Just: Ma première fois


Just: Ma première fois
Texte paru le 2012-01-17 par Piou   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive



Cet auteur vous présente 9 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7651 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Piou.


Template-Books.pngSérie : Just

Actuellement j'ai 27 ans. Reconnaître et accepter mon homosexualité n'a pas été facile. J'ai réalisé être gay en cinquième. Pendant le collège (quatrième/troisième), je sortais avec des filles car dans mon village de montagne, je préférais ne pas attirer l’attention.

Ma grand-mère maternelle a perdu son mari en 1962, avec qui elle a eu 5 enfants dont ma mère. Ensuite, elle s'est mise en couple avec un autre homme (sans l'épouser) dans les années '70 qui s'appelle Just et avec qui elle n'a jamais eu d'enfant. Ma grand-mère vivait et vit toujours avec Just dans une ferme à neuf kilomètres de chez moi.

Just n’a jamais été quelqu’un que j’appréciais. Ce n'est pas mon vrai grand-père et j’avais peu de liens avec lui et le voyais peu. En effet, lors d’un repas de famille arrosé, il s’est disputé avec mon père sur la guerre et la politique. À la suite de ce repas, mon père et Just ne se voyaient plus, seule ma grand-mère venait nous voir ou sinon, nous allions la voir sans mes parents.

L'été souvent il m'arrivait d'aller les voir seul en vélo. À l'époque où l’histoire que je vais vous raconter s'est passée, il faut imaginer Just comme un homme chauve de 55 ans, d’environ 1m75 et gros/fort (90-95kg). C’est un paysan agriculteur, il avait pour particularité d’avoir des grosses mains et des gros doigts.

À cette époque, l'été entre me première et ma terminale (2000), je suis allé chez ma grand-mère au début des vacances scolaires, début juin. Je parcours les 9km de plaine qui séparent ma maison de celle de ma grand-mère. J'arrive à la ferme et ne vois personne dans la cour. Je frappe à la porte, personne. J'entre dans l'étable où sont les vaches et les veaux et je vois Just. Il était là, en bleu de travail, avec ses bottes en plastique noires. J’étais venu pensant voir ma grand-mère mais elle n'était pas là. Par politesse, je fais la conversation avec Just. Nous parlions depuis environ deux minutes et comme je n’avais rien à lui dire, je m'apprêtais à partir.

Je m'aperçois alors que sont entre-cuisses est gonflé, sa salopette bleue bien tendue. Il voit que je le regarde. Je rougis. Il me dit :

— Tu veux toucher ?

Je ne réponds rien. Il passe vers moi et ferme la porte d'entrée de l'étable. Il me prend la main et me fait caresser son entre-cuisses.

— Tu veux voir la voir ? il me dit.

Il sort sa bite. Elle est lourde, bien proportionnée, avec de grosses veines bleues. Il prend un mètre souple et il me dit de m'agenouiller pour mesurer sa bite. Je suis très excité par la situation mais je n'aime pas son autorité. Je n'ai pas vu beaucoup de bites mais je trouve la sienne très grosse. Je ne réagis pas, ne bouge pas, je suis juste bloqué. Il décide alors de la mesurer lui-même. Il mesure son sexe à partir de son ventre jusqu'à la pointe de sa bite : 23.2cm. Il mesure ensuite le tour de sa bite :20.4cm. Il me dit de sortir la mienne, me la touche. Il me dit :

— Tu bandes dur. Mesure ta bite !

Je m'exécute :16.1cm/12.5. Il me dit :

— T'es un petit pédé avec une petite bite.

J'étais honteux, rouge de honte, mais très excité. Il m'a fait m'allonger sur le dos dans la paille. Il enlève ses bottes, s’approche de moi, il est toujours debout. Il me demande de lui enlever ses chaussettes. Je ne réagis pas, il se débrouille tout seul. Debout il me regarde de haut. Je n’arrive pas à soutenir son regard et me détourne. Il met son pied sur ma tête, ses orteils dans ma bouche, il me demande de lui lécher les pieds. Il enlève sa salopette bleue. Il n'a pas de slip. Il s'accroupit sur ma tête, me fait renifler son cul puis se laisse tomber sur ma gueule. Il frotte son cul sur mon visage. Son cul est propre mais sent fort la transpiration. Il s’allonge près de moi, sur le dos. Il passe son bras derrière ma nuque et met ma tête sur son épaule. Il me dit de branler sa bite. Je ne réagis pas. Il prend ma main et la met autour de son sexe. Il regarde ma main sur sa bite. Il me dit :

— Elle est belle... T'arrives même pas à faire le tour... J'aime voir ta main sur ma grosse bite. J’aime regarder un petit mec s’occuper de mon gros zob.

J’étais impressionné, je trouvais son sexe très épais. J'ai éjaculé quand il m'a effleuré la bite... Il a dit :

— Dégage maintenant.

C’était ma première expérience homosexuelle. Je détestais cet homme. Je me sentais sale et j’avais honte de moi.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!