L'échange


L'échange
Texte paru le 2012-03-25 par Jill   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive



Cet auteur vous présente 81 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 10445 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Jill.


— Papa, j'ai quelque chose à te dire.

— Vas-y fiston.

— Tu te rappelles de Nico ? Il est dans ma classe au lycée.

— Ah oui, il est très gentil.

— Et bien, on s'aime.

— ...

— Tu réagis pas plus que ça ?

— Ecoute, si tu es heureux, et je sais que quand on est amoureux on l'est, et bien je suis heureux aussi.

Voilà comment se déroula cette annonce somme toute bien ordinaire. Je vivais avec mon père et Sandrine la nouvelle copine de ce dernier qui venait de s'installer et on s'entendait très bien, nous avions toujours eu des discussions très libérées. Cela dit, je n'avais pas prévu ce qui allait arriver quelques jours plus tard.

— Julien, tu as du temps à me consacrer ?

— Oui bien sûr papa.

— Je voudrais qu'on reparle de ce que tu m'as annoncé, tu sais à propos de ton copain.

— Ok, qu'est-ce que tu veux savoir ?

— Et bien, chez nous on est, ou plutôt on était, hétéro de père en fils et c'est vrai que j'ai un peu de mal à imaginer... Excuse-moi d'être direct, comment vous faites l'amour ?

— Euh, tu as déjà dû voir des films avec des scènes gays ?

— Oui, enculer un mec ça doit pas être trop différent de le faire à une femme mais sucer une bite...

— C'est un peu comme une grosse sucette, sauf qu'à la fin tu as du jus qui coule.

— Mais les seins, ça ne te gêne pas de ne pas avoir une belle grosse paire à caresser ?

— Non pas du tout, tu sais des pectoraux bien durs, c'est très agréable.

— Moi je bouffe la chatte de Sandrine et je ne pourrai pas m'en passer, d'autant qu'elle suce très bien.

— Oui mais entre hommes on sait quels sont nos désirs.

— Ecoute j'aurais une proposition à te faire.

— Vas-y.

— Les femmes ne t'ont jamais fait envie ? Tu ne veux pas tenter le coup ?

— Pas vraiment.

— Je voudrais te proposer d'essayer une soirée avec Sandrine et en échange moi j'essaierai avec Nico.

— ...

— Je vois que ça te surprend, mais après tout ton copain est peut être attiré par moi. Et puis j'y pense d'ailleurs, je t'ai peut être déjà excité ? Oedipe ça ne doit pas être que fille-père ou fils-mère ?

— Ecoute j'ai jamais vu les choses comme ça et je ne sais vraiment pas quoi dire.

— Allez, dis oui, demande au moins à ton copain.

Je m'exécutai et Nico, lequel en effet avait craqué sur mon père dont il adorait les cheveux argentés dit oui tout de suite. De mon côté, la proposition paternelle m'avait soudainement ouvert les yeux. On faisait des activités, du sport ensemble, mais jamais je n'avais eu le moindre regard sexuel sur lui. Et là, la fameuse soirée approchait. Papa m'avait prévenu que Sandrine était très excitée. Comme beaucoup de femmes, elle fantasmait sur les homos et adorait voir les mecs s'embrasser.

Le moment arrivé, nous étions tous les quatre dans la chambre de mon père, juste vêtus de sous-vêtements. Nico y alla direct, il commença à caresser le boxer de mon père qui se tendit rapidement, Sandrine entreprit de faire de même avec moi. Ses mains étaient extrêmement douces. Très vite Nico se mit à sucer papa pendant que je me faisais pomper à mon tour par sa copine. Hélas je n'avais qu'une demi-érection. Sandrine se positionna de telle façon en 69 que je pus commencer à la lécher. Je me disais dans ma tête, tout en fermant les yeux, que c'était la raie de mon copain mais j'avais vraiment du mal. A un moment j'entrouvris les yeux. Nico était en train de se faire sucer et j'étais placé à quelques centimètres de la queue bandée de mon père. Je sentis tout de suite le sang affluer dans ma bite et Sandrine accélérer le mouvement. Je m'approchai encore plus ses grosses boules et je mourais d'envie de les prendre en bouche, mais un changement de position m'arrêta. Nico et Sandrine étaient désormais allongés côte à côte. Papa avait remonté les jambes de mon copain sur ses épaules et avait entrepris de le sodomiser. De mon côté, je me perdais plus ou moins entre les cuisses de Sandrine. Pour me donner de l'entrain, j'embrassai Nico qui gémissait. Mais Sandrine nous sépara et se mit à lui rouler une pelle. Papa m'avait placé son bras sur l'épaule et pendant que nos deux partenaires que nous pilonnions se galochaient, il me serra contre lui et me fit même un petit baiser dans le cou. Embrouillé que j'étais, je lui rendis son baiser mais les lèvres fermées contre les siennes. Nous changeâmes à nouveau de position. N'y arrivant vraiment pas, Nico qui avait la bite extrêmement rigide prit ma place dans la chatte de Sandrine tout en gardant la queue de mon père dans son cul. Il me suçait en même temps ce qui me "ranima". Nous approchions tous de la jouissance, nos gémissements devenaient de plus en plus frénétiques. A un moment Sandrine me reprit en bouche, j'allais jouir. Je me remis à embrasser Nico et après quelques minutes je sentis que je me vidai. Sandrine jouit alors pendant plusieurs minutes, la tête en arrière et les yeux révulsés, pendant que Nico l'inondait à son tour et que mon père remplissait les intestins de ce dernier.

Tout s'était passé sans absolument aucun contrôle. Nous prîmes quelques instants de repos. Nico et Sandrine semblaient avoir envie de remettre ça. Je partageais avec mon père le tic de prendre douche sur douche, notamment après l'amour. Nous filâmes dans la salle de bain. Mon père était ravi. Je le voyais désormais avec d'autres yeux, sa belle bite, magnifique et encore un peu épaisse de l'épisode précédent attirait mes regards. Il me serra contre lui en me soufflant un "merci" dans l'oreille et entra dans la cabine. L'eau coulait depuis quelques instants et je sentais ma bite se redresser, avide d'autre chose. Plutôt que d'attendre, je décidai de le rejoindre. Je me penchai d'emblée pour lui sucer le sexe. Il se laissa faire. Une fois parvenu à l'état d'érection qui me convenait, je me retournai contre la cabine et je le guidai en moi...


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!