La nuit, des voyous tournent autour de nous

Drapeau-fr.svg H pour H

HH30.jpg


Numéro 30

Texte d'archive:


Archivé de: H pour H – Numéro 30
Date de parution originale: c. 1993

Date de publication/archivage: 2018-02-01

Auteur: Landry
Titre: La nuit, des voyous tournent autour de nous
Rubrique: Jeux d'amour et de hasard

Note: Le magazine Hommes pour Hommes ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3578 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Cette publication vous est présentée grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver et que nous ne réussissons pas à obtenir dans les collections personnelles des visiteurs.


Résumé / Intro :

Et lorsqu’on ne s’y attend pas, ils sortent de leur trou pour remplir le notre...


J'aime les cinémas porno. C’est ma passion ! Je suis représentant. J’y fais toujours des découvertes sexy, sinon bandantes, parfois amusantes. Dans ces salles, il faut voir ces beaux mecs se livrer à tout un tas de fantaisies, qui me font sourire.

J’avoue que je n’en savais pas tant malgré mes trente-cinq ans. C’est discret, mais vrai. Ces garçons sont adorables, en se livrant de façon vivante à ces petits jeux de l’amour, insolites et coquins souvent. Ils sont grands, baraqués ou moyens. Tous offrent à la vue de tous leur corps d’adonis, jeune, aux muscles parfaits, au fessier bien roulé, au torse en V. Les jambes sont galbées, la toison abondante et la trique toujours très performante. Bien montée formant une jolie grappe. Ils le prouvent, avec leur vingt centimètres, et ça gicle de partout.

Certains, plus gourmets, se font des pipes en vrai pro. D’autres à poil se prennent par le cul. Je les aime dans ce rut, torride, se donnant de grands coups de fessiers, enlacés, en pleine jouissance. Le visage devient grave, coloré, un peu crispé. L’un aide l’autre, ils s’en font des douceurs ! En pleine jouissance, ils se séparent, heureux d’avoir communiqué à l’autre le plaisir indéfinissable de l’amour à deux et quelquefois à trois.

Landry, 35 ans.