Le château des plaisirs


Le château des plaisirs
Texte paru le 2004-02-17 par Luc2   
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 10 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 11062 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Luc2.


En chattant sur le net, un copain me donne une adresse en Suisse d’un château où me dit il on peut assouvir tous ces désirs sexuels. Maintenant vous me connaissez, pute comme je suis, j’ai voulu voir de quoi il retournait.

Me voici arrivé à l’entrée de cette immense baraque et je suis reçu par un majordome très imposant, noir de peau. Tout de suite j’ai fixé son entrecuisses, le pantalon moulé me laissait entre voir des soirées intéressantes.

Sans un mot, il me conduisit dans une chambre, me fit déshabiller et je dus mettre les accessoires qui se trouvaient sur lit. Une fois à poil et harnaché d’un collier à chien, il s’approcha de moi et sortit son énorme matraque que je dus sucer jusqu’au fond de la gorge. Il me déchargea abondamment dans la bouche. Avant de partir, il me retourna, il m’ouvrit le cul avec ses deux mains et m’enfila sa pine sans lubrification. J’étais fendu en deux tellement elle était grosse et longue. Il remplaça sa queue par un gros plug et nous voila partis voir le maître de maison. Il prit ma fiche et me dit:

— Tu es d’accord pour être esclave durant ce weekend et tu te plieras aux demandes de tous les invités.

Je répondis oui.

— Bien! Amène le au chenil voir ses capacités.

Le chenil était immense! Il m’installa dans une niche un peu spéciale. Une fois entrée dans la cage, je ne pouvais plus bouger, ma tête sortait dehors et j’étais à quatre pattes. À peine que je sentis la truffe d’un chien venir renifler mon cul, après quelques coups de langues dans ma raie, il dut le trouver à son goût car il me monta comme sa chienne et sa bite pénétra en moi du premier coup. Elle était dure et longue. Dehors, il y avait des invités qui suivaient la scène et ils m’ont donné leurs queues à sucer. Enculé par un chien d’un côté et embouché de l’autre par des inconnus, il ne m’en fallait pas plus pour jouir comme une folle. La séance au chenil dura au moins trois heures; le nombres de bites sucées et le nombre d’animaux passés sur moi, je ne sais plus, mon seul souvenir j’avais la bouche remplie de sperme et le cul qui débordait de sperme de chien. Quel pied j’ai pris!

Le soir fut plus fatiguant. Ils m’ont installé sur une sorte de balançoire ou j’avais les jambes attachées très ouvertes et très hautes. Mon cul était à la disposition de tout le monde et bien en vue, ma tête était en arrière et dégageait ma bouche au maximum. La soirée dura très longtemps, tous les serviteurs étaient venus se faire sucer ou me baiser. Mon cul n’était qu’une vaste ornière où se mélangeait sperme et dèche de chien. Ma bouche me faisait mal car les bites à sucer étaient nombreuses et énormes.

Puis le clou de la soirée arriva. On fit entrer un magnifique étalon dans la salle. Les noirs me détachent et m’amènent vers ce bel animal. Tout de suite j’ai compris que je devrais m’occuper de la bête. Sa queue sortait à peine de son étui. Je me mis à le caresser pendant qu’un domestique le tenait. Le résultat ne fit pas attendre, sa queue commence à sortir plus longue que mon bras. Assis sous la bête, j’essayais de le sucer. Je pus tout juste lui lécher le bout car c’est trop gros pour ma bouche malgré tout ce qu’elle avait reçue. Au bout d’un moment, le cheval se raidit et je reçus dans la bouche sur le visage un déluge de sperme. J’étais inondé, j’en ai avalé au moins un litre. J’étais au bord du vômissement. Quant au cheval, il était heureux.

Un des noirs m’emmena me laver un peu, puis m’installa sur une table et il m’enduisit le cul d’une pommade que je ne connaissais pas. Cela glissait bien et je commençais à jouir de sentir sa main qui allait et venait dans mon cul. Puis il me ramena dans la salle. Je vis le cheval qui était tout excité par les invités qui l’ont branlé. Deux noirs m’ont installé sous l’animal et ils ont approché son gourdin de mon cul. Tout le monde était autour de moi pour assister à la pénétration et petit à petit, la queue du cheval entra en moi. Je peux vous dire: sentir cet engin entrer en moi doucement car le noir surveillait, c’était un réel bonheur! Le graissage effectué avant m’a bien aidé, j’en avais 25 cm! C’est alors que les invités commencèrent leurs paris. "Il peut en prendre plus!" et à chaque centimètre supplémentaire, les paris augmentaient.

Bientôt j’en avais trente-cinq centimètres. Mon cul était si distendu qu’il me faudrait au moins un mois sans bites dedans. Le cheval commença à me pilonner le trou. Heureusement que cela ne dura pas longtemps car je n’aurais pas tenu. Je jouissais comme une jument et quand il déchargea sa semence, je crus que cela allait me sortir par la bouche. Mon ventre était ballonné tellement il avait du sperme dedans. Quand on le retira, l’appel d’air que cela produisit fit sortir un geyser de sperme. Il y avait une flaque de sperme sous moi. Je m’évanouis de bonheur.

La soirée se termina par une mise au lit dans une position spéciale, couché sur une paillasse, les jambes très hautes, le cul ouvert. Ils m’ont installé un entonnoir dans le cul bien sanglé. Et chaque invité pouvait quand il avait envie, venir pisser dans l’entonnoir. Très vite, mon cul se remplissait. Un noir passait et enlevait l’entonnoir et il m’enculait à fond, ce qui faisait sortir la pisse de mon cul et il venait me décharger dans la bouche. Ce manège dura toute la nuit, il y en a même qui voulaient me chier dessus mais ils n’ont pas osé.

Le lendemain, je pus faire ce que j’avais envie et je ne pus m’empêcher d’aller voir le cheval qui avec l’aide d’un noir de service, me monta encore une fois.

Ce weekend fut très dur pour moi mais quelle expérience et quelle jouissance! Je suis retourné plusieurs fois au château en invité. Le cheval me reconnaît, maintenant il me laisse monter sur son dos et me promène...

Si cette histoire vous a plu, dites-le moi!