Le cimetière


Le cimetière
Texte paru le 2004-10-30 par Bougetoi   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 20 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 10359 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Bougetoi.


31 Octobre Pierre, 24 ans, rentre dans le cimetière où son père repose en paix. Il est 19h30, la nuit ne va pas tarder à tomber et le cimetière fermer. Il sait qu’il ne pourra pas rester longtemps. Il arrive dans l’allé R5 de la zone 3 et se dirige vers la tombe de son père. Il se signe et comme à son habitude, il s’assoie par terre pour se recueillir. Il ferme les yeux et pense à son enfance et au passé avec papa...

Soudain Pierre ouvre les yeux: il fait complètement nuit. La lune est pleine au-dessus de sa tête et éclaire tout le cimetière. Le vent souffle doucement dans les arbres. Il se lève et se dirige vers la sortie. Pierre n’est pas très serein, il sent une présence autour de lui. Il regarde de tous les côtés mais ne voit rien. Il sort de l’allée, la présence se fait de plus en plus forte. Pierre transpire de peur. Il se retourne, toujours rien derrière lui.

«Allez Pierrot, arrête tes délires et sors de là!» se dit-il en son fort intérieur. Il va pour reprendre son chemin, deux points lumineux au fond de l’allée: des yeux! «Eh Pierrot, tu vas pas avoir peur d’un chat!» Il avance, les yeux se font de plus en plus gros, peut-être trop gros pour un chat. Il avance doucement, un grondement sourd parvient à ses oreilles. À quelques mètres de l’animal, celui-ci bondit vers lui. La nuit l’éclaire enfin à Pierre. «AH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!»

Un loup-garou lui fait face. Pierre blêmit, fait demi-tour et part en courrant. Il entend les pas du loup derrière lui dans les gravillons. Il regarde derrière lui de temps à autre et le loup se rapproche de plus en plus. Pierre redouble d’effort, en vain. Il sent une énorme masse s’écraser sur ses épaules. Le loup lui a sauté dessus et le plaque au sol.

D’un coup de patte, le loup le retourne sur le dos. Pierre est mué de terreur. Le loup lève une patte et sort ses griffes. Il l’approche de Pierre, la pose sur sa gorge. Pierre sent très bien les 5 pics. Puis le loup descend le long du torse jusqu’à son entrejambe. Les griffes lacérèrent les vêtements de Pierre. Pierre sent une brûlure tout le long mais elles n’ont pas entaillées sa peau. Un moment de répit? Pierre l’espère. Mais le loup se met à hurler à la lune, se dresse sur ses 2 pattes arrières. Il mesure presque 3 mètres dans cette position.

Le loup se baisse et des 2 pattes avant, il saisit le cou de Pierre puis il se redresse. Pierre est décollé d’un coup sec du sol, il ne touche plus terre. Son cou étranglé, il a beaucoup de mal à respirer. Il ouvre grand la bouche. Il fixe de peur les yeux jaunes du loup. Quand il a la bouche bien ouverte, le loup lui incline la tête en direction du sol. Pierre remarque alors une chose à laquelle il n’a pas fait attention jusque là et on l’en excuse. Le loup à une gaule bien raide d’au moins 40 cm de long pour 5 cm de diamètre.

Le loup amène alors la tête de Pierre vers se pieu et lui met dans la bouche. Pierre à de plus en plus de mal à respirer, mais au moins maintenant il touche le sol. Le loup passe ses pattes derrière le tête de Pierre et le fait bouger d’avant en arrière. «Si je le suce va-t-il me laisser en vie?»

Pris d’un espoir fou, Pierre met du sien et pompe le loup du mieux qu’il peut. Pas facile avec un tel mandrin! Mais il suce encore et encore, le gland est bien imberbe mais la tige elle est pleine de poils et Pierre s’étouffe à cause d’eux, mais il résiste, il ne veut pas mourir si jeune. Le loup lui secoue de plus en plus la tête et dans un autre hurlement, il jouit. Pierre reçoit en sa bouche une quantité énorme de sperme qu’il ne peut pas avaler, il lui en sort de la bouche et du nez tellement il y en a.

Une fois bien vidé, le loup jette Pierre toujours par la tête dans l’allée et s’enfuit à 4 pattes vers le fond du cimentière. Pierre en lambeau, met un petit moment pour reprendre ses esprits et se relève. Il court dans le cimetière et en quelques instants, il tombe sur le panneau ‘ZONE 2’, plus que 2 quartiers à traverser et il sera dehors. Il a du mal à respirer correctement, il marche donc le plus vite possible maintenant.

Au détour d’un carrefour il entend en bruit sourd. «Ah non ça ne va pas recommencer!» Il regarde autour de lui le bruit vient de droite. Il se fixe sur une tombe familiale. Il n’en croit pas ses yeux: le plateau de la tombe s’ouvre. Il recule mais il voit sortir deux espèces de zombies en lambeaux et en décomposition avancée sortir de la tombe. Il repart en courant à travers les autres tombes, mais les zombies le poursuivent. Et malheureusement ils se rapprochent. Il tourne à droite puis à gauche il essaye de les perdre.

Soudain il n’entend plus rien. Il se met acroupi derrière un caveau et attend. Du bruit arrive derrière lui, il repart alors par l’avant mais sans l’avoir vu, il tombe dans les bras d’un des zombies. Ils l’on pris à revers. Le deuxième arrive à son tour. Les deux zombies finissent de lui arracher les vêtements qu’il porte. Les zombies le portent jusqu’à leur tombe et le jette au fond du caveau.

Il y règne une puanteur terrible. Les zombies sautent à leur tour dans le caveau. Ils frappent sur deux cercueils. Ils s’ouvrent et il en ressort deux autres zombies. Ils sont quatre autour de lui. D’après ce qu’il reste, Pierre pense reconnaître trois hommes et une femme.

Pierre est installé sur le dos sur le couvercle d’un des cercueils. La femme se pose à califourchon sur sa poitrine, face à lui et lui présente un sexe délabré aux lèvres multiples. Elle approche le bassin de son visage et lui dépose cet amas de chair sur les lèvres.

«Le loup m’a laissé en vie, eux aussi peut être?» Il tire alors la langue et joue avec les peaux. Pendant ce temps, de l’autre côte du cercueil, les trois hommes bandent également. Deux d’entre eux soulèvent les jambes de Pierre et le troisième approche son membre du trou bien dégagé et écarté de Pierre.

Pierre dégoûté par ce qu’il a en bouche a oublié les autres mais la pénétration du zombie le ramène bien vite à la réalité des choses. Le membre lui perfore les entrailles, c’est la première fois que Pierre est sodomisé. Le zombie s’active en lui sans prendre de précaution et n’a que faire des cris de douleur de Pierre, sans compter que la femme le claque chaque fois qu’il arrête de lui brouter l’entrejambe.

Les trois hommes se mettent à tourner en lui chacun leur tour pendant trois ou quatre minutes. Puis enfin le premier se libère dans ses entrailles. Dès lors, il est lubrifié et il sent beaucoup moins les assauts des deux autres mâles. La femme se secoue à son tour de plus en plus vite et dans un cri strident, elle prend son pied (du moins ce qui lui en reste). Un liquide abondant se met alors à jaillir de son sexe. Pierre n’avait encore jamais vu de femme-fontaine. Le goût n’est pas plus mauvais que ce que lui a donné le loup-garou.

Un des zombies prend Pierre dans ses bras et l’empale debout. Pierre sent son haleine loin d’être fraîche. L’autre passe alors derrière eux et force sur l’anus de Pierre pour rentrer à son tour. Pierre a les deux bites dans le corps. Il crie de nouveau de douleur! Il lui semble que sa rondelle a éclaté. Les deux zombies s’activent alors et se déchaînent, puis ils se libèrent en même temps dans Pierre.

Ils se retirent de Pierre et l’éjectent purement et simplement du caveau. Pierre atterrit dans les gravillons de l’allée, il a mal de tous les côtés. Il se redresse légèrement et regarde le caveau qui se referme déjà. Il reste un moment là, allongé. Il a la bouche pâteuse de mouille et du sperme s’échappe de son anus grandement dilaté.

Il finit par se relever et reprend son voyage vers la sortie. Enfin le panneau ‘ZONE 1’; le portail est tous proche maintenant. Il reprend espoir de pouvoir sortir en vie. Mais après quelques tombes, une chauve-souris passe et repasse au-dessus de sa tête. «Non pas encore! Barre toi sale bête!» La chauve-souris est de petite taille et il se dit qu’il ne risque rien d’elle. Après avoir jouée avec lui, elle s’éloigne un peu.

«Ouf!» Mais la bête se pose sur une tombe, et dans un nuage de fumée celle-ci se transforme lentement. «Eh merde!» De petite bête inoffensive, la chauve-souris s’est transforme en un homme, muni d’une cape et de deux grandes canines. Pierre n’a pas le temps d’essayer de prendre la fuite que déjà le vampire s’envole et est à côté de lui. Pierre veut se débattre mais c’est peine perdue. Il est déjà tiré par les cheveux.

Le vampire le traîne par terre. Pierre, toujours nu, est brûlé par les cailloux. Le vampire s’arrête près d’une grande croix au carrefour de deux allées. Il soulève Pierre et le plaque contre la croix. Pierre essaye à nouveau de se débattre mais le vampire beaucoup plus rapide commence déjà à lui encorder les bras. Pierre est lié à la croix, les bras écartés et les jambes serrées. Le vampire se recule pour admirer son chef d’œuvre.

Puis il souri sortant ses deux grandes canines. Il se rapproche et ouvre grand la bouche. Mais ce n’est pas sur le cou de Pierre qu’il se jette mais sur son sexe. Il le prend en bouche et sans lui faire de mal il le suce de façon merveilleuse. Pierre s’attendait à tous sauf à cela. Et bien qu’il est malmené depuis tout à l’heure, son sexe commence à prendre forme dans la bouche du vampire. Celui-ci aspire tant qu’il peut tourne sa langue autour du gland de Pierre

«Si il veut mon foutre c’est un moindre mal» Pierre ferme les yeux et tente de penser à des choses agréables pour jouir le plus vite et en finir. Effectivement,cette fois c’est Pierre qui crie de joie et il jouit. Il se vide dans la bouche du vampire qui avale tout, pas la moindre goûte de sperme lui échappe. Une fois bien rassasié le vampire sourit à Pierre.

«Putain je vais m’en sortir de cet enfer!» Mais il a parlé trop tôt, le vampire plante ses deux canines dans la grosse veine bleue de Pierre. «Ahh!!!!!!!!!!!!!» Le vampire boit maintenant le sang de Pierre. En quelques secondes, Pierre à froid, ses bras se crispent, son cœur ralentit. Il voudrait mourir, mais non, il reste complètement lucide. Bientôt, plus une goûte de sang ne réside dans son corps, mais le vampire ne s’arrête pas d’aspirer. Toujours le sexe de Pierre entre ses dents, il aspire même de plus en plus fort. Cette fois, ce sont les entrailles de Pierre qu’il avale. Il va complètement le vider et laisser un corps entièrement vide sur cette croix. Pierre repense alors à tout ce qu’il a fait dans sa vie, il voit sa dernière heure sonner. Mais soudain, il sursaute une main se pose sur son épaule:

«Eh monsieur! Monsieur! Oh!» Pierre tourne la tête. «Ça y est je suis au paradis?» «Non au cimetière monsieur, et je vais fermer.» Pierre regarde partout autour de lui, il est toujours devant la tombe de son père.

— J’ai du m’endormir.

— C’est pas grave monsieur, mais il faut y aller.

— Oui, oui.

Pierre se relève, se signe une dernière fois devant le tombe de son père et se dirige vers la sortie, suivi du gardien. Devant chaque panneau de ‘Zone’ un grand frisson lui parcourt le dos.

Deux heures plus tard, Pierre arrive chez lui. Il s’allonge sur le canapé. «Putain de rêve va!» Il respire un bon coup. «Allez une bonne douche et au lit!» Il va à salle d’eau et se déshabille. Au fur et à mesure qu’il retire ses vêtements, des traces de coups, de griffes, sont marqués dans sa chair.

«Putain c’est pas vrai...»



Dernier courriel connu de l'auteur : bougetoi@caramail.com