L'anniversaire qui se finit dans la Twingo!


L'anniversaire qui se finit dans la Twingo!
Texte paru le 2012-09-26 par Maximoo   
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3597 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Maximoo.


Lorsque Colonel Reyel chantait "Aurélie n'a que 16 ans et elle attend un enfant...", je me disais juste, quelle cruche, comment peut-on faire ça, il faut être stupide pour se laisser engrosser, surtout dans notre société tant médiatisée...

Je m'appelle Max, et un beau jour de mai, alors que je m'ennuyais, j'ai été faire un tour sur mon compte d'un site de rencontre gay, bi.... Je regardais les nouveaux inscrits... Et c'est ainsi que mon histoire avec Bastien, jeune Nimois, barbu, musclé et poilu comme il faut, ni trop, ni trop peu, commença. Il avait un an de moins et s'était prétendu bi.

Nous nous sommes rencontrés la première fois dans ma maison de vacances au bord de la mer, seuls... J'aime autant vous dire que la semaine fut intense, de vraies salopes en chaleur nous étions, à baiser trois à quatre fois par jour! Mais je ne raconterai pas tous les détails de cette semaine maintenant!

C'est évidemment par la suite que je suis descendu chez lui, dans le Sud de la France, pour 10 jours. On ne s'était pas vu depuis 15 jours à cause de la distance qui nous sépare. À mon arrivée à la gare, il m'annonça que nous devions nous dépêcher car un anniversaire surprise d'une amie à lui était organisé. On est donc vite rentré chez lui, on s'est changé et on est reparti... Et la je me suis dit: "Il est sérieux le jeune homme, il ne m'a pas vu depuis 15 jours, je suis en manque terrible de lui et il m'emmène a un anniversaire où il n'y aura que des étrangers pour moi!? Vive les retrouvailles..."

Mais ça, c'était sans compter sur les bonnes idées de Bastien... En effet, après avoir bu quelques verres de vodka, Bastien m'annonça qu'on allait rester ici, mais que pour ne pas être avec les autres, on irait dormir dans sa voiture, le premier modèle Twingo, dont les sièges sont complètement rabattables. Je feins donc vite une fatigue soudaine et il m'amena à la voiture qu'il avait déplacée loin sur le parking, pour ne pas être gêné par les gens de la fête... On s'est donc mis en boxer, et hop sous le drap! Je l'embrassai et lui souhaitai une bonne nuit puis je me suis tourné de l'autre côté en maudissant ma négligence. En effet, j'avais oublié le lubrifiant dans la valise, c'était donc foutu pour une nuit d'amour. Seulement Bastien en avait décidé autrement...

Des mains baladeuses sont venues courir sur mon dos, puis, me saisissant les hanches, me firent me retourner vers Bastien. Il était là, collé à moi, son corps bouillonnant, et enfonça sa langue qui était aussi chaude, au fond de ma bouche, tout en commençant à passer une de ses mains dans mon boxer, palpant ainsi mes fesses. Notre baiser n'en finissait plus, et je sentis alors qu'il commençait à me doigter, quelle agréable sensation! J'avais la trique, un truc de dingue, et lui avec, c'est logiquement que je lâchai sa langue pour descendre le long de son corps musclé, léchant ses tétons, puis ses abdos... J'ai tiré l'élastique de son boxer et l'ai fait descendre en bas de ses jambes, laissant la place au monstre de s'exprimer, une bonne grosse bite de 24cm en érection!à

Je me régalais à lui tailler une bonne pipe, étant spécialiste de cette discipline, je savais comment le satisfaire! Je jouais avec ma langue qui venait agacer son frein et son gland comme il aime, tout en le masturbant et de mon autre main, tantôt je lui caressais les couilles, tantôt je lui enfonçais un doigts dans son p'tit cul serré. Entendant ses petits gémissements, je comprends qu'il est assez excité, et que la charge ne va pas tarder à m'arriver dans la bouche! Que c'est rapide, me voilà la bouche pleine, son sperme chaud coule jusqu'au fond de ma gorge et je l'avale en le regardant droit dans les yeux, ce qui le fait sourire. Il me fait remonter pour m'embrasser et m'attrape le visage, me le fait tourner, et là, il me glisse à l'oreille:

— Mon salop, c'est que le début, laisse-moi le temps de retrouver mes esprits, et je te fais ta fête!

À ce moment précis, j'ai repensé à mes inquiétudes du début de soirée, et finalement, décidai d'oublier et de profiter. Après quelques minutes, Bastien me sauta dessus, me plaquant contre le siège, puis à son tour, me tailla une bonne pipe. Il me masturba à fond, et mon sperme vint s'étaler sur mon ventre. Il souleva ensuite mes cuisses, et commença à me lécher le cul. J'aime tellement, il a du talent pour ça, il kiffe tellement me le bouffer mon p'tit cul de salope! Il leva la tête un moment et me dit:

— Mon Dieu que c'est facile de t'exciter, même pas besoin de te mettre 36 doigts, le petit de tout à l'heure a suffit, t'es excité mon cochon, ça s'annonce plutôt bien, j'ai envie de te mettre cher !

J'avais compris ça... Et logiquement, Bastien, se masturba et me dit :

— Fais gaffe, tu risques de le sentir passer, dis-toi que t'es ma petite salope en rut et que je vais te donner tout le plaisir que ton corps me réclame!

— Ouh, doucement, lui dis-je, tu vas me déchirer de l'intérieur sinon!

— Mais non t'inquiète, je vais prendre soin de toi, je sais te prendre comme il faut!

En effet, Bastien connaît parfaitement mon corps, et c'est ainsi que son pénis en érection s'enfonce à sec dans mon cul. Que c'est bon, c'est même meilleur que d'habitude, quelle sensation! Jamais j'ai ressenti ça avant ! Il commence les va-et-vient tout en attrapant mon pénis pour me masturber. Il aime ça le con, m'enculer et me rendre dingue. Je suis un putain d'heureux, et les amortisseurs de la voiture ne diront pas le contraire ! Les vitres sont complètement en buée à la Titanic, et à ce moment, je le sens bien le Titan qui me nique !! Ses joues rougissent et je sens que mon cul lui fait du bien, il ralentit, respire, m'embrasse, et me susurre que c'est bon et que ça monte vite. Après quelques minutes, je sens qu'il va trop bien et qu'il en souffre :

— Putain c'est que c'est trop bon, je vais tout lâcher...

Il retire son engin de mes entrailles :

— Hummmmmmmmm...

Le sperme a fait son chemin depuis ses bourses jusque sur mon corps. J'en ai partout, le torse, même dans le cou et sur les joues! Sa main est gluante, chaude, et je la sens alors sur ma bite. Il me masturbe à nouveau avec une telle frénésie, et sans que j'ai le temps de prononcer un mot, il s'exécute et me suce. Dans un élan de créativité, on s'aventure en 69, et je suce son gland encore juteux puis il me supplie d'arrêter pour qu'il se concentre sur moi. Il me fait du bien le con, trop de bien... Le voilà lui aussi avec ma charge dans la bouche. Il avale et se remet de son côté.

Ce soir là, il faut l'avouer, j'ai pris mon pied comme jamais je ne l'ai pris de ma vie. On boit un coup d'eau, on s'embrasse; nous échangeons nos salives et nos sueurs avant que l'un et l'autre nous endormions.

Il ne faut jamais sous-estimer l'imagination de son partenaire et surtout, ne jamais juger, car au final, maintenant je suis une petite salope d'Aurélie moi aussi !


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!