Journal d’Antoine (02)


Journal d’Antoine (02)
Texte paru le 2018-03-10 par Antoinec   Drapeau-us.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6392 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Antoinec.


Voici la suite de ma première expérience avec Louis. J'espère que ça vous plaira.

N’hésitez pas à me contacter : antoinesdiary@gmail.com

Bonne lecture.
Template-Books.pngSérie : Journal d’Antoine

Après ma première expérience avec Louis, je n'ai plus eu aucun doute : c'était bien les mecs que je préférais.

Le lendemain, Louis m'a envoyé un SMS : "Slt. C'est trop bon hier. J'aimerais te revoir, si tu veux. Et aller + loin. Louis"

Auquel j'ai répondu : "Moi aussi ;-). Trop aimé. Prêt pour la suite. Avec capote"

Je me suis beaucoup masturbé après cette première fois et avant de revoir Louis. J'imaginais son corps nu et imberbe contre le mien, sa peau douce et son duvet blond, ses fesses bien rondes... et sa queue dans ma bouche.

On s'est retrouvé un samedi soir chez lui. Pas vraiment de conversation. On savait vraiment ce qu'on voulait tous les deux : se faire plaisir sans arrière-pensée, c'est tout. Une fois la porte fermée, des sourires illuminent nos visages... On s'embrasse, d'abord chastement : des petits bisous, puis les lèvres restent collées et les langues se mêlent. Je le veux, je le désire. Je veux que nos corps se touchent, soient l'un dans l'autre.

Louis déboutonne mon pantalon et sa main me caresse la bite et les couilles. Il est chaud. Il veut tout cela autant que moi. Il me baisse le pantalon et le caleçon et me branle. Il descend doucement à genoux pour me sucer. Ses gestes sont vifs. Il suce, branle, lèche, tandis que j'enlève le haut.

— Mets-toi tout nu Louis

Tandis que Louis se dirige vers le canapé tout en se mettant à poil, je le suis maladroitement, tout nu avec mon pantalon autour des chevilles.

Nudité intégrale pour nous deux. Louis est tellement beau, mignon. Je le désire encore plus cette fois-ci. On se prend dans les bras. Les baisers se multiplient, ses bras se posent autour de mon cou, tandis que les miennes caressent ses fesses.

À mon tour de me mettre à genoux pour prendre sa bite dans ma bouche. Mes mains sculptent son corps d'ange, tandis que ma langue s'applique. Je passe ma langue doucement pour bien récolter tout le précum. Je lèche tout consciencieusement, puis je descends le long des couilles. Je les embrasse, je les pelote.

— Oui Antoine, continue avec ta langue

— Retourne-toi, je vais m'occuper de ton petit cul.

J'embrasse doucement chacune de ses fesses. Elles sont superbes, parfaites, petites. Je les lèche, je passe ma langue doucement au-dessus de la raie. Il tressaille, mais je n'ose pas m'aventurer plus profond. Ma main droite branle sa bite et la gauche caresse sa jambe.

— Ferme les yeux Louis, abandonne-toi !

Il soupire puis se retourne en souriant

— On va faire un 69 sur le lit, viens !

Louis sur le dos, moi au-dessus. Nos langues sont plus expertes que la première fois. Le plaisir est plus fort, mais on arrive à se contrôler. J'aime sentir sa queue dans ma bouche l'avoir en moi. J'aimerais qu'il me pénètre.

— Je suis prêt Antoine, j'aimerais que tu me prennes.

Dommage, j'aurais préféré l'inverse, mais je n'ose pas le contredire. Je me lève pour aller chercher les capotes et le gel. Pendant que j'en enfile une, je vois Louis s'allonger sur le dos, et se mettre un oreiller sous les fesses. Ses jambes sont écartées, j'aperçois sa rosette, petite, serrée, et cernée de quelques poils blonds. Je lui mets du gel sur les doigts et il se glisse doucement l'index dans l'anus pour se préparer.

— On va doucement, OK ?

— Oui bien sûr !

Je m'approche, mon gland se positionne contre son sphincter. Louis souffle. Je pousse et Louis s'ouvre doucement. Il grimace. Un dernier coup un peu plus fort et je suis maintenant en lui. Il grimace et respire bruyamment. Je lui caresse le flanc, il se détend. La sensation sur ma queue est incroyable, c'est tellement serré. J'ai peur de jouir si je bouge trop vite. Je fais des mouvements lents.

— C'est bon ?

— Oui, continue, ça fait bizarre, mais je n'ai pas trop mal

Je place mes mains de chaque côté et commence mes va-et-vient. Je regarde Louis dans les yeux. Je commence à y lire du plaisir.

— Mmmh c'est bon

— Pour moi aussi, c'est top

Je me penche pour l'embrasser, ses mains me caressent. Ça y est, je réalise que je suis en train de pénétrer un mec, de lui faire l'amour. Ouah !

Mon cerveau et mon corps comprennent leur plaisir. J'essaie de me contrôler, mais je ne vais pas tenir longtemps. Je vais des mouvements plus amples. Le petit cul de Louis est trop bon. Il saisit sa queue et se branle au rythme de ma pénétration.

— C'est génial, continue Antoine, baise-moi !

— Ah, ah, je vois jouir Louis, oui, oui, ah c'est bon !

J'éjacule un océan de sperme, et Louis me rejoint en s'aspergeant le torse de foutre bien crémeux. Je sens son anus se contracter autour de ma queue. Je me penche pour échanger de longs baisers, et je sens son sperme s'étaler sur mon ventre aussi. J'embrasse Louis dans le cou, tandis que ses mains caressent mon dos et mes fesses.

— Désolé, je n'ai pas duré très longtemps.

— Pas grave, c'était énorme.

Je m'écroule à ses côtés. On se fait face, s'embrasse et se regarde dans les yeux, nos doigts caressent nos joues, nos lèvres et nos cheveux.

— On peut recommencer ?

— Oui, si tu m'encules.

On rit

— OK, laisse-moi recharger un peu.

On picole des bières et allume la télé, jusqu'à ce que l'excitation reprenne.

Je caresse la cuisse de Louis, pour lui faire comprendre que je le veux, que je suis prêt. Sa queue durcit et grossit doucement.

Je vais chercher les capotes et le gel. Tout en me préparant le cul, je lui demande :

— Comme toi, par devant en missionnaire, en allant doucement ?

— OK, tu vas voir, ça fait mal au début, mais tu t'habitues.

Je me mets en position, j'écarte mes cuisses avec mes mains. Louis pousse. J'ai mal, mais pas autant que je pensais. Louis n'est pas très large. Heureusement pour moi... La sensation est étrange, pas de plaisir, mais quelque chose de particulier, un sentiment d'invasion.

— Embrasse-moi Louis !

J’ai besoin de le sentir proche, de me sentir connecté. Je pense qu'il est en moi. J’aime l'idée plus que la sensation. Mais c'est bon, ça me plait. Ça y est, je me fais prendre par un mec. Mon plaisir monte. J'attrape Louis par la nuque, nos langues se mêlent.

— Prends-moi, baise-moi !

Louis commence ses va-et-vient. Mes mains agrippent ses fesses et le touchent de partout. On sourit. Je bande et je perds du précum. Je commence à sentir du plaisir avec ma prostate. Je me branle. Mais tout va très vite et Louis se cambre soudain. Son visage d'ange grimace alors qu'il jouit en moi. J'éjacule moi aussi, pour la deuxième fois ce soir.

Ça y est, on l'a fait !!! On reste sur le dos le regard dans le vide. Oui, j'aime les hommes. Le sexe avec les hommes

À suivre...