Le toubib

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG4.jpg


Numéro 4

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 4
Date de parution originale: Septembre 1985

Date de publication/archivage: 2014-07-22

Auteur: Jean-Pierre
Titre: Le toubib
Rubrique: Rencontres

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5874 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Je m’appelle Jean-Pierre et j’ai 35 ans. Il y a deux mois, dans une boîte, j’ai rencontré Gaétan. Nous nous sommes tout de suite très bien entendus sur tous les plans. Mais un problème se posait dans notre relation. En effet, mon ami est marié. Sa femme est parfaitement au courant de ses penchants. Cependant, elle tient à ce qu’il reste le plus discret possible, surtout vis-à-vis de ses enfants. Il peut donc difficilement me recevoir chez lui. De ce fait, nous avons trouvé une façon très amusante de nous rencontrer. J’aimerais vous la décrire.

Mon ami est médecin généraliste. Il possède un cabinet dans un des quartiers cossus de la ville. De temps en temps, les jours de consultation, je viens lui rendre visite. J’aime attendre pendant quelques instants avec toutes ces vieilles dames. Cela m’amuse de les voir parler de Gaétan avec une certaine admiration. Lorsque tout naturellement mon tour arrive, mon ami me fait entrer dan son bureau. Par précaution il met le loquet. Nous avons alors un quart d’heure / vingt minutes pour nous envoyer en l’air. Aussi nous ne nous perdons pas en préliminaires inutiles. Aussitôt entré, Gaétan, de son ton le plus professionnel, me demande de me déshabiller. Je m’exécute très volontiers. Il n’est pas rare que je bande déjà complètement lorsque je me retrouve nu. Je m’allonge sur la table d’auscultation. Mon amant vient alors vers moi. Nous nous embrassons brièvement. Ensuite, il prend ma bite dans sa bouche. Avec son savoir-faire magistral il me suce. Il a une façon très puissante de vous pomper. En même temps, il comprime mes testicules dans sa main. J’adore ça. Il faut cependant que je me retienne de lui beugler tous ces mots obscènes qui me viennent aux lèvres. Les pauvres dames qui attendent en deviendraient folles. Mais l’idée d’être à deux pas d’elles m’excite beaucoup. Je finis par juter dans la bouche de mon ami. Il ne manque pas d’avaler mon foutre avec plaisir.

Il me retourne alors sur le ventre. Il ouvre son pantalon et monte sur le petit escabeau. Je cambre mes reins. Goulûment, il me lèche l’anus. Je n’ai pas besoin de longues préparations pour l’accueillir. Il me présente son gland et me sodomise d'un coup. Il a une façon très calme mais très puissante de vous baiser. La bouche grande ouverte, je halète. Lorsqu’il finit par éjaculer au fond de moi, je lui nettoie la bite avec ma langue. Il faut qu’il reste présentable avant de recevoir le prochain patient. En sortant à nouveau dans la salle d’attente, je découvre le visage de ces vieilles mémés. Se doutent-elles un seul instant du traitement de choc que je viens de subir?

D’autres fois, c’est moi qui encule Gaétan. J’aime alors qu’il soit debout devant son bureau. Il prend appui sur son sous-main en cuir. Il ne se fait pas prier pour se faire défoncer à mort. Plusieurs fois, son sperme a jailli et a taché son papier à ordonnances. Mais tout de suite après il redevient le gentil Dr P... qui est si bon avec ses clientes. Cette double vie enchante mon amant et elle m’amuse beaucoup.

Jean-Pierre, 35 ans