L’arcane des 4 portes.(03)

L’arcane des 4 portes.(03)

Chacun en l’état nous franchissons silencieusement le second portique « es-cursion » Une irruption pénétrante en zone ennemie à la manière de cette incursion dans cette salle qui avait tout d’un grand cabinet d’examen médical, où une affiche provocante annonçait :

« L'homme bien portant est un malade qui s'ignore…» dans le Triomphe de la médecine de Jules Romains. Ajouter à cela comme une odeur d'infirmerie et nos images mentales qui sentaient les visites médicales les plus extravagantes !

Faut dire que « Berger solitaire » et « Dragon éclair » toujours en tenue spartiate ouvraient le passage, encadrant serré, « Thoracix-Cage » toujours revêtu de son slip blanc accordéon, suivaient Lionel Gerfaut alias Belette des marais, Clou de Bandar  et moi-même, Aigle pourpre, tous les trois entièrement nus portant les traces de notre éjaculation.

On nous fit asseoir et Faucon Perçant ordonna à Thoracix-Cage de s’approcher de lui.

- Je t’avais dit : « T’inquiète ton tour viendra ! Chose promise chose due c’est ton heure ! Lui lança Faucon Perçant. Je vois que tu as bien souillé ton slip. Approche. »

 Faucon Perçant posa ses mains sur les hanches saillantes de ce dernier. Puis lui baissa le slip, et lui demanda de l’enlever entièrement. Tu n’en auras plus besoin pour un bon moment ! Sans sourciller il lui saisit le sexe, lui infligea une série virile de décalottages sauvages. Il malaxa ses testicules interminablement sans ménagement !

Ce petit jeu fut interrompu par la porte qui s’ouvrit : un nouvel arrivant. Il nous fut présenté : « Julien ancien Compagnons des Aigles initiés un habitué de ce repaire du « Gyrfalcon. » Il est en fin d’étude de médecine, il est doué et strict à peine abrupte comme c’est nécessaire avec vous. Il va donc vous examiner pour valider votre dossier médical. »

Voilà Julien ! Ils sont tous en tenue pour la séance tu n’auras pas de temps à attendre les déshabillages interminables et maniérés. En plus ce sera visite collective, ces jouvenceaux doivent apprendre à ne rien cacher ! Je te laisse le premier qui n’avait pas encore déclaré son capital dissimulé entre ses jambes. Quand tu arrivais je venais juste de lui dégarnir le bas ! Tiens regarde son slip -lui dit-il- en lui tendant le sous vêtement encore humide. Détail cynique qui n’échappa pas au jeune toubib. Il le porta sous son nez, : « hum tu viens juste d’éjaculer, dis donc ! C’est plus tôt signe de bonne santé ! »

Ils se sont tous laisser aller dans la salle es-pression… la pression a été trop grande pour eux, mais il te faudra vérifier leur bon fonctionnement quand même ! »

OK dit Julien, tu veux que je te dise si tu as des éjaculateurs précoces ! Tu me laisses la main !  Dit-il en ouvrant son fourre-tout de docteur.

Il sortit l’inévitable stéthoscope qu’il mit autour du cou ! Puis se tournant vers son premier cadet, lui ordonna de se coucher sur le dos sur la table d’examen.

-Tu t’appelles comment toi ?

- Thoracix-Cage

- Bien efflanqué, tu portes bien ce totem -sourit-il- ! Il lui commanda fermement de se détendre et de rentrer son ventre un max. D’habitude on dit cela aux bedonnants ! Il lui fit tenir la pause, forçant encore son ventre qu’il repoussait au plus profond, pour faire apparaître les côtes qu’il était facile de compter une à une…  il demanda à Dragon éclair d’immortaliser la position avec son portable.  

- Allez maintenant dévoile-nous ton intimité.

L’obligeant à écarter les cuisses au maximum le toubib mit sur le devant l’intime de ce jeune à la puberté certaine

La rendre publique dans le cercle du Gyrfalcon faisait œuvre de transparence et d’initiation. Au-delà de cette épreuve l’intime ne peut pas faire l’économie du jeu des relations. - Thoracix-Cage se sentait-il impudique ou consterné ou honteux ? En tout cas, c’est au regard des autres qu’il avait tel ressenti ! « Nul ne porte pudeur ou honte tout seul. »

Le jeune toubib demanda l’aide des auxiliaires, Berger solitaire et Dragon éclair, qui lui saisirent les chevilles, écartèrent ses jambes et les basculèrent par-dessus les épaules, d’une façon maximale et indécente.  De quoi faire bander le premier venu qui pourrait plonger le regard entre ces cuisses écartées, dévoilant la rosette et ses stries délicates, que l’on imagine volontiers gourmande d’un gland en pleine forme ! Nouvelles photos.  

Il travailla aussitôt les testicules et le pénis bien décalotté. Il titilla la petite rose de chair qui garde l’entrée de son anus dont on ne saurait dire avec certitude si elle avait déjà fait l'expérience de la chose qui passe ! Mystère ?

- Parfait debout ! On poursuivra ce travail d’assouplissement plus tard. Pour le moment direction la toise, la balance et la spirométrie. Les examens s’enchainèrent pour lui et chacun de nous qui suivions.

Puis à tour de rôle on devait passer devant Berger solitaire. Là debout nous eûmes droit à un moment de masturbation pour permettre une mesure de notre sexe dressé décalotté, longueur, diamètre, etc. Le résultat tomba : J’appelle sur la table d’examen en premier la queue la plus courte. Une voix retentit : Aigle pourpre ! Je me levai donc de ma chaise et me présenta nu devant ce toubib que je n’avais jamais vu. Il me mata du haut en bas devant et derrière. Puis le toubib me fit asseoir sur la table d’examen. Il teste mes réflexes avec son marteau. Puis opération tension. Et enfin auscultation des poumons dans le dos « respire par la bouche à fond. » Puis le médecin signifie énergiquement que je dois me remettre debout, faire face à lui, pour l’auscultation du cœur. S’en suit un : - « Allez à toi, grimpe sur la table ; allongé ! »

J’étais maintenant placé sans protection. Pas tant à l’aise que cela !

Je suis sommé de m’installer sur le dos avec les mains sous la tête. Il me demande d’ouvrir les cuisses accompagnant sa demande par un geste ferme exercé sur mes genoux. Puis il commence une longue palpation sous le cou, aux aisselles, il s’arrête sur les mamelons, insiste, pince, triture sans ménagement jusqu’à ce que je réagisse. Au fur et à mesure mon sexe s’est remis à gonfler. Forcement ! Il est libre de se dresser entre mes jambes ouvertes et exposées à tous les regards ?

Le voilà qui palpe mon abdomen, ses mains font le tour de la ceinture, appuient fortement sur l’abdomen. Puis glisse petit à petit jusqu’au bas ventre, frôlant mon sexe tendu, et farfouillant le pubis. Puis il isole d’une main mon pénis, palpe mes testicules de l’autre, les étirent me faisant sentir une tension sur le gland décalotté. Il insiste, palpe et comprime mes couilles une par une, au creux de ses mains. Mon corps réagit par de légers soubresauts. Je souffle. Il s’en aperçoit et insiste encore.

- J’ai hâte de voir réagir ce candidat dans la « salle es-calade » qui fait peiner et suer les candidats, par quelques supplices, épreuves, tests bien sentis ! Bon alors je dois encore vérifier son orifice et son trou. Allez les aides soulevez ses jambes, écarts maximums, libérer son entrée. Montrez-nous ses attraits confidentiels !  Il s’avança enfin, après un instant qui me parut une éternité, le temps d’enfiler des gants il vint tranquillement titiller ma rondelle de son doigt ganté et lubrifié. Son doigt pénétra facilement, je sens une petite brulure. Pas de douleur, la honte d’être ainsi exposé et travaillé aux yeux des autres. C’est la première fois que cela arrivait en présence de spectateurs. Je jetai un coup d’œil vers eux pour m’apercevoir que tous les trois bandaient devant le spectacle. Il enfile son doigt, encore et encore, insiste au fond, touche ma prostate, puis rapidement il lance « vas t’asseoir et au suivant »

C’est au tour de Clou de Bandar ! « Allez jeune homme, bandar c’est un joli singe ! Et chacun peut voir qu’il a déjà une belle érection ! Tu as une fine bite drôlement bien décalottée, rose et bien longue ! C’est un vrai dard qui doit piquer ? Tu enfonces ce clou dans les fesses des copains ?

- euh…

- Réponds quand on te parle !

- Oui ça m’arrive ?

- OK tu choisis quel compagnon pour nous faire une démo ?

 - ???…

- Réponds quand on te parle ! Sur qui tu fais ton choix ?

- J’ai tous les choix ?

- Absolument, excepté Faucon Perçant

- Alors tu penses à qui ?

- à Berger solitaire 

- Parfait tu l’auras tout à l’heure si tu réussis ton examen médical. Allez magne-toi sur la table à quatre pattes.

Prise de température à l’ancienne c’est la plus fiable un thermo enfoncé dans tes fesses bien à fond. Et hop ouvre la bouche tu vas avoir un second thermomètre !

En attendant il nous expliqua les différentes méthodes et leur plus ou moins grande fiabilité !

Il préconisait la méthode anale. La plus fiable dit-il !

Puis il retira les thermomètres et énonça les résultats : 37,4 dans ton cul  et « 36, 8°C dans ta bouche. C’est bon. Tu n’es pas en chaleur… quoique, sourit-il !  

- Pendant que tu es en position je vais titiller ta prostate. S’ensuit un long et lent toucher rectal qui lui provoque rictus et érection ! .

-       Dis donc tu es serré. Tu as déjà été sodomisé ?

-       Non jamais !

-       Tu es actif mais pas passif ?

-       Oui c’est plutôt comme ça !

Quelques sourires retenus furent osés sur nos visages !

-Ah Ça vous fait rire petits joueurs ? Alors que ceux qui sont vierges du cul se lèvent !

Je me retrouvais aussi debout ! Seul ! Ah non je n’avais pas vu Faucon Perçant !

Et en retard Thoracix-Cage se lève aussi ! Je ne pouvais ne pas revoir sa belle petite rose de chair. Le mystère était levé !

-       Tu vois Clou de Bandar tu n’es pas le seul ... c’est bien on supporte mieux à plusieurs ! OK ici on aime les mecs complets ! Vous savez donc ce qui vous attend ?

-       Non, s’il vous plait, pas cela lança Clou de Bandar.

-       Ce n’est pas toi qui décide

-       Qu'en pense Faucon Perçant

-       Je me répète mais j’ai hâte de voir réagir aussi ces candidats négligés … dans la salle  « es-calade »… Et s’il faut donner l’exemple vous pourrez compter sur moi !  

La sentence coupa court à toute discussion en même temps nous devinions de mieux en mieux la suite !

Le candidat sous l’inconfort des projecteurs, du se relever et se tenir debout pour auscultation du dos, du cœur, palpes des couilles, décalottage, qu’il était par ailleurs inutile à provoquer; son gland rosé exprimait tout sa sensibilité, quand l’examinateur saisit l’extrémité de sa verge et massa son frein, notre ami Clou de Bandar se tortilla et voulu esquiver ce toucher trop sensible.   

Va ! On accélère : au suivant ! Le nom du dernier stagiaire retentit : Belette des marais

Sûr de lui et déterminé, toujours stoïque il est de nouveau face à tous, nu comme il se doit !

Son anatomie est proportionnée, élégante : un joli mec. La poitrine et le ventre à peine duveteux, le pubis élégant orné d’un triangle irréprochable de poils pubiens, denses, frisés et assez courts, un sexe bien proportionné dont l’extrême est entièrement recouvert du prépuce ; voilà l’homme, avec des bourses lourdes peu poilues et pendantes, parfaitement détachées ! S’il y avait un regret, ce serait  ses fesses un peu trop plates !  Mais nul n’est parfait ! En tout cas il en impose !  

- Approche lui demande le toubib-  tu me sembles très sûr de toi !

Mains sur la tête, écarte tes jambes ! Regarde-moi. Tu ne sembles pas impressionné !

- Non j’ai déjà passé l’exercice l’an dernier.

Faucon perçant lui expliqua la raison de sa récidive !

- Allez, avance ! Belette des marais, avance, je vais pouvoir être plus persuasif avec toi si tu as l’expérience, décalotte ta bite un max et tiens-toi droit et immobile !

Lionel obéit sans sourciller et fit apparaître son gland violacé à peine serré. Le docteur s’approcha et saisit son sexe se baissa pour le sentir. Il repoussa un peu plus le prépuce et lui fit remarquer qu’il n’était pas clean à 100%. Le toubib se releva, lui demanda de tenir la bouche ouverte. Il sentit sa cavité buccale. OK là ça va ! Voyons l’autre bouche penche toi mains sur tes chevilles en écart. Son anus était tout ouvert. Il passa le doigt, sentit sa rosette puis il eut droit aussitôt à un énergique toucher rectal.

Il n’échappa pas à l’auscultation, à la vérification des réflexes et au palpe énergique des abdos et du bas ventre. Il subit encore alternativement un traitement énergique de ses tétons et de ses bourses, qui lui donna une érection extrême généreuse exploration de ses organes sensibles, de quoi lui provoquer d’évidentes contractions sur le visage.

Faucon tu vas pouvoir compter sur lui il se maitrise et il encaisse, le passage dans la salle le des « es-preuve » sera déterminante ! J’ai une dernière chose à vérifier, lui dit-il sur un ton autoritaire !

Il semblerait que tu as eu, il y a peu de temps une éjaculation abondante, j’en vois encore des traces, du sperme plus ancien et du récent. Je dois donc m’assurer que tout va bien du côté éjaculation.

Le toubib se retourne de nouveau vers nous. Que ceux qui n’ont jamais recueilli du sperme dans leur bouche se lèvent ! Thoracix Cage fut le premier debout. Et le seul !

Alors pas le choix je te confie la mission de capter l’émission de son jus en intégralité dans ta bouche, tiens-toi prêt ! Le toubib fit allongé Lionel sur la table. Les deux acolytes toujours de service lui firent prendre la position d’exhibe complète. Julien se mit à travailler les grosses couilles de Lionel, il maintenait son sexe hyper bandé, décalotté, et doucement introduit son index de sa rondelle. Belette des marais s’émut, son corps se tendit, sa respiration s’accélérait, le sang se concentrait dans son organe dur, et montait même au visage, des perles brillantes de sueur trahissaient un travail profond de son corps en tension. Malgré sa maitrise Belette des marais, perdait de son assurance impassible, l’émotion le submergeait, le tiraillement et la honte peut-être le gagnait ! Il pose à nouveau ses doigts sur les mamelons, pour le titiller. Il a compris son point faible ! Son autre doigt a maintenant lentement pénétré son trou de balle, au contact de la prostate et de ses vésicules séminales… Lionel tourbillonne de plus en plus sur la table. Il gémit et lâcha un presque inaudible «  Docteur, je vais exploser… »

- C’est bon signe mon gars ! Maintenant son précum déborde son méat. Thoracix Cage à toi d’avaler son organe.

Manifestement il va gicler sa sève. Le toubib sortit son doigt et tint la tête de Thoracix Cage pour contenir le sexe de Lionel au plus profond, jusqu’à ce qu’il se libère brutalement !  Voilà qui est parfait mon grand. Et rien de perdu pas besoin de kleenex. Pas un des présents n’avait son sexe au repos !