La Parade des Instincts, I


La Parade des Instincts, I
Texte paru le 2012-08-23 par Hetaseur   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 10 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3245 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Hetaseur.



I - La Fellation

C'est sur le pantalon que narines tâchent alors

à saisir en son fond de parfumés trésors,

se mêle au ceinturon mon visage content

et mes lèvres aux boutons semblent montrer leurs dents.


Cloisonnée, ma passion s'étouffe sous la matière,

de l'exigue prison je libère la rapière,

j'en avise le tison et me plonge dans tes yeux :

c'est vu sous le plastron que tu me parais Dieu.


Affermi, le bâton s'impatiente et me pousse...

pour le prendre, attention : qu'elle soit noire, blonde ou rousse,

c'est parmi la toison que s'achève la course

et que langue et menton se partagent les bourses.


"Malaisé de garder le fusil dans l'étui

lorsqu'on est adoubé par ce membre raidi...

me voici, souriant, l'aspirant en suçant

comme pour en allonger l'indomptable courbé."


En un coup de rognons que tu n'as pu garder

tu m'arraches, fripon, deux-trois toux, une nausée...

et tel un pharaon consentant à l'esclave

de mener ses frictions, tu m'acquittes : suave et brave.


J'abandonne le jonc et, non sans pourlécher,

je me livre, pardon, au scrotum gorgé

duquel rafraîchiront mon Sahara tari

trois cents milles projections d'une douce eau-de-vie.


Je retourne, à raison, juste au dessous du ventre

de moi même je fais don... c'est le métier qui rentre.

Faites monter la tension, ô votre majesté,

c'est ensuite à mon con de braver vos fiertés.


"Le voici, le cul hard où se froissent mes hardes,

et des coups qui ne cessent je me vois sécréter

une salive épaisse lubrifiant le gosier...

au son des dégueulis, vous m'avez perverti."


Ne prêtez d'attention aux plaintes, aux geignements :

mes régurgitations, pour toutes, sont tout autant

de mon obligation l'enthousiasme réjoui...

pénétrez - et profond ! - je vous prie de faire fi.


Comme en plein Achéron je voudrai me sentir,

étranglé à l'oblong d'un cruel investir.

Livrez comme en colon ce mandrin rubicond,

vos investigations m'émeuvent jusqu'aux frissons.


Louant votre giron, j'ose l'imploration :

qu'aucun jet vagabond ne bariole mon veston.

Car ici, en grue crasse infoutue de faire taire

le ramage salace de ravissements pervers...


... il se peut que mon cul ai jalousé la gorge

des plaisirs dissolus soufflés comme une forge.


"Sois en sûr, ô mon maître, je me connais deux sexes

dont l'un, resté muet, ne mérite pas le complexe.

Nous irons à Babylone avant le crépuscule,

ne crains pas mes douleurs : elles seront minuscules."


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!