Le p'tit Dylan


Le p'tit Dylan
Texte paru le 2014-06-29 par Mokita   Drapeau-be.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 1 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 9315 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Mokita.


Je m'appelle Joachim, j'ai 17 ans, je suis assez grand pour mon âge et très mignon. Comme on me le disait : j'ai une gueule d'ange. Alors tous commença à mes 12 ans, j’invitais des amis pour dormir chez moi et j'allais dormir chez eux. Pendant toute une période, je faisais que ça, je vais et viens chez les amis à la maison pour une seule raison : savoir qui de mon entourage était comme moi, c"est-à-dire homo.

La première fois, c'était quand j'ai invité Dylan pour dormir le weekend. Il n'était pas très grand et il avait des lunettes, il était mince et avait un corps de rêve, nous avions maintenant 14 ans. Il arrive devant ma porte, je l’ouvris et je le fis entrer et vu qu'il connaissait bien l’endroit, il ne tarda pas de se mettre à laise et il me demande :

— Est-que je peux me laver car je n'ai pas eu le temps avant de partir.

— Mais oui, tu sais où se trouve la salle de bain... lui dis-je.

— Ok merci à toute !

Quelques minutes plus tard, le téléphone sonne.

— Halo ?

— Coucou c'est maman. Comment ça va ?

— Bien et toi ? Tu rentres à quelle heure ?

— Moi ça va très bien mais je t'appelle pour te dire que papa et moi restons ici tout le weekend.

— Ha ? Ok ça va.

— Bon je te laisse, bisous.

— Bisous.

Enfin mon rêve est devenu réalité, je suis seul avec Dylan chez moi. Soudain j'entends Dylan crier dans la salle de bain.

— HAAAAAAAAAAA !!!

Je cours jusque la salle de bain et je le vois, pétrifié de peur et tout nu.

— Qu'est-ce qui ne va pas ?

— Il y a une énorme agrainée.

— Quoi et tu cries pour ça ?

J'approche de son corps mouillé et j’attrape ses épaules et lui dis :

— Ne t'inquiète pas, je vais m'occuper de l’agrainée.

Il me regarde et il me serre dans ses bras, son corps chaud contre le mien. Je sens son pénis se redresser au contact de mes vêtements et il me lâche en se cachant.

— Oups désolé, dit-il en rougissant.

— Ah ça va, c'est pas grave, ça arrive.

Après m'être occupé de cet insecte, on allait manger et juste après ça, TV pour détendre l'atmosphère et ensuite au lit. Je le conduis dans la chambre d'ami et je lui dis :

— Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis dans ma chambre, bonne nuit.

— Bonne nuit.

Vingt minutes plus tard, je vois ma porte bouger et je vois Dylan qui me demande :

— Je peux dormir avec toi ?

— Oui mais ça te dérange pas, dans le même lit ?

— Non pas du tout.

On s'installe. Il dit :

— Tu sais tout à l'heure...

— Je t'ai dit que c'est pas grave, en plus ça me choque pas si tu es...

— Bien en fait, je voulais t'en parler, je suis gay et je suis amoureux de toi.

— Ah ? Hum en fait moi aussi j'aime les garçons et je t'aime aussi.

Il me regarde et il s'approche pour m'embrasser. Je le caresse et je descendis de plus en plus bas. Je retire son short avec un petit coup de main de sa part et je descend ma tête vers l'endroit intime de son corps. Elle faisait 14cm. Je pris son pénis dans ma bouche et je commence des va-et-vient. Il commence à attraper ma tête et à m'enfoncer son pénis dans ma gorge puis j'arrêtai. Je me relève en lui présentent mon anus, il m'attrape le bassin en cherchent le trou. Je l'aide en passant main derrière et en attrapant sa queue. Une fois dedans, il commence les va-et-vient. Petit à petit, il l'enfonce plus loin et plus fort, il faisait des gémissements très excitants. Je dis :

— Ah... tu... aime ça... ha... hein?

— Ouiii... hm... j'a... j’adore ça ha haaaaaaaaaa...

Je sentis son liquide chaud dans mon anus. Il retire sa bite de là et il dit :

— Ah ouah c'était... trop bon.

— Oh oui !

Il se dirige vers mon endroit intime et me lance :

— Tu n'as pas encore joui, toi !

Il descend sa tête et prend tout en bouche en prenant mes mains et en les posant sur sa tête en poussant. Au bout d'un moment, j'ai crié :

— Haaaaaaa c'est bon !

On s'est réinstallés dans le lit, puis dodo !

À suivre...