Kévin le conquérant (3)


Kévin le conquérant (3)
Texte paru le 2014-01-26 par Bobcastor   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 15 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6354 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Bobcastor.


6 Généralisation du nouvel implant

Un mois s’était écoulé et Kevin jugea que le logiciel qu’il avait fabriqué était stable et qu’il était temps de généraliser son téléchargement. Il y avait près de cent cinquante mille commandos répartis entre les vaisseaux et l’enclave. L’opération allait être difficile surtout qu’il ne fallait laisser personne seul. Kévin, Bruce et les douze commandos de la garde personnelle du maître étaient assis devant une grande table pour essayer de trouver une méthode. Kévin avait depuis longtemps la solution mais il éprouvait un réel plaisir à laisser les autres s’engluer dans les problème d’intendance. Goran derrière lui demanda s’il pouvait faire une proposition. Kévin fut surpris de prime abord, mais trouva la situation amusante. Alors que les commandos se noyaient dans l’organisation de cet évènement, c’était Goran, son esclave préféré, qui progressait de jour en jour. Il suffisait de voir comment il avait géré de main de maître la préparation et la soumission des douze nouveaux esclaves. Donc Kévin l'autorisa à parler en lui précisant que, même si sa proposition était bonne, il serait puni pour son impertinence.

CORRECTION EN COURS *********


Goran prit son souffle et présenta sa solution. Tout était clair, il avait réparti les cent cinquante mille hommes en dix groupes, avait affecté un commando de la garde privée du maître à chaque groupe. Puis il avait imaginé de faire installer un écran orographique gigantesque qui projetterait l’image de son maître, tel un dieu vivant. L’idée séduit immédiatement Kévin, il chargea Goran d’organiser cela et lui dit qu’il pouvait faire appel à toutes les ressources dont il avait besoin pour orchestrer cette cérémonie.

À peine avait-il fini de lui confier cette tâche, que le collier de Goran vira au rouge et Goran s’écroula au sol, terrassé par la punition que lui infligeait son maître. Il savait que Kévin n’avait pas le choix. Lui, un simple esclave avait ridiculisé toute la garde personnelle du maître. Goran vit que tous les commandos se délectaient de le voir souffrir ainsi. Tous sauf un. Nathan détestait ces pratiques, il n’avait jamais activé le collier de son Vartan. Et il priait le ciel de ne pas avoir à le faire. Alors que cette pensée lui traversait l’esprit, il se rendit compte que son maître était là dans sa tête et qu’il approuvait cette noblesse d’esprit.

Quand la punition fut terminée, Nathan ordonna à Vartan de s’occuper de Goran. Le jeune Kraps amena Goran dans les quartiers réservés aux esclaves, il le déshabilla, le lava et lui fit un massage tantrique qui flirtait avec l’interdiction, car les esclaves n’avait pas le droit au sexe entre eux. Ce massage remit sur pied rapidement Goran qui remercia Vartan et lui demanda s’il voulait bien être son assistant pour l’organisation de l’événement. Vartan accepta mais précisa qu’il fallait demander à son maître. Goran lui dit qu’il demanderait à son maître ce soir. D’ailleurs Goran prit la poire et s’injecta une bonne dose d’eau pour se nettoyer, il savait que son maître voulait qu’il soit propre. Il répéta l’opération tant que l’eau n’était pas claire. Puis il prit une pince à épiler et s’arracha les quelques poils qui avaient poussé depuis sa dernière épilation. Enfin, il demanda de l’aide à Vartan en lui présentant ses fesses pour vérifier et supprimer les poils qui auraient pu repousser aussi dans sa raie du cul. Ainsi propre et imberbe, il monta dans les appartements de son maître.

Quand il entra nu la tête baissée dans la chambre, son collier s’illumina en vert, son maître lui envoyait une vague de plaisir intense et doux. Le collier resta allumé ainsi pendant toute la nuit alors que son maître le prenait dans tous les sens, lui arrachant à chaque fois un orgasme. Il n’avait plus une goutte de sperme, mais son maître arrivait encore à le faire jouir. Quand son maître sortit de lui, il l'autorisa à dormir dans son lit, chose qu’il ne faisait pas souvent. Goran s’endormit au paradis dans les bras de son dieu. Au réveil, Kevin entreprit de parler à Goran. Il lui dit qu’il connaissait ses capacités d’organisation et de gestion mais qu’il ne devait maintenant en parler qu’au maître. Kévin ne pouvait, pour le moment du moins, lui permettre d’être l’égal des commandos même s’il pensait que Goran était bien meilleur. Goran en profita pour demander à son maître s’il pouvait avoir comme assistant Vartan. Kévin accepta et envoya l’ordre à Nathan. Cinq minutes plus tard, Vartan était dans les quartiers du maître et aidait du mieux qu’il pouvait son mentor.

Les deux esclaves faisaient travailler les robots pour préparer les dix lieux où tous les commandos devraient se regrouper. Le réseau de caméras fut vite installé, ainsi que les projecteurs holographiques. Il ne restait plus qu’à envoyer la convocation, mais seul le maître pouvait le faire. Goran et Vartan se dirigèrent donc vers le bureau du grand maître pour lui dire que tout était en place et qu’il ne manquait plus que la convocation et le choix du duo de commandos qui lancerait la cérémonie des noms. Tous les commandos auraient en suite trois mois pour s’inscrire sur la liste d’attente. De cette façon-là, il était possible d’exécuter correctement la cérémonie pour tous les commandos. Kévin contrôla rapidement le travail. Goran restait un genou à terre devant son maître, calmement. A contrario Vartan était rouge comme une tomate et presque tremblant devant le grand maître. Cela fit sourire Kévin qui envoya aux deux esclaves une dose très forte de plaisir. Leurs colliers se teintèrent de vert. Goran avait l’habitude de ces vagues de plaisir données par le maître. Tel un chat, cela le faisait ronronner. Vartan lui, fut emporté par cette vague de plaisir et eut un orgasme et éjacula cinq bonnes giclées dans son short. Le maître leur dit qu’ils avaient bien travaillé et qu’ils pouvaient se retirer. La convocation fut très vite envoyée. Le choix du duo, par contre, demanda un peu plus de temps. Il fallait deux jeunes commandos qui soient très photogéniques. Il fallait aussi qu’ils aient tous les deux une grosse bite et de grosses couilles bien remplies de sperme frais. Au bout d’une heure de recherche, Kévin trouva les deux perles rares. Un mètre quatre vingt quinze tous les deux, le premier blond aux yeux bleus, le second brun aux yeux verts. Ils avaient un sexe qui avoisinait les 25 cm en érection, de quoi faire crier à souhait le passif des deux. Ce travail avait excité Kévin qui alla dans sa chambre. Goran était là, il attendait son maître. En le voyant entrer, il sut tout de suite que son maître voulait du sexe. Goran s’avança et aida le maître à se dévêtir sans que celui-ci ne lui en ait donné l’ordre. Cela surprit Kévin qui se laissa faire. Il appréciait que Goran sache à chaque seconde ce que son maître voulait. Kévin entraîna Goran vers le grand lit et lui ôta son collier. Kévin lui expliqua qu’il voulait dès à présent avoir Goran libre dans son lit mais qu’il devrait remettre le collier en sortant de la chambre ou dès qu’une autre personne entrerait.

C’est donc en Kraps libre qu’il fut pris par ce maître qu’il aimait tant. Il y avait déjà longtemps que Goran avait appris à ne plus se masturber lorsque le maître le prenait. Il pouvait ainsi jouir des caresses que le sexe de son maître prodiguait à sa prostate, plusieurs fois avant que cela entraine sa jouissance sexuelle. Cependant, ce maître était infatigable et il laissait souvent Goran KO au petit matin, après une nuit d’extase.

Quelques jours passèrent et ce fut le jour de la cérémonie. Tous les commandos étaient déjà en place et soigneusement rangés. Ce fut l’heure et Kévin leur ordonna de se mettre à poil. Tous se dévêtirent très rapidement et rangèrent soigneusement leurs habits. Lorsqu'ils furent tous nus et au garde-à-vous, Kévin ordonna au jeune couple qu’il avait choisi de monter sur l’estrade. De là, tous les autres commandos pouvaient les voir. Lorsque les deux jeunes furent eux aussi en place, Kévin lança la mise à jour de tous les implants. Tous les commandos furent perturbés de se retrouver nus, ce fut encore pire pour les deux qui se trouvaient sur l’estrade et retransmis en hologramme sur les dix sites de regroupement.

Mais très vite, tous les commandos prirent conscience de leur nouvelle condition d’homme libre. Puis ils sentirent tous un besoin violent de sexe s’emparer d’eux. Alors, les 150 000 commandos commencèrent à se masturber pour la première fois. Les deux jeunes qui étaient sur l’estrade avaient reçu l’ordre de se battre en lutte et celui qui mettrait le premier un genou à terre serait le passif. Le combat ne dura pas longtemps, les deux jeunes étaient en transe tellement le besoin de sexe était fort, donc à la première attaque que le brun lança, le blond ne résista pas et plia un genou à terre. Au passage, il prit conscience que c’était son propre choix et qu’il était vraiment libre. Il resta au sol, ouvrit ses jambes pour s’offrir à son partenaire. Celui-ci, suivant les instruction de son implant, avait déjà commencé à masser l’anus de son partenaire et commençait à y présenter un doigt bien lubrifié. Cette intrusion lui fit pousser un petit cri, mais c’était bon.

Il sentit une présence dans sa tête, c’était Nathan qui lui indiquait qu’il allait l’aider à atteindre l’orgasme de la cérémonie. En même temps, le brun reçut la même connexion mais c’était le grand maître en personne qui était dans sa tête. Le brun sut rapidement que son partenaire était prêt à l’accueillir et il mit son gland devant la rondelle de cet homme qui maintenant l’excitait à tel point qu'il n’avait jamais vu son sexe aussi gros. Il poussa fort mais avec douceur et l’anus du blond s’ouvrit, laissant le passage de son gland, puis de son sexe tout entier. Cette sensation était déjà si forte pour son sexe — qui n’avait rien connu auparavant, même pas une masturbation — qu’il était déjà au bord de l’éjaculation. Il sentit l’étreinte du grand maître et celui-ci bloquer sa capacité à éjaculer pour le moment. Son partenaire était lui aussi au bord de l’explosion, tant cette sensation d’être pris l’excitait. Il perçut alors Nathan qui bloquait lui aussi la capacité d’éjaculer du passif. Ainsi soutenus, les deux jeunes commandos se lancèrent dans une joute sexuelle mémorable. Tous les commandos se masturbaient en regardant le couple faire l’amour. Leurs implants déroulaient un programme qui les synchronisait aux deux jeunes sur l‘estrade. Ceux-ci d’ailleurs hurlaient maintenant de plaisir. Le blond implorait son amant :

— Viens plus fort, ohhhh, ouiiiii, plus fort, je t’aimmee !

Et son partenaire lui répondait :

— Ouiii, tu es chaud, je t’aimmme ausssiii !

Cela faisait une heure que tout le monde était baigné dans un océan de jouissance, alors Kévin dit à Nathan de s’éclipser doucement et de laisser les deux jeunes sans soutien. Ils résistèrent encore une minute ou même deux, mais leurs cris étaient plus forts et leurs spasmes s’accélérèrent. En gros plan, tous les commandos virent le blond éjaculer sept énormes giclées de sperme qui montèrent à plus d’un mètre de haut. En même temps, le brun éjaculait dans son ami. Les implants de tous les commandos libérèrent leurs possesseurs qui éjaculèrent tous en même temps dans un cri. Il y avait du sperme partout. C’est alors que le maître prit la parole et s’adressa aux deux jeunes qui étaient encore enlacés et leur dit :

— Tous les deux, vous êtes morts en temps que commandos esclaves du grand ordinateur, et deux hommes libres viennent de naitre. Choisissez un nom. Le blond choisit Max comme prénom, et le brun, Flavio. Les deux jeunes se prosternèrent devant le maître et lui firent tous deux la promesse de se battre pour lui jusqu'à leur dernier souffle. Tous les autres commandos firent de même. Puis Max demanda au maître, par implants interposés pour que personne ne l’entende, s’il pouvait vivre avec son compagnon. Kévin lui répondit qu’ils avaient maintenant une chambre pour tous les deux, mais qu’ils étaient devenus des icônes et qu’ils devaient être dignes de cela.


7 prise de contrôle du monde des Kraps

Il fallut trois mois pour que tous les commandos aient reçu leurs nouveaux noms d’hommes libres. Ce matin-là, le conseil était réuni. Un épineux problème était débattu. Les ressources allaient manquer. La ceinture d’astéroïdes où l’enclave était installée ne contenait pas grand chose et il fallait absolument prendre au moins le contrôle d’une planète pour subvenir aux besoins de leur groupe. Toutes les propositions faites par les différents chefs commandos laissaient entrevoir des pertes considérables au sein des commandos et Kévin ne pouvait pas s’y résoudre. En se retournant il vit que Goran cherchait à attirer son attention, il avait certainement une proposition à lui faire. Kévin ajourna donc le conseil. Il demanda cependant à Bruce et Nathan de rester, puis il ordonna à Goran de parler.

Celui-ci exposa que son peuple était bien moins avancé que les commandos en terme technologique, mais que tous les guerriers Kraps étaient des combattants émérites et qu’ils étaient imbattables dans les forêts denses de leur monde. Toute tentative de débarquement se solderait par de lourdes pertes. Il indiqua aussi que son peuple se soumettait toujours au plus fort. Il fallait donc trouver un moyen de démontrer sa puissance sans combattre. Goran proposa donc que l’on détruise une planète du système pour démontrer notre puissance. Kévin trouva l’idée surprenante et terriblement efficace. Mais l’idée de tuer d’un seul coup plusieurs millions de Kraps lui déplut. Goran se rendit compte du mal-être de son maître, alors il fit apparaître le système en hologramme au dessus de la table et fit un gros plan sur la lune forestière de la planète Minos. Cette petite lune était peu habitée, moins de dix mille Kraps y vivaient, de plus sa destruction serait visible par tous les habitants de la planète mère, Minos. Ce que Goran omettait de dire, c’est que c’était là qu’il était né, que toute sa famille vivait sur cette lune, son père, sa mère et ses trois autres frères. Zaro, qui était derrière son maître ne put contenir la douleur que l’idée de perdre sa famille lui infligeait. Mais il ne dit rien.

Kévin valida donc cette proposition. On ferait une annonce au gouvernement et à la population pour les sommer de se soumettre, sous peine de voir toutes les planètes du système vaporisées les unes après les autres. Passé le délai de l’ultimatum, la lune forestière serait détruite. Kévin chargea Bruce de cette mission et ce devrait être Zaro qui parlerait aux siens. Lorsqu'ils furent partis et qu’ils furent dans le transporteur qui les amenaient vers le Croiseur interstellaire, Bruce demanda à Zaro la raison de son effroi lorsque son frère avait annoncé sa proposition. Zaro hésitait à se confier à son maître, celui-ci se fâcha et le collier de Zaro commençait à se teinter de rouge. Celui-ci se décida donc à tout raconter à son maître. La lune était le monde natal des deux frères et toute leur famille vivait sur cette lune. En racontant cela, Zaro se mit à pleurer, son maître ne put que le prendre dans ses bras pour le consoler. Bruce informa, via son implant, Kévin de ce que Zaro venait de lui dire. Kévin décida d’extraire la famille de Goran en secret. Il envoya un groupe de commandos à bord de son vaisseau invisible. Ils avaient 24 heures pour réussir cette opération. Il ne leur fallut que trois heures pour repérer le village, un des commando était équipé d’un bouclier d’invisibilité. Il put donc vérifier que toute la famille était au complet devant leur téléviseur, lorsque le visage de Zaro s’afficha et annonça la terrible nouvelle. Le commando glissa une grenade anesthésiante dans la maison et en quelques secondes tous les Kraps dormaient. Les commandos les prirent sur leur dos et rejoignirent le vaisseau. Le chef du groupe informa Kévin que toute la famille de Goran était maintenant hors de danger.

Bien évidement, le gouvernement du monde des Kraps ne crut pas à l’annonce qui leur avait été faite et déclina l’offre faite par Kévin. Le lendemain à midi, le croiseur s’approcha de Minos, les petits chasseurs Kraps tentèrent de repousser l’attaque, ils furent déchiquetés en mille morceaux en quelques secondes par les chasseurs commandos. La voie était libre et Kévin donna l’ordre de déployer le canon à ions. Quand celui-ci fut en place, Kévin lança le protocole de mise à feu. La base du canon commença à se teinter de rouge de plus en plus ardant et soudain un rayon sortit du canon et frappa la lune forestière. En quelques secondes, celle-ci devint toute rouge aussi et explosa en des millions de petits morceaux. Goran pleurait dans un coin, essayant de cacher sa peine à son maître. Instantanément le communicateur du super croiseur se mit à sonner, le gouverneur du monde des Kraps annonça que toutes les planètes du système se soumettaient. Kévin constata alors que la guerre était gagnée avant même d’avoir été livrée. Il vit, dans son coin, Goran qui pleurait. Il ordonna à Bruce de venir le rejoindre avec Zaro puis il ordonna au Chef des commandos qui avaient extrait la famille de Goran de venir avec elle sur le champ. Quand tout le monde fut prêt, il appela Goran en lui disant :

— Tu n’aurais pas oublié de me dire quelque chose au sujet de la lune forestière ?

L’esclave tomba à genou, en pleurs devant son maître et dit :

— Si, mon maître, c’était mon monde natal et toute ma famille y vivait. Mais je ne pouvais pas vous le dire, cela aurait pu vous décourager d’agir.

Kévin fit entrer son Fère Zaro. Goran supplia son frère de le pardonner et Zaro tomba à genou, lui aussi pour essayer de consoler son frère. Kevin fit entrer la famille Kraps dans la pièce, ce fut Zaro qui aperçut son petit frère de 9 ans qui était en tête du groupe. Il se leva et alla à leur rencontre. Goran vit quelques secondes plus tard, lui aussi, que toute sa famille était vivante. Avant même de les rejoindre, il alla se prosterner devant son maître en lui disant :

— Maître, je vous aime, vous me faites le plus beau des cadeaux.

Kévin sourit et ordonna à Goran de rejoindre les siens.