je chevauche et me mets moi-même sa bite dans mon cul. Je pousse un gros soupir de plaisir dès qu’il est en moi. Là encore, pas le temps de réfléchir. Je monte et descends sur sa queue.

— Oh putain, oui c’est trop bon

Je prends entièrement le contrôle. Je viole sa bite. Je monte et descends frénétiquement, les mains sur les cuisses. Louis caresse mes mains, puis vient me masser les seins, les titiller. Je ferme les yeux, et m’abandonne à mon propre plaisir. Un bien-être, une vague de chaleur envahit mon corps. J’ouvre les yeux et me noie dans le regard de Louis. On se donne tellement de plaisir mutuel.

— Oui, Antoine continue, vas-y, c’est bon, on va jouir ensemble maintenant.

Soudain, des cris de plaisir sortent de nos bouches au même moment. Ma bite crache des jets de foutre, toute seule, sans l’aide de ma main, et Louis se vide dans mon cul. Je me penche, on s’embrasse. On a refait l’amour encore ce jour-là… et pendant plusieurs mois aussi

À suivre...