La promenade du chien


La promenade du chien
Texte paru le 2004-04-03 par Joshua   
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 6 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 20115 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Joshua.


Voila maintenant plusieurs mois que mon ptit copain, son frère, le chien et donc, nous quatre, nous amusions comme des petits fous dans de vraies parties de jambes en l’air. Mais ils nous en fallait encore plus.

Nos mercredi étaient occupés à promener le chien et dieu sait qu’il aimait se promener avec nous. Mais ce jour là, c’était différent. Éric et Arnaud avaient tous les deux un rendez-vous chez le dentiste et nos petits jeux du mercredi n’ont pas pu se dérouler comme d’habitude. Je dus donc aller promener le chien tout seul, comme un grand.

On est parti dans la forêt pour être tranquille et je le lâche comme d’habitude. Je lui coure après et on se rejoint à notre lieu habituel, une petite clairière avec une maison en son centre, abandonnée bien sûr. Déjà, Rex m’attendait à l’intérieur, assis, avec le bout de sa bite qui pointait. Moi, ne pouvant plus me retenir, je retirais tous mes vêtements, enfin mon short et mon t-shirt et je me retrouvais nu devant lui.

Aussitôt, il se releva et je commençais à lui masser son fourreau. Je lui caressais la boule dans son fourreau et je lui serrais bien. En quelques secondes, sa bite sortit de sa gaine et c’est maintenant une bite bien raide de chien qui était sous son ventre. Elle est bien rouge et luisante. Je me mets à genoux pour bien la regarder et je lui branle un peu sa grosse bite de pratiquement 20 cm. Il ne bouge toujours pas et je me penche d'avantage pour lui lécher son bout. Elle était bien dure! Je lui suce juste le bout et lui ne bouge toujours pas, il me laisse faire. Je continue en posant ma main sur son dos pour me retenir et je suce davantage sa grosse bite que j’enfonce de plus en plus dans ma bouche. Mes lèvres sont bien resserréee sur sa verge bien raide, je veux lui donner un max de plaisir.

Je rentre et je ressors cette bite de ma bouche. À force, c’est Rex qui me donne des coups de bassin dans la bouche. Enfin, j’ai ce que je veux! Sucer la bite de Rex, cela me remplit de plaisir. Je continue à le sucer et j’arrive maintenant à sucer toute sa bite jusqu’à sa grosse boule. Ses coups de butoir dans ma bouche me remplissent bien et je serre au maximum mes lèvres pour le faire venir au plus vite. J’avais une main sur son dos et avec l’autre, je lui tripotais sa paire de couilles.

Toute mon attention est maintenant sur mon Rex et je n’ai pas fait attention qu’un autre chien était présent. Je sens une truffe qui vient me lécher mon petit trou. D’abord surpris, ce chien me lèche de plus en plus la rondelle, à un tel point que j’écarte mes fesses pour le laisser entrer sa langue dans mon cul. Je lève mon cul et je me trémousse dans tous les sens. Ça a pour incidence de l’exciter aussi et d’un seul coup, il me grimpe. Je sens ses pattes de devant qui me griffent le dos, et déjà sa bite vient me frapper ma rondelle. Je ne savais pas quel chien c’était mais il était lourd et très puissant. C’est après que je me suis rendu compte que c’était un rottweller d'environ 70 kg.

En deux coups de bassin, il me rentra toute sa bite dans le cul. Elle était bien raide, dure, mais très lubrifié, je n’ai pas eu très mal. Il s’était enfoncé jusqu’à sa grosse boule et déjà s’activait dans mes entrailles. J’étais aux anges: d’un côté je suçais une bite de chien et de l’autre, je me faisais enculer par un autre chien. En moins de cinq minutes de sodomie, le chien me jutais dans le cul, il se vidais les couilles, et moi aussi d’ailleurs, sans oublier que mon Rex lui aussi n’avait pas été en reste. Il m’avait rempli la bouche de son sperme canin et j’avais tout avalé avec délice. Je le suçais toujours et je lui ai mis trois doigts dans le cul jusqu’à ce qu’il se retire en ayant debandé.

J’étais maintenant seul avec mon enculeur de chien. Je me retournais pour voir la masse énorme de ce chien qui m’enculait sans se retenir. Mon cul lui appartenait, et il ne se privais pat pour me remplir. Il est vraiment très puissant, ses couilles viennent me frapper le cul à chaque enculade de sa pine, et ça me plaît. En cinq minutes de ses coups de butoir, le chien a éjaculé tout son jus et en même temps m'a enfoncé son knot dans mon cul. J’étais maintenant pris par une pine de plus de 20 cm plus cette boule grosse comme une grosse balle de tennis. Mon cul lui appartenait et j’étais ravi.

Pendant près de 30 minutes, ce chien me gardait sous lui et se vidait les couilles et moi j'étais bandé comme jamais et j’avais dû juter au moins huit fois de suite. J’aurais voulu qu’un tel moment dure plus longtemps mais dans un grand flop, le chien se retira et une partie de son jus se déversa sur mes cuisses. Mon Rex vint aussitôt me lécher le cul et l’intérieur, et moi pour remercier mon enculeur, je m’empressais de lui suçer sa bite encore raide pour bien lui nettoyer. J’avais le cul léché par mon chien et je suçais un autre chien dans l’espoir de le faire encore éjaculer, mais ce fut peine perdue. Plus je le suçais et plus il débandait. Je dus donc capituler.

Je me suis écroulé sur le dos et il est venu me lécher le bout de ma bite, puis le visage, et ensuite il est parti.

Mais on s’est revu une autre fois avec mon Éric et son frangin, mais c’est une autre histoire...