Les aventures de David (07)


Les aventures de David (07)
Texte paru le 2018-09-27 par Charly Chast   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 386 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1737 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Charly Chast.


Template-Books.pngSérie : Les aventures de David

Episode 07  : Silence on tourne



David se réveillait dans les bras de son amant Camel… Ils avaient à peine le temps de se dire bonjour, de s'échanger un baiser que Mark arrivait…

— Mark : Les gars n'oubliez pas de vous habiller aujourd'hui… Monsieur Philippe est de retour !

— David : Grand père est de retour c'est super !

David arrivait au petit déjeuner, il avait mis un pantalon, son grand père était là sur la terrasse, il avait l'air un peu fatigué. David venait lui faire la bise !

— David : Alors Grand-père ça va ? Tu m'as l'air un peu fatigué !

— Philippe : Oui, c'est le voyage. C'était long !

— David : Alors tu étais ou ?

— Philippe : J'ai fait un passage en Inde. Différentes petites choses à régler puis je suis allé en Australie…

— David : Et tu ne m'as pas proposé de venir avec toi !

— Philippe : Tu auras tout le temps de faire le tour du monde et autant de fois que tu le voudras. De plus c'était un voyage d'affaire, je ne restais jamais au même endroit, j'étais toujours en déplacement ! J'aurais peut-être dû te ramener… un kangourou ?

David rigolait à cette dernière réplique !

— Philippe : Au fait on m'a dit qu'une équipe de tournage était arrivée !

— David : Oui, ils sont arrivés hier, ils sont dix. Ils ont même commencé à tourner hier soir. On a rigolé toute la soirée !

David racontait le tournage à son grand-père.

— Philippe : C'était prévu, mais je pensais qu'ils viendraient un peu plus tard. Ça me fait plaisir de revoir René… Et il est toujours avec Benoît !

— David : Tu les connais depuis longtemps ?

— Philippe : Depuis la fac ! Il était dans une école d'art, dessin, photo, sculpture… Finalement il a choisi le cinéma… Enfin le cinéma…

René arrivait. Bien sûr il était à poil !

— Philippe : Tu es là toi vieil escroc ! Et à poil ! Tu ne t'habilles jamais quand tu es reçu chez les gens ?

Benoît arrivait à son tour. Ils se faisaient l’accolade.

— René : Chez les gens oui bien sûr ! Mais entre nous, je me souviens d'une époque où ce n’est pas moi qui étais toujours à poil !

— Philippe : Si tu ne parles pas de cette histoire, je t’autorise à rester comme tu es !

— René : T'inquiète pas je ne dirais rien avant mon départ !

— Philippe : Alors tu as déjà commencé à tourner !

— René : Oui, on a bien rigolé. Et la première scène est en boite…

Le reste de l'équipe arrivait, tous à poil évidemment, Philippe renonçait à leur demander de s'habiller… Le petit déjeuner était joyeux. René présentait ses collaborateurs à Philippe, Benoît faisait partie des vieilles connaissances. On parlait de la scène suivante, du rôle de Camel… La dernière scène… Oui… C'est pour plus tard… Pour ce matin on va mouler sa bite…

— René : Camel, mon tout petit… Tu peux venir ici ?

— Benoît : Mon tout petit… ! Ça ne va pas mieux… Non tu as vu la taille qu'il fait… Quand il est devant toi tu es obligé de relever la tête à t'en faire un torticolis… Non mais franchement pourquoi tu ne dis pas mon grand… Chuis mort de rire moi quand je t'entends…

— René : Si tu continues à m'embêter je te vire !

— Benoît : Pffffrrr, j'suis mort de rire quand même moi !

— René : Tu as vu Philippe comment il est avec moi… Il ne fait rien qu'à m'embêter !

— Philippe : Je vois ça, tu n'as vraiment pas de chance… Ceci dit… Mon grand… Quand on parle de Camel ce n’est pas ridicule !

— René : Camel, il est ou Camel ? Tu pourrais venir la mon grand !

René regardait autour de lui, se retournait et se retrouvait juste devant Camel, il levait la tête…

— René : Oui là je te vois mieux… Évidemment… !

Camel rigolait de bon cœur à la réaction de René !

— René : Bon ce matin on fait le moulage, tu retireras ta CB, pour le reste du tournage c'est avec mais pour cette scène là c'est sans…

René restait à discuter avec Philippe, David ne les lâchait pas… Le reste de l'équipe allait préparer le décor… La scène se contenterait d'un décor façon atelier, quelque chose de pas trop compliqué.

Le film serait dans sa totalité réalisé en décor réel, dans le décor qui était le quotidien des habitants de la maison. Le dispositif pour sceller la PK-OR avait été installé dans la bibliothèque, c'est là que serait tournée la scène. Pour le moment c'était amusant de voir ces trois personnages assis sur la terrasse à discuter… Philippe en pantalon et chemise… David en pantalon et torse nu… René en, que dalle, à poil… Mais bon on ne va pas se formaliser pour si peu !

Beaucoup plus tard René se levait…

— René : Bon il faut que je m’habille moi on va tourner…

Il partait s'habiller… Benoît arrivait !

— Benoît : On va tourner la scène suivante, Le Moulage… Il est ou René ?

— Philippe : Il est parti s'habiller, il ne va pas tarder !

Quelques instants plus tard René revenait.

— René : Bon on y va ! Il est ou Camel ? (il hurlait) Camel viens là mon tou… Viens là mon grand !

En entendant comment René l'avait appelé Camel arrivait en riant ! Il portait son pantalon de toile et David remarquait immédiatement le volumineux pénis qui se balançait derrière la toile… Il ressentait aussi une forte pression dans sa PK… Ça lui faisait toujours le même effet !

— René : Bon mont tou… mon grand, tu as retiré ton dispositif ?

— Camel : Oui et je suis prêt !

Tout le groupe se rendait dans l'atelier, les caméras étaient déjà en place, au milieu de la salle une grosse table de masseur avait été disposées, un trou était percé au milieu de la table… L'équipe prenait place.

Deux acteurs se positionnaient à côté de la table, ils étaient habillés (pour une fois) pantalon, chemise, chaussures (vous imaginez le niveau du détail ! Des chaussures…) ils portaient aussi une blouse blanche pour paraître plus sérieux…

— René : Silence on tourne… Moteur !

— Benoît : Moi j'ai pas attendu moteur. A silence on tourne ? j'avais commencé !

— René : Benoît !

— Benoît : Oui !

— René : La ferme !

— Benoît : Bon !

Tout le monde commençait déjà à rigoler doucement !

Camel apparaissait derrière la porte et frappait timidement…

— Un acteur : Je crois que c'est notre rendez-vous ! Entrez !

— L'acteur : Regarde qui arrive, un joli spécimen, il a l'air bien monté en plus, j'espère que nous aurons assez de plâtre… Enlève ton pantalon et installe toi…
Camel retirait son pantalon, il commençait déjà à bander… Il s'allongeait sur le ventre, glissait son sexe dans le trou et s'installait confortablement !


Prenant un air d'extase devant l'énormité de la chose les acteurs surjouaient leur rôle, des fous-rires parcouraient les spectateurs. Mais quand on entrait dans le nœud de l'action, face à la taille du pénis de Camel filmé par plusieurs caméras placées sous la table et qui diffusait leurs images sur des écrans témoins, là, plus personne ne rigolait !

La procédure était simple… Les acteurs se penchaient, l'un masturbait la queue de Camel qui prenait alors tout son volume… Il l'enduisait ensuite d'un gel qui faisait penser à de la vaseline… Le second préparait un tube en plastique d'un diamètre suffisant pour y introduire facilement la bite de Camel, il le remplissait à moitié d'une pâte très liquide blanche puis y introduisait la queue de Camel dans sa totalité, le liquide blanc remplissait alors le tube… Il tenait le tube un long moment, les acteurs se passaient le relais pendant que le liquide durcissait…

La scène était tournée en gros plan par plusieurs caméras, Benoît se chargeait des plans plus larges, il se déplaçait dans la salle et filmait les acteurs, qui ne regardaient pas, surtout pas, sa caméra (enfin presque)…

Au bout d'un long moment, celui qui tenait le tube tentait de le lâcher en restant prêt à le rattraper… Le tube de plastique tenait seul, parfaitement accroché à la queue de Camel…

Ça va bonhomme ?
, demandait un acteur à Camel
— Camel : Oui, c'est doux, c'est chaud, c'est pas désagréable !
Les deux acteurs s'écartaient, le tube était toujours filmé en gros plan… Puis petit à petit, privé de toutes stimulations, Camel commençait à débander, l'air s'introduisait dans le moule ainsi obtenu et l'effet ventouse qui retenait le tube disparaissait, le tube tombait sur le sol, il était en plastique incassable et il rebondissait… Tout le monde applaudissait !


Camel avait le sourire, c'était un gros pénis à moitié mou qui pendait sous la table.

David ne loupait rien, à voir ainsi Camel il sentait encore cette pression dans son dispositif, heureusement il était indestructible et ne risquait pas de lâcher ! Il s'imaginait une scène ou, c'est lui qui rentrerait dans le film… Il se voyait s'approcher, caresser le dos de son amant, lui caresser les fesses. Il se voyait le chevaucher, lui masser le dos, les épaules, l'embrasser doucement, l'embrasser tendrement dans le coup. Il s'imaginait Camel, allongé sur le dos le prenant dans ses bras. Il s'y voyait, la bite de Camel en pleine forme, Camel l'embrassait et lui doucement s'enfonçait cet énorme pénis dans le cul, doucement mais fermement, doucement mais sans faiblir, doucement mais fortement !

— René : Coupez ! C'est bien là les filles, c'est même très bien, je pense qu'on a tout ce qu'il faut…

— Benoît : Là c'était chaud là, moi je suis resté sans voix !

— René : Au moins pour une fois, t'auras pas dit de conneries !

— Benoît : Pffffrrrr !

— René : Bon on continue la scène suivante sur notre lancée ?

Les deux acteurs acquiesçaient. Camel allait se laver et revenait prendre place.

— René : Moteur !

— Benoît : T'as pas dit 'silence on tourne' !

— René : Benoît !

— Benoît : Oui !

— René : La ferme !

— Benoît : OK !

Fous-rires rire dans l'assemblée !

— Benoît : Moi aussi je t'aime !

Nouveau fous-rires dans l'assemblée !

— L'un des acteur : Bon alors on y va ou pas !

— René : Oui, oui, allez-y, n'écoutez pas l'autre nouille, les filles… De toutes façons ça tourne depuis un moment alors… C'est quand vous voulez…

Camel se relevait, les deux acteurs étaient en extase… L'un se penchait et direct lui faisait une pipe, laborieuse la taille de Camel ne facilitait pas la chose, mais l'acteur était un pro et il savait y faire…

David s'imaginait à sa place, il s'imaginait capable d'avaler la queue de Camel aussi bien que le faisait cet acteur porno… Un court instant il se demandait même si ce ne serait pas une bonne idée que d'essayer ce métier…

La queue de Camel rentrait sur la moitié de sa longueur, le second acteur arrivait à son tour et voulait y goûter, il la suçait chacun son tour… Camel les laissait faire, il semblait apprécier, il gémissait de plaisir. On le masturbait, on le suçait. L'un lui gobait les couilles, l'autre lui suçait le gland, puis ils inversaient les rôles…
— Un acteur : Tu veux te la prendre dans le cul ?
— L'autre : Non là, ça je peux pas ! Ça ne passera pas !
—Le premier : Moi c'est pareil !

Ils continuaient à le sucer, le caresser, le masturber.


Camel gémissait de plus en plus fort, il avait porté son dispositif de chasteté pendant plusieurs jours. Plusieurs jours sans éjaculer, sans jouir avec sa queue et là, il en profitait.

Sa respiration devenait plus forte, encore quelques gémissements, un cri de plaisir et une belle giclée de sperme arrosait le visage d'un des acteurs, suivaient une seconde giclée moins violente puis une troisième… Camel semblait essoufflé, il avait un grand sourire et c'est sur ce beau sourire que Benoît terminait la scène par un gros plan.

David était en transe, à chaque seconde du tournage il s'était imaginé à la place d'un des acteurs ou de l'autre selon les scènes, il savait aussi que lui il n'avait plus peur de se prendre la grosse queue de Camel… Il ne pensait plus qu'à ça !

— René : Coupez !

— Benoît : Bon c'est dans la boite. On peut aller se baigner ?

— René : Je vous laisse tous pour le moment. On vérifie si le moule est réussi et on passe à la suite !

Un des techniciens arrivait avec le moule, il l'avait remplis d'un latex de synthèse qui durcit rapidement… Le démoulage se faisait sans problème, le moule était en latex blanc très élastique dans lequel on coulait un latex beaucoup plus dur, il suffisait de dérouler le moule comme une chaussette.

Camel était resté pour voir le résultat, René attendait impatient… C'est finalement une reproduction parfaite de la bite de Camel qui sortait du moule, elle était ferme comme l'originale, d'une couleur assez proche et précise au micron près… René examinait le résultat, il était satisfait… C'était un magnifique gode moulé sur un véritable étalon. Un gode qui paraissait presque faux à cause de sa taille exceptionnelle mais c'était pourtant réalisé d'après nature… Il le remettait à Camel qui ne cachait pas son amusement de se retrouver avec une reproduction de sa bite entre les mains…

Il la comparait avec ce qui lui pendait entre les cuisses… Une grosse molle qui pendouillait à côté d'une grosse bien dure… Mais c'était bien la même… Le moulage était parfaitement réussi. Camel se retournait vers David et lui donnait son gode…

— Camel : Tiens je te l'avais promis ! Au fait René, je reste comme je suis ou je remets ma PK ?

— René : Tu restes comme tu es, la prochaine scène se fait sans, dans la prochaine scène tu es actif !

Chacun repartait reprendre ses activités habituelles. Tout le monde semblait très content de cette nouvelle aventure… Les acteurs se rendaient à la piscine en attendant l'heure du repas. Un autre repartait faire un nouveau gode, René avait promis d'en laisser plusieurs avant de repartir.

— René : Bon, moi je retourne travailler sur le scénario et sur les dialogues…

— Benoît : Les dialogues, de toutes façons tu les coupes toujours au montage !

— René : Benoît !

— Benoît : Oui.

— René : Je t'aime !

— Benoît : Bon ça va j'ai compris, je la ferme !

— …

— Benoît : Au fait, tu as loupé quelque chose… C'est pour la scène qui vient qu'il faut que tu sois habillé, pas celle qu'on vient de tourner !

— René : Benoît !

— Benoît : Bon ça va je vais aller jouer avec mes copines à la piscine ! Il est toujours ronchon quand il tourne, c'est quelque chose ça !

C'est dans l'ambiance de joyeuses éclaboussures que se terminait la matinée. À table, David se retrouvait à coté de Chris, l'acteur qui jouait dans la première scène, la veille au soir.

— Chris : Alors tu es le petit fils de Philippe ?

— David : Ben oui…

— Chris : Le fameux actionnaire de la société PK.

— David : Actionnaire de la société PK ?

— Chris : Oui la PK compagnie !

— David : Mais pourquoi… Fameux ?

— Chris : C'est le petit-fils d'un des fondateurs !

— David : J'ai entendu parler de ça. Mais toi, tu m'as l'air bien informé !

— Chris : Oui, j'ai décidé de porter moi aussi une PK-OR !

— David : Le système de verrouillage est donc pour toi.

— Chris : Oui pour moi et aussi…

— René : Dis-moi Chris, tu es bien décidé, on ne change rien au scénario !

— Chris : Non, on ne change rien !

David était impatient d'assister à la scène… Le verrouillage ! Il l'avait vécu mais pas en tant que témoin, il était directement impliqué ce jour-là… Rien qu'en imaginant la scène à venir, il avait sa bite qui se manifestait dans sa cage… Il trouvait ça excitant, son pénis aussi !



Dans l'après-midi le tournage reprenait…

Chris et un autre acteur qui n'avait pas encore tourné, Luc… La scène se passait dans la nature, Luc se promenait tranquillement, une silhouette le suivait se cachant derrière un arbre puis courant derrière un autre arbre… Luc regardait partout mais ne voyait rien… Brusquement Chris lui sautait dessus et l'attrapais dans ses bras…

La scène suivait…

Bon je sais j'ai coupé les dialogues mais de toutes façons René les coupe toujours au montage…

La scène suivante donc : Les deux hommes étaient allongé l'un à côté de l'autre, ils avaient retiré leurs vêtements… Chris caressait Luc, lui mordillait les tétons… Luc poussait des cris de plaisir en caressant la tête de Chris… Luc se laissait glisser sur le sol en se retournant pour pouvoir sucer la queue de Chris… Chris le suçait également, ils avaient pris la position du 69…

— Luc : T'as une bonne queue, tu sais , je veux que tu me prennes !
— Chris : Ouais, je vais te prendre, je vais te défoncer, retourne toi !

Dans la scène qui suivait Luc était à quatre pattes, Chris lui lubrifiait le cul, puis lui introduisait doucement mais fermement et en un seul mouvement sa queue sur toute sa longueur !


— Luc gueulait : Vas-y, défonce-moi !
— Chris : Je vais t'éclater la rondelle Oui vas-y, plus fort … Chris faisait de rapides mouvement de va-et-vient, violents, rapides… Puis des mouvements très rapides mais sans amplitude, il ne ressortait qu'à peine et revenait mais très vite… Puis il reprenait des mouvements amples, il ressortait presque totalement et revenait bien à fond… Par moments il ressortait complètement et revenait à la charge jusqu'au fond… Luc gueulait de plaisir… Chris gémissait fort, il finissait par se retirer complètement, se masturbait quelques instants sur le dos de Luc puis éjaculait en gueulant… C'est bon, c'est bon…

C'est à ce moment que René intervenait à nouveau dans l'histoire…

— René : Mais qu'est ce qui se passe ici ? Toi ! Mais tu as le diable dans la peau. Mon fils tu me déçois beaucoup, vraiment tu me déçois tu sais… Tu vas voir ce que tu vas voir, il ne me reste plus qu'une chose à faire ! Et quant à toi Luc je pensais que je pouvais te faire confiance, disparais, je ne veux plus te voir…
Il prenait (son fils) Chris par le bras et l'entraînait vers la maison…


A suivre…