L’ami venu d’ailleurs (19)


L’ami venu d’ailleurs (19)
Texte paru le 2013-11-05 par Jules1291   Drapeau-ch.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 344 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3647 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Jules1291.


1er août 2033 – Épilogue : vingt ans après

Celait faisait vingt ans que nous nous étions rencontrés. Nos trois enfants, Xavier, Xan et Xuan, étaient maintenant grands et allaient bientôt nous quitter pour vivre leur propre vie. C’était l’anniversaire de l’aîné, il avait 18 ans.

Daniel n’avait plus beaucoup de travail en tant qu’ambassadeur, il s’était beaucoup occupé des enfants. Je l’avais formé à faire des massages et maintenant c’était surtout lui qui recevait les clients. Je m’étais remis à l’informatique et je prenais quelques mandats pour passer le temps.

Nous étions retournés plusieurs fois sur Xénix, d’abord pour chercher nos autres enfants, puis leur montrer le monde d’où venait un de leur père. Mais ces dernières années, Daniel n’avait plus envie de retourner sur sa planète natale. Nous allions en vacances au Québec, les enfants adoraient cette vie sauvage au bord du lac, ils campaient devant la cabane car nous n’avions pas assez de place.

Comme chaque année, nous avions décidé de retourner à la gare avec les enfants pour fêter le vingtième anniversaire de notre rencontre.

Nous sommes dans le hall vers 19 heures, je demande à Daniel :

— Te rappelles-tu de l’heure exacte ?

— Non, pas exactement.

La gare n’avait pas changé, peut-être juste un coup de peinture. Après ces quelques minutes de nostalgie, même pas très émouvantes, nous demandons aux enfants où ils veulent dîner. Le cadet veut aller au McDo, l’aîné préfère un nouveau restaurant gastronomique qui venait d’ouvrir. Nous optons pour le second, c’est quand même un jour de fête.

Après un très bon repas, alors que nous buvons le café, Daniel nous dit :

— Mon cher Pierre, mes chers enfants, j’ai une grave nouvelle à vous annoncer.

— Es-tu malade ? demande le cadet.

— Non, je vais bien. Mais je n’ai plus eu de contact avec ma planète depuis plus de six mois.

— Que s’est-il passé ? demande l’aîné.

— Je ne sais pas, j’ai pensé qu’il y avait un problème technique, mais ce serait maintenant réparé.

— Et qu’est-ce que cela signifie ?

— Eh bien je ne suis plus ambassadeur, les instructions sont strictes. J’ai envoyé une lettre au Président de la République, je lui ai expliqué la situation, et j’ai demandé l’asile.

— Demandé l’asile ?

— Oui je suis apatride.

Nous sommes tous consternés, mais en fait cela ne changera strictement rien. Notre vie restera exactement la même.

Que vous-dire de plus ?

Daniel a rapidement obtenu l’asile et même la nationalité française. Quelques années plus tard, un journaliste a tout découvert. Daniel a été la vedette internationale pendant quelques semaines, donnant des dizaines d’interviews, mais il n’a pas tout révélé, et surtout pas ce qui suit.

Nous avions pris l’habitude de nous promener les soirs de beau temps et de contempler le ciel étoilé. Daniel me montrait alors une étoile, et me disait :

— Tu te rappelles de ton séjour là-haut ?

Je sais qu’il consultait toujours une carte du ciel avant et qu’il me montrait la bonne direction. Quelques mois après le vingtième anniversaire, nous étions assis dans un parc et nous regardions le ciel. J’ai demandé à Daniel :

— Tu peux maintenant me révéler pourquoi tu as été nommé Ambassadeur si jeune et quelles étaient tes véritables fonctions ? Sans vouloir te vexer, j’ai l’impression que ce poste était une sinécure.

— Tu as raison. On voulait seulement se débarrasser de moi. Tout le monde savait que j’avais un grand potentiel et que je pourrais devenir un Haut Dirigeant. Si beaucoup ont apprécié que je te ramène dans mes bagages, ils ont moins aimé nos relations intimes. Souvent, les humanoïdes des autres planètes sont considérés comme des sous-races. Ils devinaient bien qu’une fois sur la Terre je ne reviendrais jamais vivre sur Xénix, beaucoup d’Observateurs ont fait défection. Les Terriens s’intéressaient surtout à nos techniques. J’ai tout de suite dit que je n’étais pas un scientifique et que je ne connaissais rien. J’ai aussi expliqué que j’avais une arme implantée dans mon corps, l’équivalent du pendentif, et que quiconque utiliserait la violence contre moi serait annihilé, de manière douce ou forte. J’ai même fait une démonstration.

— Tu ne me l’avais jamais dit.

— Tu sais aussi que nous avons trouvé un antidote grâce à toi et que nous pouvons boire de l’alcool, il y avait chaque mois un vaisseau-cargo qui quittait discrètement la Terre pour Xénix chargé de vin et de champagne, j’ai aidé la viticulture française, hélas provisoirement, c’était pour finir ma seule fonction.

— Tu as sacrifié ta carrière pour moi.

— C’est n’était pas un sacrifice très douloureux. Et pourtant, tout le savoir de Xénix était bien sur la Terre, ils auraient pu le trouver grâce à moi.

— Dans la deuxième salle sous la cabane ?

— Oui, c’était une copie de toute la technologie de Xénix, les secrets pour les voyages interplanétaires, les ondes télépathiques et tout le reste. Après 10 ans sans contact avec la planète, les données auraient été transmises aux Terriens. Toutes les universités de la Terre auraient reçu une partie des informations, mais elles auraient dû s’entendre pour reconstituer le puzzle. Je pouvais accéder à l’ordinateur pour le contrôler, mais ni pour lire les données, ni les modifier.

— Pourquoi parles-tu au passé ?

— Peu avant la perte de contact, toutes les bases de données ont été détruites, les mémoires sont vides. Je n’ai pas beaucoup de connaissances en informatique, mais j’ai trouvé qu’un script avait été modifié, et ce script a supprimé les fichiers et réinitialisé les disques.

— Certainement un virus, c’est peut-être mieux ainsi. Nous ne saurons jamais qui a introduit ce virus.

— Ce qui m’inquiète, c’est que ce virus a certainement détruit tous les ordinateurs de Xénix.

Daniel n’a plus jamais eu de contact avec sa planète natale.

FIN

NDA : Voilà, c’était la fin officielle de mon roman-feuilleton. Si vous êtes satisfaits, arrêtez de lire ici. 
Si vous désirez une fin alternative, attendez la suite. Mais je vous préviens, 
il y aura un Deus ex machina qui interviendra et qui modifiera tous les rapports de force.
À suivre…