Le petit gardien


Le petit gardien
Texte paru le 2001-03-05 par Qwerty   
Ce texte a été expédié par l'auteur pour publication sur l'archive. Ce texte date de l'époque 1998–2000. La date affichée correspond à la date de la conversion précédente car il nous a été impossible de retracer la date originale.



Cet auteur vous présente 3 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 15059 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Qwerty.


Devant partir pour un voyage d'affaires pour une semaine, j'étais très inquiet de devoir laisser mon chien dans un endroit inconnu. Je m'étais renseigné auprès de plusieurs maisons d'hébergements pour canins et de chenil des environs, le simple fait de savoir que mon beau gros pitou serait enfermé dans une cage la plupart du temps, sans présence, sans attention autre que d'être nourri et promené matin et soir, me rendait un peu malheureux. J'avais lancé un "appel à l'aide" chez mes proches, amis, parenté, mais personne ne pouvait accueillir mon chien.

Un soir, quelques jours avant mon départ, un de mes oncles m'appela pour m'offrir de l'aide. Son fils allait tomber en congé et il pourrait de dépanner mais je ne pouvais amener le chien là-bas. Il faudrait que mon cousin vienne passer la semaine chez moi. À cela, je n'y voyais pas vraiment d'inconvénient car je me disais qu'en plus, mon chien allait demeurer en terre connue et n'aurait pas de dépaysement. Il serait dans ses "affaires"... Alors je confirmai à mon oncle que je passerais chercher son fils le lendemain, ainsi il serait déjà sur les lieux lorsque je partirais, tôt, presque pendant la nuit.

Bien qu'il soit mon cousin et que loin de moi l'idée d'avoir quelconque relation avec lui me vienne à l'esprit n'en reste pas moins tout un pétard. Du petit "chieux" que tout le monde voudrait voir se casser le cou tellement il est perturbant, il est devenu avec les années un garçon charmant, au visage coquin, et d'une beauté envoutante. D'ailleurs, c'est toujours avec un petit rictus au visage qu'il me lance en riant qu'il s'est fait accoster 2 ou 3 fois sur le chemin pour se faire offrir de l'argent en échange de ses faveurs sexuelles.

Alors, curieux et un peu croche, j'avais dissimulé une caméra digitale à infrarouge dans la chambre qu'il occuperait. Accompagnée d'un petit logiciel de détection de mouvement, mon ordinateur allait enregistrer tout mouvement pendant sa nuit et je pourrais me rincer un peu l'oeil. Après tout, bien qu'il soit mon cousin, il n'en demeure pas moins un ados de presque 17 ans que je me serais bien tappé s'il n'y avait eu ce lien de parenté! À cet âge, on ne passe pas une nuit sans se branler, non? Alors j'aurais sûrement de quoi me régaler au réveil, alors je programmai mon réveil-matin une heure plus tôt pour visionner les images avant de quitter aux petites heures alors qu'il allait encore dormir.

Comme de fait, lorsque je me suis levé, 7 minutes d'enregistrement s'étaient effectuées pendant la nuit. J'activai le bouton de visionnement et je m'impatientais un peu quand je vis qu'au bout de 2 minutes, tout ce qu'il y avait eu, c'était lui qui se tournait et se retournait sans arrêt dans le lit. Soudainement, je vis autre chose. Sa main commença à caresser son sexe par-dessus les draps et rapidement, le drap tomba et sortant sa queue et ses couilles de son slip, il s'activa vigoureusement sur son sexe long et effilé. Une vraie masturbation d'ado: sans vraiment de caresse, plutôt expéditive, le genre de masturbation qui se veut explosive plutôt que jouissive. J'en ris quelque peu et me dirigea rapidement sous la douche pour me préparer une fois que je l'avais vu se replacer son attirail sous le slip en s'abrillant de nouveau avec le drap. J'étais bandé mais je n'y portais pas vraiment attention, je n'avais pas le temps.

Moins de 30 minutes plus tard, je prenais le taxi devant chez moi pour me rendre à l'aéroport où je devais prendre mon avion pour Vancouver. J'avais pris soin de laisser une note à mon cousin pour lui rappeler le numéro de l'hôtel où je me trouverais en cas d'urgence et mon numéro de cellulaire qui serait actif en tout temps là-bas. Mais je partais l'esprit tranquille. Il était un garçon sérieux (maintenant!) et responsable, alors je n'avais aucune crainte. Il y avait de la bouffe pour plus de 2 semaines, de la nourriture et des gâteries pour le chien plus qu'il n'en fallait et il savait où trouver le numéro du vétérinaire s'il arrivait quoi que ce soit. Malgré tout, au bout de trois jours, n'ayant eu de nouvelles, je pris tout de même le soin de l'appeler, question aussi de l'informer que j'arriverais avec une journée de retard. Mon client avait eu un besoin urgent de se déplacer hors de la ville pour une journée, alors je serais de retour le dimanche matin au lieu du samedi tel que prévu.

Et voilà ce qui fit basculer les événements...

Finalement, j'avais réussi à me libérer le samedi matin après avoir mis les bouchées doubles chez mon client. Sans y penser, j'ai pris toutes mes affaires et j'ai monté dans le premier avion qui partait pour Montréal sans penser à aviser mon petit gardien. Si j'avais su...

J'arrivai à Montréal en fin d'après-midi après plus de 6h d'un vol direct Vancouver-Montréal. Fatigué de ma semaine hors de chez moi, j'ai rapidement pris mes bagages et sauté dans un taxi pour rentrer chez moi. En arrivant, pas un seul bruit alors j'en déduis que mon cousin était parti avec le chien pour le promener. Je déposai mes valises et en deux temps, trois mouvements, je me retrouvais complètement à poil, traversant la maison pour partir l'eau chaude de la douche. Ayant oublié mes sous-vêtements (je ne voulais pas être nu quand mon cousin allait revenir!), je me suis donc dirigé vers ma chambre. En ouvrant la porte, je perdis tous mes moyens devant le spectacle que j'avais devant moi: mon cousin était à quatre pattes par terre et mon beau toutou était monté sur son dos, se faisant aller les hanches derrière le beau petit cul tout rond de son gardien. Le chien ne sembla pas du tout affecté par ma présence et continua ses mouvements, mais mon cousin lui, la terreur se lisait sur son visage.

Sur le coup, j'étais complètement dégoûté par le spectacle. J'avais entendu parler bien entendu de ce comportement sexuel chez certains, mais jamais je n'aurais cru cela possible ici, chez moi, avec MON toutou! Mon chien, la langue pendant, dégoulinante de bave dans le cou de mon cousin, s'acharnait de plus en plus rapidement dans le cul qui s'était offert à lui. La curiosité me fit pousser l'audace à jeter un coup d'oeil sous le ventre de mon cousin: sa queue était bandée raide et longeait son pubis jusqu'à son nombril, très horizontale; aucun doute, il y trouvait son plaisir et mon chien semblait en prendre tout autant.

Là où le bas blesse, c'est que je me suis laissé prendre sous le charme, et réalisant subitement que j'étais bandé dur devant ce spectacle en voyant le regard soudainement amusé et ce fameux petit rictus que je lui connaissais si bien sur le visage de mon cousin qui regardait mon érection, je me suis fait prendre au jeu quand il me lança en ahanant, d'un air provocateur: "Awaille! Profites-en pis crosse-toi, t'as le show que tu voulais, hen?" Machinalement, je n'y ai même pas pensé et c'est ce que j'ai fait. J'ai commencé à me caresser la queue tout doucement, en les regardant tout à coup se foutre de ma présence et de prendre leur pied tous les deux.

Mon chien émit quelques petits chialements que je ne lui avais jamais entendu et finalement se calma dans ses mouvements. Mon cousin pris alors le temps de se descenre sur les coudes, dirigeant alors une main vers sa queue et s'occupa de lui-même pendant que le chien était complètement barré en lui. J'avais vu des chiens sauter des chiennes avant ajourd'hui et je connaissais l'histoire de la "boule" qui restait prit pendant un certain temps. C'était complètement hallucinant de voir ainsi ce jeune homme dans cette position, en train de gémir sous ses caresses avec la queue de mon chien bien plantée en lui!

Mon cousin s'arrêta tout à coup de se masturber et me fit un petit signe de m'approcher. Sans trop savoir pourquoi, je le fis. Écarté devant son visage, il descendit vers ma queue et commença à me sucer. Je pouvais sentir son corps appuyé sur mes jambes qui vibrait alors que mon toutou déchargeait en lui. J'étais sur le point de jouir quand j'ai entendu un plop venant de derrière et mon chien se libérait finalement. Une grosse flaque de sperme liquide tomba sur le sol entre ses jambes, la queue volumineuse du chien n'étant plus en place. Sans trop me rappeler comment tout ça s'est produit, je me suis retrouvé les jambes sur ses épaules et voilà que mon cousin s'empalait à son tour comme mon chien l'avait fait avec lui auparavant. La sensation était superbe mais je n'ai eu l'occasion de pleinement en profiter car il ne lui fallut que quelques va-et-vient pour se répandre en moi alors que ma queue expulsait de longue coulées de sperme épais sur mon ventre.

Mon cousin se releva, toujours avec son regard qui relevait du défi accompagné de son rictus habituel. Je me suis relevé, je suis allé prendre ma douche et quand j'en suis sorti, mon cousin était déjà parti. Jamais je n'avais été aussi excité de toute ma vie et en même temps, j'en éprouvais une immense culpabilité, non seulement à cause de mon cousin qui est tout de même quelques années plus jeune que moi, mais aussi à cause de mon beau toutou que je ne pourrais plus jamais regarder du même oeil... Surtout si l'idée lui prenant de...

Fin